Mois : janvier 2020

La loi de cause à effet et le pardon

La loi de cause à effet et le pardon

La loi de cause à effet

Le karma repose sur la loi de cause à effet selon laquelle toute cause génère des conséquences. Chaque être humain récolte, d’une vie à l’autre, les fruits de ses actions, constructives, neutres ou néfastes. En fonction de la Loi d’inversion des polarités, toutes les énergies que nous utilisons et/ou « stockons » doivent se neutraliser pour s’équilibrer un jour.
Les pôles positifs et négatifs se réclament l’un l’autre pour engendrer le mouvement évolutif de la vie. Pas de Créateur sans Création…
Comme Daniel Meurois l’indique dans son livre (Le Labyrinthe du Karma - Déchiffrer et comprendre notre contrat d'âme (French Edition). Passe monde. Édition du Kindle) :

« Chaque peuple et chaque race apportent donc en temps voulu et selon des cycles précis leurs pièces indispensables au grand puzzle de notre humanité. Les flambeaux se transmettent et se répondent mutuellement selon la loi des causes et des effets. Il est hélas encore impossible de pénétrer une telle question en détails sans soulever d’animosité tant l’intelligence du pardon et le sens de la compassion demeurent trop souvent des “denrées rares” à la surface de ce monde. »

Magie et choc en retour

Comme nous venons de le voir : "Toute action entraîne une réaction".
La magie est une démarche spirituelle ; le magicien agit dans une volonté de détachement du matériel vers le spirituel.

La Loi de résonance nous a enseigné que, quoi que l’on fasse, cela influe sur notre environnement proche ou lointain, sur notre vie et sur celle de l’univers et de ceux qui nous entourent.

Qu’il fasse le bien ou le mal, le magicien récoltera ce qu’il a semé : le bien pour le bien, le mal pour le mal. Mais il faut savoir que le choc en retour peut-être très long à revenir.
Parfois même celui-ci ne reviendra que dans la vie suivante ! Mais il revient toujours ! Il est donc intéressant de faire le bien.
Une bonne action renverra du positif. Mais il est évident que moins on sera élevé spirituellement, moins le retour positif se manifestera rapidement !

Labyrinthe du karma

Cette loi de résonance explique notamment ce que l’on appelle souvent le "triple choc en retour".
Le choc en retour est toujours plus fort que le mal que l’on a pu faire. La « loi des semailles » nous enseigne que nous récoltons toujours plus que ce que l’on a semé.

La mise en mouvement du triple choc en retour résulte des trois immuables lois suivantes :

  • Loi de restitution équivalente : Ce qui est donné de façon fondamentalement altruiste, est systématiquement rendu ; le mal que l'on fait n’étant le plus souvent jamais altruiste tombe également sous le coup de cette loi.
  • Loi de complémentarité analogique : "ce qui est en haut est comme ce qui est en bas" ; chaque action, pensée, parole, émotion a son reflet. Donc chaque action, pensée, parole, émotion..., qui est en œuvre, génère une dynamique énergétique qui est la source même de la création d'une dynamique équivalente mais inverse.
  • Loi de réaction systématique :  Comme nous venons de le voir, chaque action entraîne une réaction équivalente en intensité.

La magie nous enseigne que le meilleur moyen de se protéger contre les mauvaises influences d’un « jeteur de sorts » est de se comporter comme un miroir. Les mauvaises ondes émises par ceux qui cherchent à nous nuire leurs sont ainsi renvoyées comme un boomerang par nos pensées d’amour et notre pardon.

Voila pourquoi nous devrions toujours pardonner spontanément ; avant même que notre bourreau ou ses intercesseurs nous demandent pardon.

choc en retour

Le pardon au fil des traditions

Pythagore nous enseigne que nous devons pardonner, y compris à nous même. Cet extrait de ses vers dorés l’exprime à travers cette invitation à la psychostasie :

Que jamais le sommeil ne ferme ta paupière,
Sans t’être demandé : Qu’ai-je omis ? Qu’ai-je fait ?
Si c’est mal : abstiens-toi et si c’est bien : persévère.

L’évangile de Saint Pierre 3 :9

« Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d'amour fraternel, de compassion, d'humilité.  Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure ; bénissez, au contraire, car c'est à cela que vous avez été appelés, afin d'hériter la bénédiction. Si quelqu'un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, Qu'il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses, … »

Pythagore vers dorés

Pardon, Acceptation et Résignation

Nous devons au site spirivie.com le texte ci-dessous :

"Pardonner ne signifie pas que vous devez supporter, sans protester, quelque chose qui vous fait ou vous a fait souffrir et de vous convaincre que ce que vous avez subi n’était, finalement, pas très grave… Non, pas du tout. Pardonner ne veut pas dire : "Je valide les actes de l’autre qui me font souffrir". Au contraire, le pardon est le moyen pour vous de ne plus continuer à laisser l’autre avoir autant de pouvoirs sur votre bien-être. C’est en quelque sorte se détacher de cette "dépendance" qui n’impacte que vous et qui vous fait souffrir, tout en laissant à l’autre la responsabilité de ses actes. […]

Le pardon va être très libérateur dans le sens où vous allez cesser de nourrir de la colère, de la rancœur envers autrui ou envers vous-même et vous allez laisser s’installer un calme intérieur. Quoi que vous ayez subi ou quoi que vous ayez fait subir, entretenir toute cette colère vous rattache fortement au passé et vous empêche de vivre en paix, sereinement, l’instant présent. Vous ne pouvez avancer si vous maintenez cet état d’être. Pardonner ou vous pardonner, c’est aussi sortir de l’état de "victime". Quel est le meilleur moyen de continuer à faire vivre votre "bourreau" ou cette part de vous-même dont vous avez honte si ce n’est qu’en continuant à faire vivre la "victime" qui est en vous ? […] En résumé, pardonner, c’est vous donner l’autorisation de vivre en paix, de ne plus vous mettre de barrière pour avancer, de ne plus s’accrocher au passé, c’est décider de vous nourrir de bienveillance et d’amour et de lâcher colère et rancœur qui vous consument. C’est rendre à l’autre ou à la part de vous-même sa responsabilité et reprendre votre liberté !"

Le Triangle de Karpman : victime bourreau sauveur

En conclusion sur le pardon

Nous laisserons en guise de conclusion cette citation extraite de l’ouvrage ci-dessus mentionné de Daniel Meurois :

« C’est l’absence ou le manque de Pardon qui est le carburant de tous les karmas, donc de toutes nos errances et souffrances. Bien sûr, la majorité des Traditions de notre monde soulignent “le devoir de Pardon”…

Toutefois, combien sont ceux d’entre nous, croyants ou pas, qui en comprennent vraiment le sens profond ?

La nécessité absolue d’offrir le Pardon dépasse de loin le fait d’adhérer à un crédo ou une simple règle de morale. Elle nous renvoie à la cohérence de ce que je nomme la “Loi du Vivant”. Un Principe qui exprime la Fluidité Essentielle de la Vie en constante demande de circulation en nous.

On comprendra aisément, me semble-t-il, que le Pardon est frère de la Compassion, cette Puissance d’Amour consolatrice qui permet de réaliser que la souffrante incomplétude d’autrui nous renvoie à la nôtre. Il est fondamental d’apprendre à pénétrer cette évidence par laquelle le Un n’existe que par le Deux et que c’est ainsi que le Trois est généré… lequel ramène enfin à l’Un. »

Publié par ESOTERICUS dans KARMA, 0 commentaire
Multiplication et conclusion

Multiplication et conclusion

La première multiplication dure deux mois philosophiques soit deux jours. Il y est fait usage des deux dernières doses de sel philosophique. Tout le processus que nous avons décrit depuis le départ va se dérouler en accéléré sur deux jours. Après deux multiplications, si le Grand Œuvre a été bien mené, la pierre multipliée au rouge sera apte à transmuter le plomb en fusion en or.

Dernière phase du Magistère. Elle consiste à épurer davantage la matière en considérant la granulation (fin de Coagula), exactement comme s'il s'agissait de la minière primitive. Plus on réitère le nombre de multiplications, plus on augmente la force de la poudre de projection.

Une fois broyée, la pierre multipliée doit être enrobée dans de la cire d'abeilles vierge au moment de sa projection dans le métal en fusion. En effet, on a constaté que son passage, si bref soit-il, dans la fumée qui se dégage du métal en fusion, suffit pour annuler ses
effets si elle n'est pas protégée.

Le faux prophète

Le dictionnaire de philosophie alchimique de Kamala Jnana nous le décrit en ces termes :

"C'est l'Apocalypse de saint Jean, dans son chapitre XIX, qui nous cite ce terme. Un prophète, on le sait, est un homme de Dieu, qui se révèle en général à la multitude par une série de miracles ; ici, par miracles, nous n'entendons pas des "enchantements" ou des "tours d'illusionisme", ces
derniers étant réservés aux faux prophètes. (Exode, ni, 8.).
Or, si nous étudions alchimiquement saint Jean, nous nous apercevons qu'à un certain endroit le chercheur, non averti, se trouve devant un dilemme. Aussi, pour bien souligner son avertissement et montrer l'erreur à éviter, saint Jean emploie-t-il le terme de faux prophètes pour désigner le premier mercure tingeant. Agissant ainsi, l'Evangéliste n'a qu'un but : mettre en garde le néophyte afin qu'il n'opère point de transmutation avec ce premier mercure, celui-ci pouvant le tromper à cause de sa ressemblance extrême avec le second, qui est multiplié. Le premier (semblable à un faux prophète) ne réaliserait aucun miracle, le second (vrai prophète) permettra des prodiges dans les trois règnes."

 

Le symbolisme de l'abeille impériale n'est pas étranger à la cire qui permet de mener la transmutation à bien.

Le symbolisme de l'abeille impériale n'est pas étranger à la cire qui permet de mener la transmutation à bien.

Conclusion

Nous souhaitons que cette série d'articles, loin d'être exhaustive, puisse avoir contribué à notre méditation sur les analogies entre ce qui est en haut et ce qui est en bas, mais surtout sur la nécessité du service qui seul peut nous permettre d'espérer recevoir un jour la grâce de réaliser notre grand œuvre spirituel personnel.

Et pour terminer sur une note d’humour nous citerons cet extrait du livre de Roger Caro intitulé : "Bible science et Alchimie".

"Voyons le sel maintenant. Les temps sont révolus depuis longtemps où il suffisait d’entrer dans une droguerie pour acheter de la Potasse Caustique (KOH). Ce Sel était d’autant précieux qu’IL ÉTAIT FABRIQUE EXACTEMENT comme celui des Artistes de l’ART ROYAL, si l’on en croit l’Ingénieur Chimiste Hoeffer.

Pourquoi soudainement cet article fut-il introuvable dans le monde ? Pour en avoir la réponse, il faut ouvrir un ancien CODEX PHARMACEUTIQUE pour savoir à quoi servait ce produit. La réponse est courte : "Potasse caustique à la chaux... sert à brûler les verrues. ""

À l'instar de la pierre qui, après le caractère nauséabond de la putréfaction, prend une odeur suave après son albification, puissions nous partir en odeur de sainteté.

Cette expression évoquée par les "croque morts" d’antan évoque une odeur agréable de fleur que serait censé produire le cadavre de certains saints ou bienheureux immédiatement après leur mort.

Publié par ESOTERICUS dans ALCHIMIE, 0 commentaire
Coagula 2 : la Rubification

Coagula 2 : la Rubification

Nous entrons dans les neuf derniers mois philosophiques de coagula. La pierre est « sevrée », son aliment lacté (le sel philosophique) va désormais être remplacé par un aliment carné (le sel rutilant et la quintessence).

La rubification opérative

L'œuvre au jaune

Pendant ces deux mois philosophiques, l’Adepte imbibera chaque jour sa pierre bien sèche au moyen du sel rutilant qui a été récupéré lors de la phase initiale de séparation.

L’œuvre à l'orange

Pendant ces quatre mois philosophiques la pierre sera quotidiennement imbibée avec le sang du dragon obtenu après avoir coupé la tête du corbeau. Le nombre de gouttes utilisé ira crescendo au fil des jours. C’est le règne de Mars.

L'œuvre au rouge

Pendant ces trois mois philosophiques la couleur va finir de virer au rouge.

La rubification dans la littérature et les arts

botticelli la naissance de vénus

La naissance de Vénus.de Botticelli est une merveilleuse description de la phase au jaune.

Personnage mythologique. Vénus à qui on attribue le cuivre comme métal, représente la couleur jaune. Dans l'Œuvre, elle représente la teinte passagère entre le blanc et l'orangé.

Selon la mythologie grecque, Aphrodite (Vénus pour les romains) naît de la mer (SOLVE). Les organes génitaux de son père, le dieu Ouranos, sont tombés dans la mer, mutilés par son fils. Le sel rutilant symbolisé par les fleurs de myrte commence à teinter les cheveux de Vénus, sous l'action du 5ème feu insufflé par Zéphir et son épouse.

La quintessence est symbolisée par la cape rouge ornée de roses qui viendra ensuite rubifier Vénus (la teindre en rouge).

La coquille Saint-Jacques est un symbole utilisés depuis la nuit des temps. Elle évoque les eaux où elle se forme, symbole de la fécondité propre à l'eau, symbole d'amour et qui abrite les perles (granulations qui ont formé la pierre au blanc c'est à dire Vénus). Symbole de purification spirituelle e nombreux fonts baptismaux disposent d'une cuve en forme de coquille Saint-Jacques.

Nicolas Flamel dans son ouvrage "Les Figures Hiéroglyphiques" évoque la rubification dans ces termes :

"Or souviens-toi de commencer la rubification par l’apposition du mercure orangé rouge ; mais il n’en faut guère verser et seulement une ou deux fois ; selon que tu verras, car cette opération se doit parfaire par feu sec, sublimation et calcination sèches."

Au chapitre "rubification" du "Vrai Livre" de l’abbé Sinésius nous pouvons lire :

"Prends de la Médecine blanche tant que voudras, et la met avec son verre sur les cendres chaudes, tant qu'elle soi desséchée comme icelles. Après donne lui de l'eau du Soleil, qu'aura gardée à part pour ladite besogne, et continue le feu du second degré, jusqu'à ce que devienne sèche, puis lui redonne de l'eau susdite, et ainsi successivement imbibe et dessèche, jusqu'à ce que la matière se rubifie, et liquéfie comme cire, et coule sur la lamine rouge, comme est dit, et alors sera la matière parfaite au rouge. Mais note, qu'a toutes les fois tu dois mettre d'avantage de l'eau Solaire que ce qu'il en faut pour couvrir le corps, et non plus, et ceci se fait à ce que l'Elixir ne se submerge, et se noie, et ainsi se doit continuer le feu jusqu'à la dessiccation, et alors se doit faire la seconde imbibition, et ainsi procède par ordre jusqu'à la perfection de la Médecine, savoir jusqu'à ce que la puissance de la digestion du feu la convertisse en poudre très rouge, qui est la vraie Huile des Philosophes, la Pierre sanguinâtre, le Pourprin Coral rouge, le Rubis précieux, le Mercure rouge, et la Teinture rouge."

La rubification et l'alchimie spirituelle

Pour mener à bien la rubification, nous avons utilisé une partie de la quintessence recueillie lors de la décapitation du corbeau.

Comme l'écrivit Cyliani  dans "Hermès dévoilé" cette quintessence est aussi la médecine universelle. L'Initié "rubifié" est désormais en mesure de comprendre l'analogie entre le sang du Christ (la quintessence) versé pour sauver les péchés du monde et son rôle karmique dans le monde incarné...

Pour ce faire il est désormais de son devoir de transmettre le savoir qu'il a transformé en connaissance. Il a reçu beaucoup de sel philosophique en apprenant de son environnement et de ses maîtres, il doit maintenant poursuivre la purification de son karma en appliquant au mieux la loi du don.

La quintessence spirituelle de "l'initié rubifié" n’est que le fruit de ses souffrances, expériences et enseignements, qu’il va pouvoir utiliser pour son propre progrès mais surtout en faisant don de soi aux autres.

La maîtrise de son égo et une meilleure connaissance de lui même va désormais lui permettre une autonomie accrue et de se nourrir des aliments spirituels qu’il a lui-même sécrétés.

À la fin de cette première œuvre au rouge l'adepte doit être comparé avec le faux prophète des alchimistes (Pierre au rouge non multipliée, donc inapte à la transmutation). Il a acquis les outils essentiels mais il est encore loin du bout du chemin.

 

Publié par ESOTERICUS dans ALCHIMIE, 0 commentaire
Les freins craintes et inhibitions

Les freins craintes et inhibitions

L’être humain vit dans un conflit permanent entre ce qui le motive pour agir (voir article sur les motivations) et tout ce qui vient psychologiquement contrecarrer ses motivations.
Aucune action ou mise en œuvre d’un projet n’est envisageable aussi longtemps que le poids de nos besoins, désirs et motivations est contrebalancé (voire annihilé) par nos freins craintes et inhibitions.

Les freins et les craintes

Nos freins

  • La routine qui nous pousse à ne pas changer le confort de nos habitudes.
  • L’impatience qui peut privilégier une attente à court terme qui s’avère moins "attirante" qu’une solution à long terme.
  • L’influence de notre entourage dont les avis, voire leurs intérêts personnels peuvent être incompatibles avec nos motivations.
  • Un mauvais souvenir d’une expérience passée dont les circonstances peuvent nous sembler analogues.
  • Une mauvaise gestion de notre temps disponible.

Nos craintes

  • Peur de l’inconnu.
  • Peur de renouveler une mauvaise expérience vécue dans une situation similaire par nous même ou par un proche.
  • Peur de l’échec, de ne pas avoir les compétences pour mener le projet à terme.

Comme l'exprime la balance de l'image ci-contre nous ne devons faire en sorte que le plateau des besoins et motivations soit le plus lourd pour réussir dans nos actions orientées vers l'amour du bien et de la justice.

balance des motivations

Nos inhibitions

Définition

Selon Larousse : "L’inhibition consiste en l’absence ou la diminution d'un comportement qui, dans une autre situation semblable, avait été présent ou plus fort.
Processus interne qui est supposé empêcher ou freiner l'apparition d'une réponse et expliquer ce comportement."

Les sources de nos inhibitions

Pour les évoquer, nous citerons l’ouvrage de Marie-France Grinschpoun : "L’inhibition - Un agir empêché - 2e édition (PRATIQUES) (French Edition) . Enrick B. Editions. Édition du Kindle. " dont la couverture est ci-contre.

Les sources d'influence sociale

"Les influences parentales ou de substituts parentaux...

Elles apparaissent les premières et à ce titre ont un rôle sensible sur la représentation que l’on a de nous-mêmes. Si certains ont eu la chance qu’on leur dise qu’ils étaient les plus beaux et les plus intelligents, d’autres ont dû subir des comparaisons forts peu gratifiantes avec un frère, une sœur ou un cousin (quel dommage qu’il ne soit pas aussi brillant que son grand frère !) et la confiance en soi du sujet va s’en trouver fortement perturbée. Ces images négatives peuvent s’exprimer au travers de différents objets : physique, intellectuel, instrumental, sportif ou artistique.

L’école, qui véhicule les normes sociales courantes...

peut quelque peu réparer cette première imprégnation mais aussi la renforcer en réactivant une stigmatisation négative à l’aide d’une évaluation objectivable, les notes. La personne ayant une piètre image d’elle-même risque d’avoir des difficultés d’adaptation et adoptera des conduites inefficaces à son accomplissement.

Les médias,

qui contribuent par la diffusion de l’information à la formation du jugement, constituent aussi une source considérable d’influence en renvoyant des images collectives négatives, par exemple, des cités de banlieue, images auxquelles certains peuvent s’identifier.

Les religions...

qui proposent des lignes directrices de conduite, peuvent susciter une culpabilité chez des sujets un peu rigides qui ne parviennent pas à se conformer au modèle imposé.

Les amis...

qui exercent une influence affective choisie, peuvent activer une angoisse d’abandon s’ils déçoivent ou s’éloignent.

Notre histoire collective...

qui participe à une certaine stéréotypie sociale, peut, par exemple, nous enfermer dans une position de victime.

Notre histoire individuelle...

 peut cristalliser des expériences négatives vécues comme indépassables.

Notre culture...

qui véhicule nos normes de comportement, va s’avérer émotionnellement incommunicable à tous ceux qui n’appartiennent pas à cette culture et cela peut générer des frustrations.

Le travail,

qui est source de formation et de déformations, peut conduire à des difficultés d’intégration ou d’acceptation par autrui si des différences singulières mettent en cause la cohésion groupale.

Notre patrimoine génétique...

 lui-même peut être à l’origine d’amoindrissements physiques suscitant une dégradation de l’image de soi.

Les manifestations de nos inhibitions

Toujours extrait de l'ouvrage ci-dessus :

"1 - Le sentiment d’impuissance L’inhibition est très souvent confondue avec de l’incompétence par le sujet inhibé. Cette confusion est générée par sa faible estime de lui-même et entretenue voire renforcée par le regard d’autrui. Il en résulte un malentendu, attendu par le sujet inhibé, lui permettant de ne pas remonter à l’origine de son empêchement à agir c’est-à-dire à ses représentations anxiogènes. L’expression de l’inhibition rend compte d’un débordement. Il y a dépassement des capacités d’adaptation des sujets qui disent "lâcher pied", se sentir "submergés". Ne pouvant plus faire face, l’impuissance s’exprime par une incapacité à agir, dire, entendre, comprendre, sentir, se souvenir. Les sujets se disent "bloqués", "coincés", "paralysés", "inertes". C’est comme un arrêt sur image qu’on ne peut expliquer. [...] La défense régressive du sujet inhibé tend à valider son incompétence, sa disqualification." [...]

"2 – Le sentiment d’enfermement L’incommunicabilité et l’immobilisme conduisent à un enfermement vécu comme invalidant. Les sujets se vivent comme différents des autres, handicapés, inadaptés. "Cela devient un handicap social" dit un sujet en Bilan de Compétences. Cette différence est vécue avec souffrance et le mal-être indicible attend d’être entendu. Un sujet dit clairement : "J’ai envie que les gens se rendent compte de ma souffrance mais je ne la montre pas". La souffrance du sujet inhibé a d’autant moins de chance d’être entendue qu’elle ne peut pas s’exprimer et est donc inaudible pour autrui. Son intériorisation contribue à l’enfermement du sujet. A cette souffrance même, il peut s’attacher au fil du temps parce qu’il reconnait en elle son exclusion qui fait de lui un être à part, singulier. Il ne souhaite même plus alors être entendu parce que sa douleur s’en trouverait banalisée. [...]

"3 – Le sentiment de différence Ne pas être comme les autres, malgré soi, ce n’est pas être original mais singulier. La singularité subie, qu’elle soit physique, sociale, religieuse, raciale, intellectuelle, ou instrumentale, est vécue comme invalidante et présente un risque de séparation d’avec autrui. Dans le refus de rester juif après la shoah s’exprime ainsi l’inhibition d’une identité collective que l’on retrouve dans certains cas de maltraitance familiale où le sujet refuse l’idée d’être issu d’une telle famille.
Certes, certains peuvent prendre appui sur une singularité pour développer d’autre atouts (par exemple être laid mais très brillant scientifiquement) ou bien même user de cette singularité comme d’un mérite ("je me suis fait tout seul !") ; cependant pour beaucoup, la singularité est indépassable parce qu’elle génère trop d’angoisse. Une jeune femme étudiante en Master dit : "Je n’ai pas envie qu’on me connaisse. Je veux être comme tout le monde, ne pas me faire remarquer. Il y a une certaine sortie du lot que j’essaie de masquer, parce que ne pas être comme tout le monde, ça provoque le rejet. Être originale fait trop peur ; du coup on finit par se faire oublier." Le manque de confiance en autrui conduit ici le sujet à dissimuler ses différences. Les différences reconnues (personnes ayant vécues des traumatismes de guerre ou victimes d’attentats) tendent à se rassembler (groupements d’anciens prisonniers de guerre, de victimes d’attentats). Les différences tenues secrètes (inhibitions diverses) tendent, elles, à séparer d’avec les autres." [...]

"4 – L’angoisse d’abandon Chez le sujet habité par un sentiment d’insécurité, la moindre perspective de changement suscite l’angoisse. Le changement est redouté c’est-à-dire qu’il renvoie à la peur et au doute. La limitation fonctionnelle du Moi apparaît comme un phénomène réactionnel. Le conflit interne ne laisse place à aucune défense. S’en suit "une lente acceptation faite de renoncements successifs" [...]. Ce que se dit le sujet inhibé, c’est que personne ne peut le comprendre parce que personne ne vit cela. Si on soupçonnait ses différences, il risquerait d’être rejeté, exclu, abandonné et tout vaut mieux que cette mise à l’écart, que cette séparation d’avec l’autre. Il y a alors mise en place de défenses contre la possible réactivation d’une défaillance précoce."

inhibition
Publié par ESOTERICUS dans EMPATHIE - Ѱ, 0 commentaire
Cycles des phénomènes périodiques

Cycles des phénomènes périodiques

Les cycles des phénomènes périodiques

Cet article va une fois encore mettre en évidence l'importance de l'analyse des analogies pour mieux comprendre que dans l'univers, ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. Pour ce faire nous allons passer en revue les principaux cycles périodiques qui rythment la condition humaine.

Le cycle cardiaque

± 1 seconde

Cycle des 4 valves du cœur

  • Systole

  • Diastole

cycle du coeur

Cycle de la respiration

± 5 secondes

  • Inspiration

  • Pause

  • Expiration

  • Pause

cycle de la respiration

Fréquence cardiaque

± 70 / secondes

Ne pas confondre la fréquence cardiaque qui mesure le nombre de pulsations par minute avec le rythme cardiaque ou le pouls. Le rythme cardiaque désigne la manière avec laquelle s'effectue une révolution cardiaque, la manière dont les cycles se succèdent.

cycle cardio

Le Nycthémère

= 24 heures

Cycle veille sommeil.

Se compose d'un jour et une nuit.

cycle Nycthémère

Le cycle de la Lune

= 28 jours

Les 8 phases d'une lunaison sont :

  • Nouvelle Lune

  • Premier croissant

  • Premier quartier

  • Gibbeuse croissante

  • Pleine lune

  • Gibbeuse décroissante

  • Dernier quartier

  • Dernier croissant

cycle de la lune

Le cycle menstruel

= 28 jours

Les 4 phases du cycle sont :

  • Règles (hiver)

  • Réactivation (printemps)

  • Ovulation (été)

  • Pré menstruation (automne)

cycle menstruel

Le cycle de la terre

= 365 jours

Le cycle de la terre autour du soleil règle nos 4 saisons :

  • Hiver

  • Printemps

  • Été

  • Automne

cycle de la terre

L'année sidérale

= 25.968 ans

Le système solaire tourne autour de la ceinture zodiacale, et détermine le cycle de la précession des équinoxes.

  • Âge d'or (printemps)

  • Âge d'argent (été),

  • Âge de cuivre (automne),

  • Âge de fer (hiver ou kali-yuga).

Nous somme dans l'ère du verseau depuis février 1962.

L'ère des poissons qui l'a précédée a duré 2164 ans (25.968 / 12).

 

Cycle sidéral

Le cycle des ères

environ 2.160 ans

soit un douzième d'année sidérale

Les quatre moments clés de l'année sont les équinoxes de printemps et d'automne, ainsi que les solstices d'été et d'hiver. À chacun de ces moments, le Soleil se lève dans une constellation différente. Ainsi, comme c'était le cas jusque en 1962, le Soleil se levait en Poissons lors de l'équinoxe de printemps, , il se levait en Vierge à l'équinoxe d'automne, et respectivement en Gémeaux et Sagittaire aux solstices d'été et d'hiver (voir diamètres sur le cercle zodiacal à droite). L’ère du poisson fut marquée par l’avènement du Christ pêcheur d’hommes.

Cependant, du fait de la précession des équinoxes, le point vernal (l'équinoxe de printemps) est passé de Poissons en Verseau. Il en résulte que les trois autres constellations correspondant aux trois moments clés de l'année ont elles aussi changé (de Vierge, Gémeaux et Sagittaire en Lion, Taureau et Scorpion ; comme si toute la mécanique céleste avait changé de coordonnées.

Avant l’ère des poissons il y eût l’ère du bélier qui elle-même avait précédé l’ère du taureau ; chacune ayant duré environ 2.160 ans. Elles ont chacune influencé le "culte" des divinités ayant ces animaux pour symboles.

zodiaque

La précession en vidéo

En complément pensez à consulter les plus long de tous les cycles de l'univers

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire