DIVERS

Ésotérisme et nombres

Ésotérisme et nombres

Cryptage et nombres

Avec l’apparition des cryptomonnaies et des certificats de sécurité SSL, la cryptographie est de plus en plus "tendance".
Toujours soucieux de se protéger et/ou de mettre à l’abri ses secrets, l’homme a toujours eu des choses à cacher au "grand public non initié" ou étranger à sa communauté.
Les hiéroglyphes égyptiens en sont la plus ancienne des manifestations connues.

Les grecs eux aussi soucieux de ne pas dévoiler aux non-initiés les mystères de la création les ont voilés au moyen de leurs récits mythologiques ; mais aussi à travers le langage des nombres.
Pythagore enseignant que "Tout est arrangé d’après le Nombre".

La Bible fut elle aussi cryptée et les diverses méthodes de guematria des cabalistes juifs et chrétiens permettent d’en découvrir de nombreux aspects cachés par ce mode de cryptage.

Les évangiles de la chrétienté ne furent pas en reste, avec leurs nombreuses paraboles et textes souvent très abscons. L’évangile de Mathieu 7,6 le justifiait par cette formule : "Ne donnez pas aux chiens ce qui est sacré ; ne jetez pas vos perles aux pourceaux, de peur qu’ils ne les piétinent, puis se retournent pour vous déchirer."

Selon Saint-Augustin : "L’inintelligence des Nombres empêche d’entendre beaucoup de passages figurés et mystiques des Écritures… dans beaucoup de formes des Nombres sont cachés certains secrets de similitude qui, à cause de l’inintelligence des Nombres restent inaccessibles pour le lecteur. "

Les nombres triangulaires

Une notion fondamentale de la Science des Nombres développée depuis l’Antiquité, en particulier dans l'école pythagoricienne est la notion de racine essentielle ou addition triangulaire d’un nombre.

La racine essentielle

Reprenons l'exemple de la Sainte Tetraktys qui a 4 niveaux :
1 + 2 + 3 + 4 =10 Ce nombre 10 est la racine essentielle ou nombre triangulaire du nombre 4.

Comme nous l'avons évoqué dans notre article sur "L'extinction de la 5ème race" :
La racine essentielle  de 36 est : 1 + 2 + 3 + 4 +5 + 6 + …. + 35 + 36 = 666.
666 est la racine essentielle dite aussi "gloire du nombre " 36 !

La somme triangulaire d'un nombre est la gloire visible de ce nombre invisible !

Le nombre miroir est aussi lié à Pythagore.

C'est ainsi que 01 est miroir de 10 (retour à l'unité),
153 est miroir de 351
Cette technique de miroir est aussi une technique grammaticale de l’Écriture sacrée, par exemple dans la Génèse 1 : 27 :
""Dieu créa l’Adam à l'image de Dieu, à son image il le créa."

L'hermétisme : "Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas".

Tetraktys

La guematria

À chacune des lettres de l'alphabet hébreu est associé un nombre. Les lettres servaient tout à la fois à écrire et compter.

Alphabet hébreu

La guematria est une méthode d'exégèse de la Torah. Elle établit une correspondance entre les nombres, les lettres et les mots . Elle permet d'entrevoir bon nombres de "vérités cachées à l'abri de ces derniers.

Guematria de la Tétrakys et du Tétragramme

Tetraktys et TétragrammeLe nom sacré de Dieu : le Tétragramme, est composé de quatre lettres, dont une redoublée : Yod (y), Hé (h) et Vav (v).

Nous venons de constater que chaque lettre de l’hébreu correspondant à un nombre, la valeur numérique de Yod-He-Vav-He donc de : 10 + 5 + 6 + 5 = 26.

La connaissance de ce nom était sensée procurer des pouvoirs divins selon Papus dans son Tarot des Bohémiens :

"Si l’on en croit l'antique tradition orale des Hébreux ou Kabbale, il existe un mot sacré qui donne, au mortel qui en découvre la véritable prononciation, la clef de toutes les sciences divines et humaines."

Les kabbalistes attribuent en tout 72 noms différents à Dieu. Les chrétiens ont remplacé ces Noms par des Anges et le magicien en a fait ses 72 Génies planétaires, répartis suivants les 4 éléments : les elfes, les ondines, les gnomes et les salamandres. Chaque génie opère pendant une période de 5 jours / degrés représentée sur un cercle divisé en 360 degrés.

Le nombre 72 correspond à la valeur numérique du Tétragramme disposé comme ci contre sous forme de triangle Tétraktys :

  • première ligne : Yod = 10
  • deuxième ligne : Yod + He soit 10 + 5 = 15
  • troisième ligne : Yod + He + Vav soit 10 + 5 + 6 = 21
  • quatrième ligne : Yod + He + Vav + He soit 10 + 5 + 6 + 10 = 26

Ce nombre 72 est associé au nombre d'Anges dans la religion chrétienne ; mais aussi au nombre de noms de Dieu dans la religion juive ainsi qu'au nombre d'Esprits ou Génies des Magiciens.

Répartis suivant les quatre Éléments ils forment ainsi quatre groupes de 18 Éléments chacun.

Conclusion

Nous n'avons certes pas extrait toute la quintessence de ce que nous apprennent les nombres. Rappelons toutefois l'apocalypse de Jean 18:13 :

" C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six. "

Si les textes n'étaient pas cryptés pourquoi donc nous inviter ostensiblement à calculer !

 

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire
L’extinction de la 5ème race

L’extinction de la 5ème race

Toutes les traditions s’accordent pour nous annoncer que l’extinction de notre cinquième race, apparue après le dernier déluge (Noé, engloutissement de l’Atlantide) aura lieu durant notre ère du verseau.

Rappelons que l’ère du verseau a commencé en février 1962 (voir nos articles : Le manvantara, Le cycle des phénomènes périodiques). La manifestation de la sixième race (qui doit marquer le retour progressif des âmes vers le Créateur) devrait donc commencer avec l’ère du capricorne aux alentours de l’an 4.126 de notre ère (1.962 + 2.164 = 4.126).
Cette dernière date marquerait donc la fin du Kali Yuga (notre âge de fer actuel).
Il en résulte que notre race et nos civilisations n’auraient plus qu’environ 20 siècles d’existence en perspective…
Toujours selon ces traditions (Égyptienne, Mythologie Grecque, Hindouisme, Kabbale Juive, Kabale Chrétienne, Aztèque, etc.) le prochain cataclysme devrait donc avoir lieu "durant ces 20 siècles à venir".

La question qui se pose dès lors naturellement est "Soit ! Mais quand ?".

Wikipédia cite que "Selon C.W. Leadbeater, une colonie sera établie en Basse-Californie par la Theosophical Society sous la direction des Maîtres de la Sagesse Ancienne au 28ème siècle pour l'élevage sélectif intensif eugénique de la sixième race racine. Le Maître Morya s'incarnera physiquement afin d'être le Manu ("progéniteur") de cette nouvelle race racine. "

Ce 28 ème siècle "prophétisé" par ce célèbre théosophe semble correspondre aux préparatifs de l'apparition de la 6 ème race en fin d'ère du verseau mais n'apporte pas d'indices sur la date prévisionnelle du cataclysme (apocalypse). Si l'on "recoupe" avec les 20 siècles à venir des traditions ci-dessus évoquées, la date du cataclysme pourrait avoir lieu bien avant ce 28 ème siècle...

Le manvantara

Les indices précurseurs sont nombreux et faciles à trouver sur la toile, nous citerons ceux qui nous sont apparus les plus explicites :

Extinction de la 5ème race selon les Aztèques :

"Nous périrons par le feu et les tremblements de terre."

Extinction de la 5ème race selon l'Évangile Thimothée 3-1-5 :

"Or sache ceci, que dans les derniers jours il surviendra des temps fâcheux ; car les hommes seront égoïstes, avares, vantards, hautains, outrageux, désobéissants à leurs parents, ingrats, sans piété, sans affection naturelle, implacables, calomniateurs, incontinents, cruels, n’aimant pas le bien, traîtres, téméraires, enflés d’orgueil, amis des voluptés plutôt qu’amis de Dieu, ayant la forme de la piété, mais en ayant renié la puissance. Or détourne-toi de telles gens. "

Extinction de la 5ème race selon le Linga Purana, chapitre 40 :

Ce texte hindou transcrit il y a environ 24 siècles semble nous décrire avec moult détails le monde dans lequel nous vivons :

"Ce sont les plus bas instincts qui stimulent les hommes du Kali Yuga (âge sombre, âge de fer). Ils choisissent de préférence les idées fausses. Ils n'hésitent pas à persécuter les sages.
L'envie les tourmente. La négligence, la maladie, la faim, la peur se répandent. Il y aura de graves sécheresses. Les différentes régions des pays s'opposent les unes aux autres.
Les livres sacrés ne sont plus respectés. Les hommes seront sans morale, irritables et sectaires. Dans l'âge de Kali se répandent de fausses doctrines et des écrits trompeurs. Les gens ont peur car ils négligent les règles enseignées par les sages et n'accomplissent plus correctement les rites.
Beaucoup périront. Le nombre des princes et des agriculteurs décline graduellement. Les classes ouvrières veulent s'attribuer le pouvoir royal et partager le savoir, les repas et les lits des anciens princes. La plupart des nouveaux chefs est d'origine ouvrière. Ils pourchasseront les prêtres et les tenants du savoir.
On tuera les fœtus dans le ventre de leur mère et on assassinera les héros.
Les Shudrâ prétendront se comporter comme des Brahmanes et les prêtres comme des ouvriers. Des voleurs deviendront des rois, les rois seront des voleurs.
Nombreuses seront les femmes qui auront des rapports avec plusieurs hommes. La stabilité et l'équilibre des quatre classes de la société et des quatre âges de la vie disparaîtront partout.
Le dieu des nuages sera incohérent dans la distribution des pluies. La terre produira beaucoup dans certains lieux et trop peu dans d'autres. Les dirigeants confisqueront la propriété. Ils cesseront de protéger le peuple.
Des hommes vils qui auront acquis un certain savoir (sans avoir les vertus nécessaires à son usage) seront honorés comme des sages.
Des hommes qui ne possèdent pas les vertus des guerriers deviennent rois. Des savants seront au service d'hommes médiocres, vaniteux et haineux. Les prêtres s'aviliront en vendant les sacrements.
Il y aura beaucoup de personnes déplacées, errant d'un pays à un autre. Le nombre des hommes diminuera, celui des femmes augmentera.
Les bêtes de proie seront plus violentes. Le nombre des vaches diminuera. Les hommes de bien renonceront à jouer un rôle actif.
De la nourriture déjà cuite sera mise en vente. Les livres sacrés seront vendus aux coins des rues. Les jeunes filles feront commerce de leur virginité.
Les commerçants feront des opérations malhonnêtes. Ils seront entourés de faux philosophes prétentieux.
Il y aura beaucoup de mendiants et de sans-travail. Tout le monde emploiera des mots durs et grossiers. On ne pourra se fier à personne. Les gens seront envieux. Nul ne voudra réciproquer un service rendu.
La dégradation des vertus et la censure des puritains hypocrites et moralisateurs caractérisent la période de la fin du Kali.
Il n'y aura plus de rois. La richesse et les moissons diminueront. Des groupes de bandits s'organiseront dans les villes et les campagnes. L'eau manquera et les fruits seront peu abondants.
Ceux qui devraient assurer la protection des citoyens ne le feront pas. Nombreux seront les voleurs. Les viols seront fréquents. Beaucoup d'individus seront perfides, lubriques et risque-tout. Ils porteront les cheveux en désordre. Beaucoup d'enfants naîtront dont l'espérance de vie ne dépasse pas seize ans.
Des aventuriers prendront l'apparence de moines avec la tête rasée et des vêtements orangés, des chapelets autour du cou. On volera des stocks de blé. Les voleurs voleront les voleurs. Les gens deviendront inactifs, léthargiques et sans but. Les maladies, les rats et les substances nocives les tourmenteront.
Des gens affligés par la faim et la peur se réfugieront dans des abris souterrains. Rares seront les gens qui vivront cent ans.
Les textes sacrés seront adultérés. Les rites seront négligés. Les vagabonds seront nombreux dans tous les pays. Des hérétiques s'opposeront au principe des quatre castes et des quatre âges de la vie.
Des gens non qualifiés passeront pour des experts en matière de morale et de religion. Les gens massacreront des femmes, des enfants, des vaches et se tueront les uns les autres. "

Extinction de la 5ème race selon la prophétie de Malachie et le troisième secret de Sainte Fatima :

La prophétie de Malachie apparaît dans l’Histoire en 1590 sous la plume d’un moine vénitien, Arnold de Wyon, qui prétend publier un texte de Saint Malachie qui daterait donc de la première moitié du XIIe siècle. Cette prophétie contient 111 devises courtes en latin qui s’appliquent à tous les Papes depuis Célestin II (1143 – 1144) "Ex Castro Tiberis" (D’un château sur le Tibre) jusqu’à son 111e successeur qui serait l’actuel Pape François appelé dans la prophétie Pierre le Romain qui fera paître les brebis au milieu de nombreux tourments ; après quoi la ville des sept collines sera détruite et le juge terrible jugera son peuple"». En d’autres termes, si le Pape François est Pierre le Romain son pontificat annonce des heures sombres pour les Catholiques avec un dénouement apocalyptique comprenant la destruction de Rome.

Quant au troisième secret de Sainte Fatima il est du même ordre que la prédidction de Malachie concernant le Pape François.

Le thriller de Dos Santos intitulé "Vaticanum" (image ci-contre) nous livre une narration très bien documentée et argumentée sur ces prophéties qui ont servi de base d'inspiration à l'auteur de ce best seller.

Linga purana
déluge

L’apocalypse et le nombre de la bête :

Ce chapitre fait référence à la Bible et plus particulièrement à cet article du site Guarrigues et Sentiers que vous pouvez visiter pour compléter votre lecture.
Le bête et son nombre continuent de faire couler beaucoup d'encre. Pouvons nous compter sur ce nombre 666 pour identifier précisément et avec certitude cette bête qui pourrait nous divulguer la date prévisible de l'apocalypse ?

Que nous disent les textes bibliques :

La bête apparaît dans 29 versets de l’Apocalypse,

  • Le verset 11,7 : "Mais quand [les deux témoins] auront fini de rendre témoignage, la Bête qui surgit de l'Abîme viendra guerroyer contre eux, les vaincre et les tuer."
  • On la retrouve en 13,1-18 : "Alors je vis surgir de la mer une Bête ayant sept têtes et dix cornes, sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des titres blasphématoires. La Bête que je vis ressemblait à une panthère, avec les pattes comme celles d'un ours et la gueule comme une gueule de lion ; et le Dragon lui transmit sa puissance et son trône et un pouvoir immense. L'une de ses têtes paraissait blessée à mort, mais sa plaie mortelle fut guérie ; alors, émerveillée, la terre entière suivit la Bête. On se prosterna devant le Dragon, parce qu'il avait remis le pouvoir à la Bête ; et l'on se prosterna devant la Bête en disant  "Qui égale la Bête, et qui peut lutter contre elle ?" (La bête profère des blasphèmes contre Dieu et mène campagne contre ses saints… Surgit alors une 2e bête qui se met au service de la 1e…) Par ses manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s'il n'est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom. C'est ici qu'il faut de la finesse ! Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête, c'est un chiffre d'homme : son chiffre, c'est 666" (traduction Bible de Jérusalem)
  • Il faut attendre le verset 19,20 pour être rassuré... : "mais la Bête fut capturée, avec le faux prophète – celui qui accomplit au service de la Bête des prodiges par lesquels il fourvoyait les gens ayant reçu la marque de la Bête et les adorateurs de son image –, on les jeta tous deux, vivants, dans l'étang de feu, de soufre embrasé."

De nos jours, des influenceurs politiques et/ou économiques témoignent de velléités potentielles visant à implanter à chaque être humain une puce attestant qu'il est "sanitairement" apte à ne pas vivre confiné, voire permettant de le tracer dans ses déplacements.

Ces perspectives suscitent bien évidement un regain d'intérêt à identifier et dénoncer la bête désireuse de nous marquer sur la main ou au front...

La conclusion de Guarrigues et Sentiers est la suivante :

"Et la réponse est d’une simplicité… biblique : mal se dit en hébreu ra’ (rech-’aïn), dont la valeur numérique est 36. Or, le nombre triangulaire de 36 est égal à 36 multiplié par 37 et divisé par 2, soit 18 fois 37, soit… 666 !
666, le nombre de la Bête de l’Apocalypse, est donc la gloire du Mal…"

La lecture de l'article que nous citons vous explicitera par ailleurs un important outil ésotérique cher aux Kabbalistes et Pythagoriens (guématrie pour les premiers numérologie pour les autres) .

Le début de notre article et l'observation de notre quotidien permettent sans nul doute de constater que nous vivons sous l'emprise croissante du mal.

Si le nom de la bête se limite au mal, nous ne sommes donc guère avancés pour pronostiquer la date de l'apocalypse !

Croquis scanné dans le livre de R. Emmanuel (Pleins feux sur la Grèce antique")

En conclusion

Restons attentifs à toutes les manifestations de ce "MAL" qui secouent notre planète :

  • Progression de l'inversion des pôles (glissement du pôle magnétique).
  • Éruptions volcaniques de plus en plus fréquentes.
  • Séismes.
  • Inondations.
  • Migrations liées au changement climatique.
  • Risques de guerre.
  • Suivons l'horloge de l'apocalypse comme nous y invite le journal "Le Monde".

Mais surtout : conservons nos facultés de discernement et poursuivons sereinement notre quête de la vérité et de la spiritualité !

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 2 commentaires
Monde astral et corps astral 2/2

Monde astral et corps astral 2/2

Le mythe de Prométhée

Prométhée est un Titan qui a dérobé le feu sacré de l’Olympe pour que chacun des humains puisse bénéficier d’une parcelle divine. Pour le "punir", Prométhée fut enchaîné par ordre de Zeus sur le Caucase : là un vautour ou un aigle lui rongeait le foie, et ce foie renaissait sans cesse.

Le corps astral siège au niveau du foie physique qui constitue son pôle inférieur. C'est pourquoi Prométhée venu s’identifier aux hommes doit tout comme eux ressentir les désirs et les passions qui leur rongent le foie.

(On entend souvent : "ne te fais pas de bile", "c'est un homme rongé par la passion"). La colère et la jalousie peuvent perturber durablement le foie physique.

Les chaînes de Prométhée nous indiquent que l’homme est attaché à la terre et que ce lien ne lui laisse que peu de facultés pour communiquer avec les multivers spirituels.

Mais pourquoi donc le vautour vient-il ronger le foie de Prométhée durant le jour ?
Pourquoi ce foie se reconstitue t’il durant la nuit ?

Tout simplement parce que le corps physique et le corps éthérique de l'homme se fatigue l'état de veille car ils mènent en permanence un dur combat contre leurs pulsions naturelles. A contrario, au cours de la nuit les corps physique et éthérique se reposent pendant que le corps astral s’échappe dans le monde des rêves (voir infra). C’est ainsi qu’au réveil, l'homme se sent dispos et prêt à recommencer une journée de travail. La nuit ne porte-t-elle pas conseil ?

N’oublions surtout pas qu’au bout de plusieurs siècles, Héraclès vint délivrer Prométhée de ses chaînes après avoir tué le vautour (l'aigle) d'une flèche en plein cœur. Ce qui nous rappelle que notre parcelle divine, au fil de nos incarnations, va nous permettre d’accéder nous aussi à une place dans l’Olympe. Voir à ce sujet nos articles sur le Karma, l’alchimie, etc.)

Pour mémoire, Manipura est le chakra du foie, il se situe au niveau du nombril (ce cordon qui, à l’instar de Prométhée nous a enchaînés à la terre au moment de notre naissance).

Prométhée

Le monde astral et le mythe de Protée

Dieu marin, fils de Poséidon. Selon Homère Protée se métamorphosait successivement en lion, en serpent, en panthère, en un sanglier, en eau, en un arbre, Ménélas ne le laissa pas s’échapper, jusqu'à ce que vaincu, le vieillard accepta de parler.

Les caractéristiques protéiformes de Protée font de lui le symbole du monde astral.

Selon R Emmanuel dans son livre « Pleins feux sur la Grèce antique » que nous aimons citer :

« Le monde astral est d'origine lunaire il fut construit durant la phase cosmogonique de la lune primordiale c'est-à-dire la phase humide de la création du monde. Le monde astral est le monde des images ; sur ce plan, la moindre pensée crée des formes qui s'évanouissent et se reconstruisent au gré de la pensée. C'est monde que les héros antiques et moderne doivent forcer sont forcés de traverser en cours d'initiation. »

 

Voyons maintenant comment pouvons-nous observer et visiter ce monde astral.

Nos connexions avec le monde astral

La mort est la finalité du plan physique, mais elle est aussi la renaissance pour le plan astral.

Pour nous simples mortel, notre corps astral est celui qui renferme les égos que nous avons choisis avant de nous incarner et se trouve de ce fait à l’origine de toutes nos pulsions.

Comme nous l’avons vu en évoquant le mythe de Prométhée, notre corps astral se situe essentiellement dans le 3ème chakra : Manipura.

Le serpent igné de nos pouvoirs magiques sort de la poche membraneuse où il se trouve enfermé et monte par le canal médullaire jusqu’au calice (cerveau). Du canal médullaire se détachent certains fils nerveux qui connectent les sept chakram dans l’astral, qui sont en relation avec sept plexus dans l’éthérique et avec sept glandes dans le physique.

Nos rêves

Les images et toutes les sensations que nous percevons au cours de nos rêves ne sont rien d’autre qu’un voyage dans le monde astral. Il est évident quand nous pouvons nous les remémorer (qu’ils soient "rêve" ou "cauchemar") que leur caractère est pour le moins protéiforme (voir Protée supra). Il est aussi évident que durant nos rêves les déplacements se font de manière instantanée et que nos rencontres y sont des plus erratiques.

Pythagore attachait une grande importance à ce que ses disciples se livrent à une introspection matinale quotidienne de leurs rêves.

Selon Blavatsky, Helena Petrovna. Isis dévoilée (édition intégrale) (French Edition) . nous-les-dieux.org ÉDITIONS. Édition du Kindle.

"Pendant nos rêves", dit Paracelse, "nous sommes comme les plantes qui ont aussi un corps élémentaire et vital, mais qui ne possèdent pas d'esprit. Dans notre sommeil, notre corps astral est libre, et peut, grâce à l'élasticité de sa nature, soit tourner autour de son véhicule endormi, soit s'élever plus haut, et aller converser avec ses parents étoilés, soit même communiquer avec ses frères, à grande distance. Les rêves d'un caractère prophétique, la prescience, et les besoins actuels sont les facultés de l'esprit astral. A notre corps élémentaire plus grossier, ces dons n'ont point été accordés, car, à la mort, il descend dans le sein de la terre, et se réunit aux éléments physiques, tandis que les divers esprits retournent aux étoiles." "Les animaux", ajoute-t-il, "ont aussi leurs pressentiments, parce qu'ils ont eux aussi un corps astral".

Le voyage astral

De plus en plus de témoignages affluent et font l’objet de reportages sur les expériences de mort imminente.

Pour vous faire une idée sur ce qu’est le voyage astral et "la vie au quotidien" dans ce monde, nous ne saurions trop vous conseiller de lire les ouvrages de Robert Monroe. Cet homme d'affaires américain, qui ne comprit pas bien ce qui lui arrivait quand il réalisa ses premiers voyages hors de son corps. Déstabilisé puis curieux de comprendre, après avoir surmonté la peur de passer pour un farfelu, il entreprit une recherche qui lui fit côtoyer les plus grands scientifiques de son époque. Il quitta ses activités pour fonder un institut où il se consacra à l'étude scientifique et à la reproduction de ces phénomènes. Son livre le plus accompli est sans doute "Ultimate Journey" qui n’a hélas jamais été traduit mais qui ne nécessite pas d’être doué en anglais. À défaut le seul ouvrage en français est "Le voyage hors du corps".

Il est édifiant de constater combien les expériences de Monroe viennent conforter tous les témoignages actuels et les écrits traditionnels touchant à l’au-delà.

Essayons de classifier les expériences que peuvent vivre nos corps astraux (nos âmes) dans le Champ de Proserpine…

Les sept sous-plans du monde astral

Le plan astral est découpé en 7 sous-plans, c’est ceux que nous nommons la plupart du temps le bas astral, qui est le septième sous-plan, et les plans supérieurs. Le premier sous-plan étant le plan vibratoire le plus élevé. Ces plans peuvent se diviser en trois familles qui se chevauchent plus ou moins :

L’enfer, le purgatoire et le paradis. Le plan astral est en analogie avec le Champ de Proserpine Pythagoricien et l’Amenti Égyptien (voir nos articles sur le cycle des âmes et le papyrus d’Hunefer).

L'enfer

Pour mieux comprendre les regrets des âmes fraîchement décédées dans l’enfer du bas astral. Il paraît judicieux de nous rafraîchir la mémoire en relisant notre article sur le feu énergétique de nos dragons (le jaune et le rouge).

Les trois premiers plans de "l’enfer" sont ceux que traversent plus ou moins vite toutes les âmes récemment "décédées". Depuis ces plans, elles peuvent observer mais surtout regretter d’être privées de tout ce qui leur était cher dans le monde de la matière.

Au plan le plus bas : paresse, envie, colère, gourmandise.

Au second plan la luxure ; nos addictions sexuelles.

Au troisième plan persistent encore quelques regrets liés à l’avarice qui n’a pas pu être totalement vaincue par l’espérance. Cette espérance qui Dieu merci est restée au fonds de la boîte de Pandore quand elle l’ouvrit.

Cette espérance chère aux hauts grades maçonniques va pouvoir progressivement libérer les accès aux quatre plans supérieurs.

Le purgatoire

Arrivées au quatrième plan, les âmes sont de plus en plus éloignées de la Terre et elles commencent à devenir conscientes du travail qu’il leur reste à accomplir.

A partir du cinquième plan, elles cherchent les moyens et une feuille de route pour faciliter leur prochaine incarnation.

C’est le début du haut astral qui est beau et paisible. C’est l’endroit où l’on est pleinement conscient du bilan de la pesée de nos âmes sur la balance de Maât. Une espèce de bilan de compétences s’opère pendant lequel l’âme fait le point sur ses acquis et sur ses manques si elle n’a pas encore tout vécu dans le monde de la matière.

Le paradis

Les sixième et septième niveaux sont les plus merveilleux. Sont-ils visités comme « un appartement témoin » qui ne nous est pas encore accessible ou comme un préalable à un rendez-vous chez le notaire (le gardien du seuil) avant d’entrer dans le vrai paradis ?

Conclusion

La notion de péché semble essentiellement liée aux règles morales que se fixent les sociétés communautés en fonction de leurs dogmes et lois. Par contre même si comme nous le chante Michel Polnareff "nous irons tous au paradis", il est important de mener une vie aussi vertueuse que nos égos nous le permettent. En effet :

Si l'absolution et le pardon de nos "péchés" semblent se réaliser en multipliant les incarnations, il n'en reste pas moins qu'une âme libérée de ses passions et qui ne serait plus qu'AMOUR semble le meilleur passeport pour rejoindre nos anges respectifs après une sereine traversée de tous les plans du monde astral.

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 2 commentaires
Monde astral et corps astral 1/2

Monde astral et corps astral 1/2

Nous ne saurons trouver meilleure introduction que cette citation extraite d’un ouvrage désormais classique qui commente les enseignements ancestraux du Kybalion (Trois Initiés. LE KYBALION (French Edition) (p. 45). nous-les-dieux.org ÉDITIONS. Édition du Kindle.) :

" Nous voyons autour de nous que ce qu’on appelle "Matière", constitue la fondation physique de toutes les formes existantes. Le Tout est-il simplement de la Matière ? Pas du tout ! La Matière ne peut manifester de la Vie ni de l’Intelligence, et comme la Vie et l’Intelligence se manifestent dans l’Univers, Le Tout ne peut être Matière, car rien ne peut atteindre plus haut que sa propre source, rien ne se manifeste dans l’effet qui ne soit déjà dans la cause, rien n’existe comme conséquence qui ne soit pas déjà antécédent. En effet, la Science Moderne nous informe qu’il n’existe en réalité aucune chose que l’on puisse appeler Matière ; ce que nous appelons Matière n’est simplement qu’une "énergie ou une force interrompue", c’est-à-dire, une énergie ou une force possédant un degré très faible de vibration. Comme un écrivain l’a dit récemment "la Matière s’est confondue en Mystère". La Science Matérielle elle-même a abandonné la théorie de la Matière et repose maintenant sur la base de "l’Energie". "

Après un rappel sur les articles qu’il nous semble indispensable de comprendre avant d’aborder ce thème sur le corps astral et le monde astral (qui sera divisé en deux articles) ; nous envisagerons successivement une approche du multivers puis nous entrerons dans le vif du sujet dans le second article…

Pour bien aborder le monde astral

N’hésitez pas à revoir tout le chapitre "Empathie Psy" de ce blog. Le contenu de notre corps astral y est décrit. Le corps astral est pour l'homme le corps des désirs et des passions. Il est aussi celui des sentiments…
Faisons aussi très attention aux divers périmètres couverts par le signifié du vocabulaire employé (monde astral et/ou corps astral) selon les auteurs que nous pouvons consulter en ligne ou dans nos livres. Pour certains (notamment les théosophes le corps physique et le corps éthérique ne font qu’un. Ceci est entre autres lié au chevauchement des chakram que le paragraphe suivant nous invite à revisiter.

Revisiter les quatre corps

Nous ne saurions trop insister sur l’importance de l’article sur les chakram de notre vieil ami François que nous citons ci-dessous :
Certaines Écoles de Sagesse considèrent que l'homme possède 4 corps, d'autres estiment qu'il en est doté de 5 ... Nous allons en dénombrer 4, (qui sont emboîtés les uns dans les autres, comme des poupées russes) que nous nommerons ;

  1. Le CORPS CHIMIQUE DENSE ou corps physique, qui est notre enveloppe la plus grossière, la plus visible ;
  2. Le CORPS VITAL ou corps psycho-énergétique, qui n'est déjà plus de la matière dense mais qui est constitué d'un tissus énergétique ; (corps éthérique ou de résonance).
  3. Le CORPS ASTRAL qui est un corps immatériel, éthérique ; (corps causal ou des désirs) et
  4. Le CORPS du MOI encore plus subtil, qui est le siège de la Conscience pure... (corps christique, bouddhique).

II est à noter que ces corps reçoivent des appellations différentes selon d'autres Branches de la Tradition...
Pour mieux comprendre l'intime relation que l'homme entretient, souvent à son insu avec les Plans invisibles, il nous semble utile de rappeler que la Tradition enseigne qu'il y a 4 Plans ou Mondes :

Concernant nos 4 corps en considérant cette loi de correspondance selon laquelle nous constatons les relations suivantes :

  1. Le CORPS CHIMIQUE DENSE est en relation avec le MONDE PHYSIQUE ;
  2. Le CORPS VITAL (ou corps psycho-énergétique) est en relation avec le MONDE PSYCHO-ÉNERGÉTIQUE ;
  3. Le CORPS ASTRAL est en relation avec le MONDE SPIRITUEL ; et
  4. Le CORPS DU MOI est en relation avec le MONDE DIVIN.

Le multivers

Selon Blavatsky, Helena Petrovna. Isis dévoilée (édition intégrale) (French Edition) . nous-les-dieux.org ÉDITIONS. Édition du Kindle.
« Paracelse l'appelle la lumière sidérale, empruntant le terme au latin. Il considère la foule des étoiles (y compris notre terre) comme des parties condensées de la lumière astrale, "tombées dans la génération et la matière", mais dont les émanations magnétiques ou spirituelles conservent constamment une incessante inter-communication entre elles et la source-mère de tout – la lumière astrale. "Les étoiles exercent sur nous un mouvement d'attraction et nous en exerçons un semblable sur elles", dit-il. »
À l’heure actuelle selon le site "Pour la science" :
"L'idée du multivers émerge d'une théorie suggérant que le cosmos primordial a subi une expansion fulgurante, exponentielle. Au cours de cette période d'« inflation cosmique », certaines régions de l'espace auraient vu leur expansion rapide prendre fin plus tôt que d'autres, formant ce qu'on appelle des « univers-bulles », un peu comme des bulles dans un volume d'eau bouillante. Notre univers correspondrait à l'une de ces bulles, au-delà de laquelle il y en aurait une infinité d'autres."

La vidéo ci-dessous nous permet de mieux comprendre cette opposition entre la loi de relativité générale d’Einstein qui analyse le macrocosme et la physique quantique qui s’intéresse à l’infiniment petit.

 

Pour aller plus loin sur la physique quantique et les multivers, pourquoi ne pas lire ce thriller bestseller scientifiquement bien documenté : La clé de Salomon de Dos Santos ?

Suite de cet article

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire
Le symbole : <br> Qu’est-ce ? Comment l’utiliser ?<br> Son utilité…</br>

Le symbole :
Qu’est-ce ? Comment l’utiliser ?
Son utilité…

Qu’est-ce qu’un symbole ?

Le symbole est un faisceau d’information qui permet au cherchant d’accéder à une convergence progressive entre son monde matériel et le monde « impalpable ».

Le symbole peut être naturel, artificiel ou composite.

  • Naturel : la grenade, le pélican, le cinabre, etc.
  • Artificiel : le carré, le point, le pentacle, etc.
  • Composite : le sceau de Salomon (qui se compose de deux triangles) ; le symbole alchimique du mercure qui se compose d’un demi-cercle surmontant un cercle au-dessus d’une croix ; etc.

N.B. : la croix est, elle aussi un symbole composite faite d’un trait vertical et d’un trait horizontal…

Selon R. Emmanuel dans son livre "Pleins feux sur la Grèce antique" :

"Quant au symbolisme son étude sérieuse me permettra de retrouver les vastes connaissances amassées par les peuples antiques au cours de millions d'années et transmises par le truchement du symbole.
Le symbolisme permet de transmettre à travers le temps une foule de vérité qui, sans lui, seraient balayées par les guerres, les destructions, les révolutions ou encore profanées par les matérialistes. Les symboles ont une portée internationale ; la meilleure preuve est qu'ils sont compris par tous les peuples du monde ; en résumé, le symbole reste dans le temps le témoin immuable de la vérité."

À quoi sert le symbole ?

Son but n’est pas de cacher mais de refléter le monde invisible.
Le Zohar (ou Livre des splendeurs des cabalistes) le définit comme suit :
" Ce qui est visible est le reflet de ce qui est invisible".

Isha Schwaller de Lubicz dans son merveilleux livre Her-Bak Pois Chiche précise :

« Le symbole est la forme vivante d’une loi. Le symbole est une langue de Sages qui connaissent les rapports analogiques du visible et de l’invisible et enseignent l’abstrait par le concret. Pour accéder à cette langue, il faut accepter une formation progressive qui est la montée vers le Temple. »

Si nous utilisons des symboles, ce n’est pas pour cacher les choses, mais tout simplement, parce qu’il n’y a pas moyen de faire autrement.
Pourquoi n’y a-t-il pas moyen de faire autrement ? :  Parce que notre langage est limité.

Les mots ne peuvent exprimer que certaines vérités, et la vérité initiatique est au-delà des mots, des pauvres mots dont nous nous servons si souvent qu’ils sont usés comme des oripeaux.
Si nous parvenons à le comprendre vraiment nous pourrons commencer notre quête, autrement dit, la route qui s’ouvrira devant nous sera illimitée, et nous conduira aussi près de la Vérité que notre humanité actuelle et notre persévérance nous le permettront.

Le but des symboles n’est pas de cacher. Leur but est de sélectionner ceux qui sont dignes de ces secrets, c’est à dire qui n’en abuseront pas pour des motifs égoïstes. Il n’y a jamais eu, dans aucune tradition, une volonté de cacher quoi que ce soit de la Sagesse. L’énigme, n’est pas en la chose, mais résulte de notre intelligence, de notre pureté morale.

Le Symbole est infini. Mais nous n’en prenons progressivement au jour le jour, que ce qui est à notre portée. A mesure que notre capacité mentale croit, le Symbole nous enrichit de plus en plus.

Un symbole doit s’intégrer et non pas se comprendre rationnellement. Il ne doit pas seulement donner matière à réflexion, mais faire partie de nous même. Il doit être dans notre cœur, plus encore qu’en notre cerveau.

Tout comme il est possible d’apprendre le solfège sans devenir un artiste musicien ; on peut lire des quantités de livres, colliger des fiches (comme nous le faisons sur ce site), sans pour autant être à même de nous en imprégner.

Cette intégration sur-rationnelle du symbole, est la véritable initiation.

Comment intégrer le symbole ?

Grave problème : il y a certainement là une grâce particulière. Ne nous leurrons pas, les vrais initiés sont rares. Mais, même si l’on ne fait que de faibles progrès dans l’Art, ces progrès ont des conséquences heureuses pour toute notre existence. Quelques pas et progrès suffisent à nous rendre plus épanouis et illuminer de joie notre vie humaine. Le vrai bonheur est de pouvoir faire son examen de conscience chaque soir et de conclure que nous avons compris et assimilé quelque chose de nouveau.

Pleins feux sur la Grèce antique
Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 1 commentaire
Cycles des phénomènes périodiques

Cycles des phénomènes périodiques

Les cycles des phénomènes périodiques

Cet article va une fois encore mettre en évidence l'importance de l'analyse des analogies pour mieux comprendre que dans l'univers, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Pour ce faire nous allons passer en revue les principaux cycles périodiques qui rythment la condition humaine.

Le cycle cardiaque

± 1 seconde

Cycle des 4 valves du cœur

  • Systole

  • Diastole

cycle du coeur

Cycle de la respiration

± 5 secondes

  • Inspiration

  • Pause

  • Expiration

  • Pause

cycle de la respiration

Fréquence cardiaque

± 70 / secondes

Ne pas confondre la fréquence cardiaque qui mesure le nombre de pulsations par minute avec le rythme cardiaque ou le pouls. Le rythme cardiaque désigne la manière avec laquelle s'effectue une révolution cardiaque, la manière dont les cycles se succèdent.

cycle cardio

Le Nycthémère

= 24 heures

Cycle veille sommeil.

Se compose d'un jour et une nuit.

cycle Nycthémère

Le cycle de la Lune

= 28 jours

Les 8 phases d'une lunaison sont :

  • Nouvelle Lune

  • Premier croissant

  • Premier quartier

  • Gibbeuse croissante

  • Pleine lune

  • Gibbeuse décroissante

  • Dernier quartier

  • Dernier croissant

cycle de la lune

Le cycle menstruel

= 28 jours

Les 4 phases du cycle sont :

  • Règles (hiver)

  • Réactivation (printemps)

  • Ovulation (été)

  • Pré menstruation (automne)

cycle menstruel

Le cycle de la terre

= 365 jours

Le cycle de la terre autour du soleil règle nos 4 saisons :

  • Hiver

  • Printemps

  • Été

  • Automne

cycle de la terre

L'année sidérale

= 25.968 ans

Le système solaire tourne autour de la ceinture zodiacale, et détermine le cycle de la précession des équinoxes.

  • Âge d'or (printemps)

  • Âge d'argent (été),

  • Âge de cuivre (automne),

  • Âge de fer (hiver ou kali-yuga).

Nous somme dans l'ère du verseau depuis février 1962.

L'ère des poissons qui l'a précédée a duré 2164 ans (25.968 / 12).

 

Cycle sidéral

Le cycle des ères

environ 2.160 ans

soit un douzième d'année sidérale

Les quatre moments clés de l'année sont les équinoxes de printemps et d'automne, ainsi que les solstices d'été et d'hiver. À chacun de ces moments, le Soleil se lève dans une constellation différente. Ainsi, comme c'était le cas jusque en 1962, le Soleil se levait en Poissons lors de l'équinoxe de printemps, , il se levait en Vierge à l'équinoxe d'automne, et respectivement en Gémeaux et Sagittaire aux solstices d'été et d'hiver (voir diamètres sur le cercle zodiacal à droite). L’ère du poisson fut marquée par l’avènement du Christ pêcheur d’hommes.

Cependant, du fait de la précession des équinoxes, le point vernal (l'équinoxe de printemps) est passé de Poissons en Verseau. Il en résulte que les trois autres constellations correspondant aux trois moments clés de l'année ont elles aussi changé (de Vierge, Gémeaux et Sagittaire en Lion, Taureau et Scorpion ; comme si toute la mécanique céleste avait changé de coordonnées.

Avant l’ère des poissons il y eût l’ère du bélier qui elle-même avait précédé l’ère du taureau ; chacune ayant duré environ 2.160 ans. Elles ont chacune influencé le "culte" des divinités ayant ces animaux pour symboles.

zodiaque

La précession en vidéo

En complément pensez à consulter les plus long de tous les cycles de l'univers

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire
Rassembler ce qui est épars : 1/2

Rassembler ce qui est épars : 1/2

Introduction

À la lueur de l’article sur la légende d’Osiris et avant de procéder à la mise en ligne d’un article sur le Papyrus d’Hunefer, il apparaît utile de faire le point sur ce vieil adage cher aux ésotéristes et plus particulièrement aux alchimistes et aux Francs-Maçons.

Rassembler ce qui est épars

Le Larousse énonce : « Éparpiller : répandre des objets çà et là, les disperser au hasard ; disséminer. »

Pour ce qui est de rassembler (réunir), le site la définition.fr :

« Assembler de nouveau des personnes ou des choses qui étaient dispersées. Il signifie aussi mettre ensemble, unir assembler ce qui était épars. »

Ce même site énonce concernant le verbe éparpiller :

« Répartir des éléments semblables ou appartenant à un même ensemble en plusieurs lieux éloignés les uns des autres. »

Après avoir vu que selon le mythe d’Osiris l’expansion du monde semble avoir commencé après qu’Isis ait pu rassembler 13 des 14 morceaux épars de son défunt époux Osiris.

Objectifs

1 : Essayer de nous convaincre que tout notre univers repose sur des cycles entremêlés d’expansion et de rétraction (évolution vs involution). Pour ce faire nous envisagerons l’adage sous divers angles.

2 : Constater également que, tant au niveau macrocosmique que microcosmique :

  • l’involution (l’éparpillement) traduit une forme de régression (souvent volontaire car liée au travail) alors que
  • l’évolution (l’action de rassembler) semble liée à la notion de progrès, de confort et de bien-être.

3 : Faire valoir que le degré de satisfaction des êtres humains repose essentiellement sur leurs capacités à rassembler ce qui est épars.

L’état des connaissances scientifiques

Sans entrer dans l’état des connaissances relatives au big bang, tous les scientifiques semblent de nos jours s’accorder pour affirmer qu’une énorme quantité d’énergie primordiale est progressivement entrée en expansion pour former l’univers tel que nous le connaissons. L’image ci-dessus nous paraît en être une bonne illustration; car elle évoque bien la notion de dispersion et de cristallisation de l’énergie intiale.

Le « big crunch » devant quant à lui marquer la phase de rétraction…

Le monde perceptible au sein de l’univers

Sans entrer dans les arcanes de la physique quantique, et même si l’univers n’a pas encore achevé sa phase d’expansion ; l’’état actuel des connaissances scientifiques, nous permet de vérifier qu’à l’intérieur de notre univers, l’adage « rassembler ce qui est épars » pour contribuer au progrès de l’humanité est maintes fois vérifié.

Les atomes (entité électriquement neutre) sont un rassemblement d’une trinité éparse : neutrons, protons et électrons.

Une molécule est un ensemble d’au moins deux atomes identiques ou non, unis les uns aux autres par le biais de liaisons chimiques qui résultent de la mise en commun d’un certain nombre d’électrons. (les électrons gravitent sur la couche externe des atomes.

Les molécules sont donc le rassemblement d’atomes épars.

Atomes et molécules forment la matière; c’est à dire : tout ce qui compose les corps qui nous entourent, tout ce qui a une masse et un volume.

Pour aller plus loin : Rollet, Vincent. La physique quantique : (enfin) expliquée simplement (French Edition) (p. 21). Institut Pandore. Édition du Kindle.

Rassembler ce qui est épars dans la vie courante

Rassembler ce qui est épars est toujours pour l’homme un processus entrepris dans le but d’améliorer ou embellir son existence et peut être son âme (nous y reviendrons dans le second volet de cet article).

  • Éparpiller : source de peine et d’espoirs.
  • Rassembler : source de progrès et de plaisir avec des objectifs souvent moraux voire spirituels.

Rassembler dans la cuisine

Rassembler dans les champs et les potagers

Depuis la préhistoire, l’homme a toujours fait en sorte de transformer ses besoins alimentaires élémentaires en source de plaisir.

Ainsi naquit l’art culinaire qui consiste à réunir des aliments et énergies éparses pour en faire un tout qui satisfasse tout à la fois le goût des convives et pourquoi pas aussi contribuer à améliorer ou maintenir leurs états de santé.

L’agriculture est un cycle dont la finalité est de réunir ce qui est épars au moment des récoltes. Pour maintenir ce cycle l’homme a très vite compris qu’une partie de ces récoltes devait être conservée pour être « réinvestie ». C’est ainsi que le dur labeur des semailles (qui éparpillent une partie de ce qui avait été rassemblé) prépare la jouissance des futures récoltes.

Genèse 26-12 : « Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple ; car l’Eternel le bénit.  Cet homme devint riche, et il alla s’enrichissant de plus en plus, jusqu’à ce qu’il devint fort riche… »

Rassembler dans les mondes économique et scientifique

Rassembler dans la vie sociale

La segmentation en matière de marketing rassemble des profils de clients épars.

Au fil des âges, l’homme a su progresser et améliorer le confort de son époque en fabriquant des outils toujours plus performants. Il a pour ce faire rassemblé des matériaux et savoir-faire épars.

Jusqu’à la naissante intelligence artificielle qui est censée se substituer à l’homme pour lui épargner l’effort de rassembler ce qui est épars en essayant de lui en abandonner les profits et bienfaits attendus.

Les chercheurs, étudiants, doctorants qui préparent des articles, mémoires ou thèses, ne font que rassembler des éléments épars de la connaissance pour les rassembler en un tout harmonieux de nature à faire progresser les connaissances de l’humanité tout entière.

Ce rassemblement est la grande gageure depuis que les forces créatrices de l’univers ont fait le pari de réunir des êtres dont les âmes se sont vites avérées incomplètement compatibles.

Le vivre ensemble des êtres humains éparpillés autour du monde, dans leurs pays leurs régions villages etc. n’est à ce jour toujours pas atteint pas atteint.

Les divers courants religieux et philosophiques ont tenté d’y parvenir en développant leurs dogmes respectifs sans qu’aucun ne parvienne à faire en sorte que nous soyons tous aptes à nous aimer les uns les autres sans les inévitables conflits liés aux nuances de nos vices et vertus respectifs.

La vie sur terre repose en effet sur un système de prédation dans lequel chaque chose et chaque être vivant ne peut subsister qu’aux dépends des autres (et ce, que ces « autres » appartiennent au règne minéral, végétal, animal ou humain).

Certes chaque règne, conscient que « l’union peut faire la force » des individualités éparses essayent de se préserver par le biais de rassemblements d’intérêts plus ou moins stables et pérennes, mais les divers rassemblements entrent très vite dans des conflits entre eux…

Faut-il y voir que le chaos du monde terrestre n’a d’autre espoir qu’une évolution individuelle de chaque âme vers une union avec son ange dans un monde astral ?

Le second volet de cet article tentera d’en esquisser une approche convaincante (ou pas ?) mais basée sur l’état des connaissances actuelles sur les traditions et expérimentations en la matière.

 

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire
La suite de Fibonacci

La suite de Fibonacci

Dans les articles du menu « Fondamentaux », nous avons abordé succinctement le nombre d’or, la suite de Fibonacci va maintenant nous permettre de une première approche de la façon dont ce nombre d’or est l’outil privilégié du créateur de notre univers.

Définition

La suite de Fibonacci est une suite de nombres entiers dans laquelle chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent. Elle commence généralement par les termes 0 et 1 (parfois 1 et 1) et ses premiers termes sont : 0, 1, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144 (144 est la 12ème occurrence… voir nos lapins ci-après).

Historique

Léonard de Pise (1175 – 1240), un « homme d’affaires » du XIIIème siècle passionné de mathématiques, qui se déplaçait à travers tout le Moyen Orient pour ses occupations marchandes occupait ses loisirs à se familiariser avec les sciences mathématiques que pratiquaient ses clients Arabes.
On lui doit probablement l’introduction des chiffres arabes en Europe et en particulier le Zéro (les chiffres « arabes », comme on l’a découvert depuis, proviennent des Indes, et non des arabes qui ne furent qu’un vecteur…). On lui doit aussi un traité de mathématiques le « Liber abaci » où il expose toutes les connaissances acquises au long de ses voyages. Parmi elles, il rapporte une étude sur une suite de nombres peu banale…
Léonard de Pise (alias « Fibonacci ») y présente en effet une suite de nombres que ses interlocuteurs arabes prêtaient à la prolifération des lapins ! Et il pose le problème en ces termes :
Combien de paires de lapins peuvent être engendrées par un couple unique en un an, si chaque mois, chaque paire produit une autre paire qui devient productive à son tour à partir du 2ème mois.

La réponse est 144 car la providence a voulu qu’aucun lapin ne décède !

Nota bene : la colonne de droite est égale au nombre de couples descendants plus le couple initial

Et nous retrouvons le nombre d’or

La suite de Fibonacci et les mesures anciennes

Lorsque l’on veut évaluer la longueur d’un mur ou d’une table par exemple, et que l’on ne dispose pas d’un double-mètre, on porte successivement la longueur de la main, doigts écartés, de façon spontanée : on utilise l’empan sans le savoir !
Cette longueur est généralement comprise entre 20 et 23 cm pour la plupart des hommes normalement constitués.
Depuis les temps les plus reculés, instinctivement, la main a donné ainsi naissance à un système de mesures variable suivant l’époque et la région.
Le passage d’une unité à l’autre se fait en numérotation duodécimale.

Voyons maintenant comment la main et le bras respectent les proportions du nombre d’or et nous conduisent vers la suite de Fibonacci.

Dans le tableau ci-dessous : la Paume mesure 34 lignes, la Palme 55 lignes l’Empan 89 lignes, le Pied 144 lignes et la coudée 233 lignes. Cette série de 5 nombres appartient bien à la suite de Fibonacci.

 

Nota bene : On appelle « Quine » les 5 unités de mesures encadrées (paume + palme + empan + pied + coudée). C’est précisément cette « Quine » qui a servi à la graduation de la canne des Maîtres d’oeuvre qui fera l’objet d’un autre article. Les cinq mesures de la suite dorée inscrite sur la canne du maître d’oeuvre, sont celles de la représentation de l’homme géométrique.

La suite de Fibonacci et  φ dans le  monde végétal

On ne peut expliquer par le simple hasard l’étrange prédominance du nombre d’or en botanique.
Son apparition est beaucoup trop fréquente pour n’être qu’accidentelle. Sur une spirale donnée deux points d’insertion consécutifs des feuilles d’une plante forment avec le centre un angle constant de 137,5°.

C’est ainsi que les arcs ab, puis bc, cd, de, etc. de la spirale couvrent tous un angle de 137,5° par rapport au centre de la spirale.

Cette mesure d’angle correspond à une rotation de 360° x 1  / φ² = 137,5° !
ou encore 360° x 34 / 89 = 137,5°… (cf. plus haut la suite 13 , 21 , 34 , 55, 89, 144…)
Le cas d’implantation des feuilles ci-contre est celui d’une foule de végétaux, par exemple l’artichaut, le rosier ou le céleri.
Autre exemple : les fleurs de tournesol (voir l’image du bandeau de cet article) présentent 89 spirales dans un sens et 144 dans l’autre et 144 / 89 ≅ 1,617977 le nombre d’or !

Fleur d’amandier

Carambole

Hibiscus

Pétunia

Artichaut

Chou romanesco

Myosotis

Pomme

Aubépine

Fleur de fraisier

Œillet des Alpes

Primevère

Cactée

Frangipane

Pervenche

Valériane

La suite de Fibonacci et la musique

Ce sujet est assez controversé entre ses partisans et certains puristes de la musicologie

Nous vous proposons de faire votre propre opinion en regardant cette vidéo de Sylvain Lalonde :

 

Fibonacci dans l’harmonie

La suite de Fibonacci et les cotations boursières

Cette surprenante découverte dite des « vagues d’Elliott » porte le nom de son auteur. Nous nous appuyons sur les sites de ABC Bourse et de J.Y. Baudot pour vous l’expliciter.

« Elliott a découvert dans les marchés financiers une sorte d’harmonie dans laquelle le nombre d’or et les valeurs prises par la suite de Fibonacci tiennent un rôle central.« 

« Celui-ci constate qu’un même schéma se répète lors des périodes de hausse du prix des actions et qu’une configuration opposée s’observe lors des baisses. « 

« Au cours de l’évolution d’un titre ou d’un indice, on assiste régulièrement à des phases de consolidation sous forme de correction technique lors d’une tendance haussière et de rebond lors d’une tendance baissière. Ces mouvements de cours de direction opposée à la tendance principale sont appelés des retracements.« 

La méthode des retracements de Fibonacci permet de déterminer des objectifs de cours au sein de ces phases de consolidation. Elle permet de prévoir l’amplitude des corrections et des rebonds afin de se positionner au mieux au sein d’une tendance.

« Un cycle de cotations est globalement haussier ou baissier et se décompose en huit vagues d’Elliott.« 

cycle d'Elliott« Les cinq premières vagues sont dites « de tendance » (n° 1 à 5) et les trois suivantes sont des vagues « de correction » (a, b et c). Les vagues 1, 3 et 5 sont des vagues d’impulsion. Ce sont les trois vagues qui vont faire la tendance. Les vagues 2 et 4 sont au contraire des vagues de correction de tendance. Les vagues a et c sont aussi considérées comme des vagues d’impulsion, bien qu’elles n’aillent pas dans le même sens que 1, 3 et 5, tandis que b est une correction. Ainsi, on considère qu’au cours d’un cycle il y a cinq impulsions pour trois corrections (nombres de Fibonacci).

Le processus étant fractal, chacune des vagues se décompose en vaguelettes, qui elles-mêmes se décomposent et ainsi de suite. Donc, si l’on observe un cycle, celui-ci comporte cinq vagues d’impulsion. Celles-ci incluent alors 5² = 25 vagues d’impulsion tandis que les trois vagues de correction n’en comportent chacune que trois, soit 3² = 9. Donc un total de 25 + 9 = 34 vagues d’impulsion (nombre de Fibonacci). En descendant d’un niveau supplémentaire, on obtient toujours un nombre de Fibonacci (144), puis un autre, etc. Ces chiffres restent toutefois théoriques car ils ne sont pas toujours observés.

Sur le moment, la vague 1 n’est pas la plus simple à détecter car elle amorce un nouveau cycle. Il arrive qu’elle se décompose en trois mini-vagues au lieu de cinq. La vague 2 montre souvent un retour assez fort, parfois même sur le point de départ. La vague 3 est la principale : mouvement long et volumes élevés. Investisseurs et spéculateurs ont tous compris que c’est le moment d’acheter (si le cycle est haussier) ou de vendre (s’il est baissier). La vague 4 montre une pause. C’est une phase de consolidation, jamais forte au point d’annuler la 3. La vague 5 voit les derniers intervenants se décider (petits porteurs). Le mouvement peut durer longtemps mais sans violence. La vague a est rarement forte, la vague b est souvent égale à la vague a multipliée par le ratio de Fibonacci (0,618) et la vague c montre une violence digne de la 2. »

Comment les utiliser

« En premier lieu, on repère graphiquement le creux et le sommet de la tendance. On gradue ensuite cette hauteur de 0 à 100%.

– Si la tendance est haussière, les lignes de retracement descendront de 0% à 100%.
– Si la tendance est baissière, les lignes de retracement monteront de 0% à 100%.

On trace ensuite des traits horizontaux aux niveaux de Fibonacci, soit 23,6%, 38,2%, 50%, 61,8% et 78,6%.

Ces traits représentent les niveaux de support et de résistance où les cours risquent de retracer, suite à un changement de tendance. Ainsi, après une tendance haussière, les 5 niveaux de retracement vont permettre de fixer des supports théoriques au sein de la correction technique qui s’ensuit. »

fibonacci

Conclusion de ABC Bourse :

« La méthode des retracements de Fibonacci sert à prévoir les niveaux de support et de résistance théoriques contre lesquels les cours risquent de buter, suite à un changement de tendance. Il est vrai que l’expérience donne relativement souvent raison à cette méthode. Elle ne peut cependant pas constituer une technique de trading à part entière, mais permettre de se positionner ou de clore une position à un moment opportun, associée à d’autres indicateurs. Elle permet aussi de se donner des niveaux précis à surveiller pour voir le comportement des investisseurs quand ils sont atteints.« 

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 1 commentaire
Éléments et élémentaux

Éléments et élémentaux

Définition

Les élémentaux représentent l’ensemble des esprits élémentaires ; c’est-à-dire les esprits des éléments.
À l'origine un élémentaire est une créature (imaginaire ?) formée par les ondes vibratoires de l'un des quatre éléments issus de la tradition grecque, c'est-à-dire la terre, l’air, l'eau et le feu.
Par extension, certaines créatures sont considérées comme des élémentaires grâce au lien symbolique fort qu'elles entretiennent avec un élément en particulier (par exemple le feu pour le phénix).

Crédibilité

Nombreux sont les êtres humains qui restent incrédules quant à leur existence « réelle ». Ceci ne les empêche pas de se passionner pour :

  • Des sagas telles que le Seigneur des Anneaux, les contes de Grimm ;
  • Être attentifs à leurs bébés qui sourient aux anges en les suivant des yeux ;
  • Sont attentifs aux nombreux témoignages de ceux qui certifient les avoir vus.

Je vous suggère (si ce n’est déjà fait) de méditer sur notre article sur la résonance et plus particulièrement sur les faiblesses de nos cinq sens. Pouvons-nous dès lors rejeter en bloc l’idée qu’en dehors de notre champ visuel, des entités peuvent se former sur le fondement de fréquences qui ne nous sont pas visibles ? Certaines de ces entités pouvant être parfois visibles pour certains animaux (chats, chiens etc.).

Selon un article publié par le journal « Le Figaro » en date du 30 janvier 2013 :

« En Islande, un projet de voie rapide a été suspendu : une centaine de personnes se sont mobilisées pour défendre l'habitat des créatures magiques du folklore nordique. [..] Quelque 62% des Islandais croient en l'existence du « peuple invisible » […]».

Toutes les cultures du monde parlent des êtres de la nature et de leur interaction avec les humains. Les cultures druidique et celtique sont très riches en la matière.
La culture grecque et son Dieu Pan associé aux satyres et aux faunes.
Les hiérarchies intermédiaires de l’ancienne Égypte ne sont-elles pas riches d’entités intermédiaires entre le Créateur et les hommes ?
Que dire encore de l’angéologie de le foi catholique ?
Sans compter tous les savants et chercheurs qui jalonnent l’histoire dont le médecin philosophe et alchimiste Paracelse qui écrivit le livre des nymphes, des sylphes, des pygmées, des salamandres et de tous les autres esprits.

Autres références en guise d'introduction

Psellos, grand savant byzantin du XI° s. énumère six catégories de démons dans un célèbre traité utilisé par Ronsard : Traité par dialogue de l'énergie ou opération des diables (trad.1511). Il admet : esprits ignés, esprits aériens, esprits terrestres, esprits aquatiques, esprits souterrains, esprits ténébreux.
Honorius d'Autun (Honorius Augustodunensis) (1075-1157), dans son Elucidarium (traduit en français en 1954), admet comme esprits : anges, démons, âmes désincarnées. Il soutient que "les anges ont un corps d'éther, les démons d'air, les hommes de terre". Paracelse compte sept races de créatures sans âme : les génies à forme humaine mais sans âme ni esprit (inanimata) des Éléments, les géants et les nains, les nains sur la terre. Il croit aux génies des quatre Éléments. La Terre, par génération spontanée, produit des nains qui gardent les trésors sous la montagne ; l'Eau produit les ondines ; le Feu, les salamandres ; l'Air, les elfes. Ensuite viennent les géants et les nains issus de l'air, mais qui vivent sur la terre. Le livre s'appelle Le livre des nymphes, des sylphes, des pygmées, des salamandres et de tous les autres esprits (Liber de Nymphis, sylphis, pygmaeis et salamandris et de caeteris spiritibus), trad. de l'all., Nîmes, Lacour, 1998, 308 p.

Nicolas Pierre Henri de Montfaucon de Villars met en correspondances démons et Éléments, et il simplifie Psellus, poursuit Paracelse. Les sylphes sont d'air, les ondins d'eau, les gnomes de terre, les salamandres de feu : "L'air est plein d'une innombrable multitude de peuples [les Sylphes] de figure humaine, un peu fiers en apparence, mais dociles en effet : grands amateurs des sciences, subtils, officieux aux sages, et ennemis des sots et des ignorants. Leurs femmes et leurs filles sont des beautés mâles, telles qu'on dépeint les Amazones... Sachez que les mers et les fleuves sont habités de même que l'air ; les anciens Sages ont nommé Ondins ou Nymphes cette espèce de peuple... La terre est remplie presque jusqu'au centre de Gnomes, gens de petite stature, gardiens des trésors, des minières et des pierreries... Quant aux salamandres, habitants enflammés de la région du feu, ils servent aux philosophes" (p. 45-48)

Quels sont les principaux génies élémentaires ?

Élémentaux de la Terre : lutins gnomes et trolls

Ces esprits de la terre habitent dans les souterrains et les rochers, à l'instar des nains de Blanche Neige, ils peuvent travailler dans les mines. Ils prennent soin de la terre et des sols

Les lutins

Le lutin est un petit génie espiègle et malicieux.

Le lutin vit la nuit.

Selon le blog "ils sont parmi nous" : "Ils ressemblent beaucoup à des humains, sauf qu'ils ont les cheveux en bataille et l'oeil malicieux, et surtout, ils sont beaucoup, beaucoup plus petits ! Les lutins adultes ne mesurent pas plus que la taille d'un bébé de deux mois ! [...]Les lutins sont comme les fées : Ils ne vieillissent pas, et meurent avec toujours leur apparence d'enfant malin, si, par malheur, ils vieillissent et perdent leur air enfantin, il se pourrait qu'ils soient devenus des gnomes...[...].

Les gnomes

Selon l'alchimiste Paracelse et l'abbé de Villars:

« La terre est remplie presque jusqu'au centre de Gnomes, gens de petite stature, gardiens des trésors, des minières et des pierreries. Ceux-ci sont ingénieux, amis de l'homme et faciles à commander. Ils fournissent aux enfants des Sages tout l'argent qui leur est nécessaire et ne demandent guère pour prix de leur service que la gloire d'être commandés. Les Gnomides leurs femmes sont petites, mais fort agréables, et leur costume est fort curieux… »

Le gnome est de très petite taille, il mène une vie souterraine. Il est doté d'une grande connaissance des secrets telluriques. Le gnome matérialisé à notre vue a été popularisé par le nain de jardin d'Amélie Poulain.

Les trolls

Le blog "Dol Celeb" nous les décrit comme suit :

"Ils sont plus grands que les humains et que les elfes. On peut parler de véritables créatures, car ils ont un aspect monstrueux et terrifient toutes les races. Ils sont aussi stupides qu’affamés ; ils ne parlent pas et n’obéissent à aucune règle. De plus, leur comportement est brutal, ils sont peu enclins à la vie en société.
lls adorent manger. A vrai dire, ils ingurgitent n’importe quoi, leurs estomacs ayant des capacités de digestion hors normes. Ils peuvent donc survivre n’importe où, dans n’importe quelle condition. Et de ce fait, les trolls n’ont pas tous la même apparence selon leur environnement et leur alimentation. Il existe alors différents types de trolls dont voici les plus courants :

  • Le troll commun : il est le plus courant, un omnivore qui se nourrit comme les humains. Il n’a pas de capacités particulières ; c’est simplement une créature brutale et sauvage.
  • Le troll de pierre ou troll des montagnes : il vit dans les montagnes, se nourrit de pierres, à la peau extrêmement épaisse et dure. Il est dont difficile de le vaincre, les armes ayant peu d’efficacité sur lui, tout comme la magie."

Élémentaux de l'Air : fées sylphes et elfes

Les fées

Une fée est un être ((imaginaire ?) d'apparence féminine auquel la légende attribue un pouvoir surnaturel et une influence sur la destinée des humains.
Selon le blog "ils sont parmi nous" : "Les Fées sont des créatures indéfinissables du Petit Peuple, elles ressemblent beaucoup à des jeunes filles humaines, sauf qu'elles sont d'une beauté quasi divine, elles disposent de certains pouvoirs, comme se transformer en un animal quelques jours par an, ou tout simplement voler.
Elles vivent généralement dans les lacs, forêts ou clairières que les hommes n'ont pas encore peuplés, là où vous trouverez des ronds de champignons, ou parfois des ronds de fleurs, c'est certain que des fées y ont dansé.
Les fées sont réparties en deux catégories, les grandes fées, qui peuvent parfois mesurer 1m 80, et les petites fées, qui peuples les jardins, les fleurs ou les herbes et mesurent en moyenne 10 cm.
Elles sont gouvernées par Titania et Obéron, lors des canicules de l'été, et par Mab, lorsque le printemps pointe le bout de son nez.
Mab est minuscule et circule dans un carrosse en coquille de noix, tiré par des insectes, elle fait bourgeonner les fleurs au printemps et chante d'une voix mélodieuse. [...] Les fées passent leurs journées à festoyer, elles vivent plus de 500 ans et ont le temps de profiter de la vie, elles boivent la rosée, se nourrissent des baies et des fruits poussant dans les forêts...[...]"

Les sylphes

Les sylphes sont une sorte de fées avec des ailes de plus grande envergure, ils peuvent parfois faire penser aux anges dans leur énergie, mais n'en sont pas.  Ils s’occupent du vent et de la pureté de l’air.
Selon le site "L'Arche de Goire" :
"Ce mot provient du mot latin «sylva» qui veut dire «forêt» et il semble regrouper les sylphes et sylphides et les nymphes.  Il s’agit d’entités subtiles ou génies de l’air empruntés aux mythologies celte, germanique et gauloise.  D’apparence diaphane, ils sont grands, minces et dotés d’une merveilleuse beauté, de subtilité et d’aspiration spirituelle. Esprits élémentaires de l’air, ils se situent à mi-chemin entre les anges et les elfes.  Bienveillant aux êtres humains et dociles, ils inspirent les artistes et les êtres versés dans la spiritualité. Pour passer le temps, ils sculptent les nuages pour leur donner des formes familières.  D’après les légendes, les sylphes, mais surtout les sylphides, prennent souvent forme humaine pour approcher les Hommes et se faire aimer d’eux.  Mais les gracieuses sylphides ne supportent pas les grossièretés, ni les mauvaises manières, si bien que si l’être humain avec qui elles vivent devient grossier ou vulgaire, elles le quittent tout de suite.   Ennemi des sots et des ignorants, le sylphe est savant et il préfère la compagnie des sages.  Il prend souvent l’apparence de beaux jeunes gens ailés, mais différent de l’ange qui a une vocation morale, tandis que le sylphe ne peut discerner le bien du mal.  Il a un esprit curieux. Son corps est léger et fluide, vivant exclusivement dans l’air et se mouvant très rapidement, il est très difficile à apercevoir. Il habite le ciel et les nuages, au milieu des tempêtes et des vents, se confond au bleu du ciel.  Son occupation favorite consiste à modeler les nuages afin de leur donner les formes qu’il détecte dans l’imagination des hommes.  On peut les invoquer pour la méditation, la qualité du sommeil, l’amour romanesque, l’amitié, les affaires de mariage et de famille, la régénération et la transfiguration, les négociations, les divers aspects reliés aux arts et à la beauté."

Les elfes

Les Elfes n'ont pas d'ailes. Ils veillent au mécanisme de la photosynthèse des plantes et à leur ensoleillement. Ils aiment aussi la musique et ils chantent des sons célestes. Ils sont très attachés aux enfants et à toutes les personnes qui ont su préserver une âme innocente et qui sont capables de s'émerveiller d'un rien. La taille des Elfes peut varier de la paume d'une main à moins d'un centimètre.

Élémentaux de l'Eau : sirènes, naïades, ondines, nymphes, vouivres

Les sirènes

Selon le blog "ils sont parmi nous" :

"Les sirènes sont des créatures fantastiques vivant dans les eaux profondes, dans des royaumes très organisés, il leur arrive d'attirer des marins pour avoir un peu de compagnie.

Elles chantent si bien qu'aucun homme de peut résister à leurs appels.

On peut apercevoir une sirène à la tombée du jour, sur une digue ou sur un rocher, mais souvent loin de la plage.

Les sirènes féminines mesurent environ 1m50, mais les sirènes masculines, bien que très rares, mesurent jusqu'à 2m.

Les queues des sirènes féminines sont de couleurs différentes selon les mers dans lesquelles elles vivent, en effet, une sirène de Méditerranée aura la queue plutôt bleue et verte, alors qu'une sirène de l'Atlantique aura la queue rouge, orange, voir violette."

Les naiades

Une fois encore la définition qu'en donne le blog "ils sont parmi nous" paraît la plus attractive:

"Les naïades sont des créatures fantastiques et féminines veillant sur les étangs et les lacs d'eau douce.

Elles vivent principalement dans les lavoirs abandonnés ou dans les étangs boueux, mais on a vu certaines naïades vivre dans des lacs d'eau claire.

Les naïades adorent la musique et il leur arrive, pour assurer la reproduction de l'espèce, d'attirer un promeneur dans les eaux boueuses d'un marécage en jouant un air envoûtant sur leur flûte de Pan.

Fidèles à leur lieu de résidence, les naïades sont solitaires, mais il leur arrive parfois de se réunir en petits groupes pour danser et jouer de la musique sur un rivage, de façon à attirer les promeneurs.

Elles ressemblent à de grandes jeunes filles, avec une peau couleur émeraude, semblable à celle des grenouilles, qui sont d'ailleurs leurs plus fidèles compagnes, et de longs cheveux foncés, d'une couleur un peu verdâtre."

Les ondines

Wikipedia nous les décrit comme suit :

"Les ondines dont le nom dérive du mot "onde", sont des génies des eaux dans la mythologie germanique (où elles sont également désignées sous le terme de "nixe") ou alsacienne.
Les ondins (au masculin), qui sont plutôt très rares, sont comme leurs compagnes et sœurs : des génies aquatiques.
À l’inverse des sirènes, les nymphes ne fréquentent pas la mer, mais les eaux courantes, rivières, fontaines, et n’ont pas de queue de poisson. Durant l’été, elles aiment se tenir assises sur la margelle des fontaines, et peigner leurs longs cheveux avec des peignes d’or ou d’ivoire. Elles aiment également se baigner dans les cascades, les étangs, et les rivières, à la faveur des jours radieux d’été. On dit que celles qui ont les cheveux couleur d’or possèdent de grands trésors qu’elles gardent dans leurs beaux palais immergés.
On attribue l’alimentation en eau des fontaines aux larmes des ondines, et celle-ci se tarit dès qu’une fée se sent offensée. Ainsi, il est de coutume de laisser diverses offrandes auprès des fontaines, tels que guirlandes de fleurs, épingles ou tessons de bouteilles, qui sont pour les fées des eaux, de véritables trésors scintillants et miroitants dans l’eau."

Les nymphes

Dans la tradition grecque, les Nymphes étaient des divinités bien souvent bienfaisantes, protectrices de la jeunesse, surtout des jeunes filles et des fiancées.

Les Nymphes divinités secondaires qui personnifiaient les forces vives de la nature, filles de Zeus suivant Homère, ou nées des gouttes de sang d'Ouranos, représentaient la vie des eaux, de la végétation et de la Nature. Les Nymphes présidaient aux divers phénomènes naturels comme les sources, les nuages, les arbres, les grottes, les prairies, des montagnes ou les plages. Elles étaient spécialement chargées de prendre soin des plantes et des animaux.Ces belles jeunes femmes, élégantes et séduisantes étaient parfois les suivantes d'une grande divinité, comme Artémis, ou d'une autre Nymphe, d'un rang plus élevé, comme Calypso qui avait son cortège de nymphes.
Elles n'étaient pas immortelles mais elles vivaient très longtemps. Elles pouvaient épouser un mortel et de nombreux héros avaient pour mère une nymphe.

Les vouivres

Selon le site "Dol Celeb" :

"Le mythe des vouivres est né en Franche-Comté. Le mot vouivre vient du latin vipera signifiant serpent. Effectivement, la vouivre est un grand serpent de plusieurs mètres, pourvu de courtes ailes. Son corps est écailleux, lui offrant une solide protection. En plus d’attaquer ses victimes à coup de dents, peut cracher du feu et donner de terribles coups de queue.

On trouve les vouivres dans les marais (notez, « les vouivres »). A l’instar d’autres créatures uniques dans leur espèce, les vouivres sont des créatures à part entière, et on en compte une dizaine."

Élémentaux du Feu : salamandres, licornes, dragons

Les salamandres

Au château de Chambord, la Salamandre est surmontée d’une couronne portant la devise Nutrisco et Extinguo, qui signifie « Je me nourris du bon feu, j’éteins le mauvais ».
Elle est représentée crachant des gouttes d’eau pour éteindre le mauvais feu ou avalant les flammes pour se nourrir du bon feu.

Les Salamandres sont décrites parfois comme des sortes de serpents noirs en position verticale qui se tordent sur eux-mêmes et qu'on peut observer dans les feux de cheminées ou au cœur des orages, dans les éclairs de la foudre. Chez les Anciens, les Salamandres prenaient la forme de petits tritons vivant dans le feu. Les Salamandres habitent une matière presque totalement épurée qui accomplit son ultime combustion avant de devenir pur esprit. C'est pourquoi, elles incarnent le Feu divin, celui de l'illumination et de l'éveil.

Les salamandres sont associées à la pierre philosophale des alchimistes.

Les licornes

Les salamandres

Il existe deux sortes de licornes, les licornes orientales, qui sont semblables à de grands chevaux blancs à corne torsadée, et les licornes occidentales, qui sont de petits chevaux à tête de biche.

Elle sont un symbole de féminité, de sagesse, de pureté et de créativité. On en trouve souvent autour des enfants créatifs et des adultes créatifs ayant gardés une âme d’enfant. On retrouve des représentations de licornes déjà à Babylone et en Sumer ancienne, certains disent qu’elles ont foulés physiquement notre terre et qu’elles étaient chassées pour leur corne aux pouvoirs magiques, avant de disparaître complètement du plan matériel.  Elles seraient assez rares et se trouveraient dans les hauts lieux énergétiques et lieux sacrés.

Les dragons

Les dragons

Cette défintion du blog "ils sont parmi nous" : est celle qui me séduit le plus. Elle montre bien que le dragon est avant tout le symbole du feu énergétique de la vie et de ses luttes :
"On dit qu'au commencement du Monde Féerique, il n'existait que deux choses : Le Rien et les dragons. Puis les dragons fusionnèrent avec le Rien pour former le Monde, puis l'Univers.
Voilà pourquoi on dit que les dragons sont les créatures féeriques les plus anciennes et les plus mystérieuses. Les dragons ont, comme chacun sait, le pouvoir de cracher le feu, ils peuvent également voler, bien que certains dragons n'aient pas d'ailes.
Il existe un grand nombre d'espèces de dragons, répartis dans le monde entier, le dragon français le plus répandu est le Trinian des Plaines, qui vit, comme son nom l'indique, dans les plaines. Les dragons sont immenses, enfin, la plupart, car certains petits dragons ont juste la taille d'une grenouille.
Ils sont très intelligents, car leur savoir remonte au commencement du Monde Féerique, ce sont en quelque sorte les sages du bestiaire fantastique !
Les dragons sont solitaires, sauf à la saison des amours, mais le reste de l'année, c'est incroyable de trouver deux dragons au même endroit.
Il existe certaines personnes qui ont le pouvoir de domestiquer un dragon, on appelle ces personnes les dragonniers."
Cette dernière ligne ne fait elle pas irrésistiblement penser à notre article sur Le feu énergétique de nos dragons.

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire