KABBALE

Carrés magiques : <br>Le carré de Saturne

Carrés magiques :
Le carré de Saturne

Cornelius Agrippa

Introduction sur les carrés magiques

Les carrés magiques étaient connus des mathématiciens chinois, à partir de 650 avant notre ère.
Nous devons essentiellement la résurgence des carrés magiques à Cornelius Agrippa (1486-1535). Ce philosophe allemand parle de nouveau des carrés magiques, avec toujours une connotation religieuse. Son traité "De Occulta Philosophia" nous expose une théorie mêlant astrologie et carrés magiques.
Son intention en rédigeant cet ouvrage était de libérer la philosophie occulte de sa gangue idolâtre, naïve, superstitieuse et fantasque, afin de rendre, selon ses termes : "la perfection absolue à la plus noble des philosophies".
Son opinion était que la magie avait sombré dans un chaos de sortilèges, de formules absconses incompréhensibles par ceux qui les utilisent, de cérémonies loufoques et grandiloquentes. Il décida donc de reconstruire l’édifice en un ensemble cohérent de connaissances conçu comme une renaissance de la sagesse des anciens (sagesse aussi bien païenne que juive ou chrétienne).

La numérologie occidentale est issue de deux grands courants : la Kabbale hébraïque et l’école pythagoricienne.

En mathématiques, un carré magique d’ordre n est composé de nombres entiers, écrits sous la forme d’un tableau carré. Ces nombres sont disposés de sorte que leurs sommes sur chaque rangée, sur chaque colonne et sur chaque diagonale principale soient égales. On nomme alors constante magique (et parfois densité) la valeur de ces sommes.

Les carrés magiques sont associés dans l’occultisme et la magie talismanique occidentale, aux planètes et aux puissances angéliques. On les utilise principalement afin de construire des sceaux, symboles d’une énergie sympathiquement associée à une entité céleste ou physique.
Un carré magique d'ordre n est composé de n² nombres entiers généralement distincts, écrits sous la forme d'un tableau carré. Dans le langage mathématique, on appelle "ordre d'un carré magique" le nombre de chiffres compris dans une colonne. Ainsi, le carré magique sera du quatrième ordre, lorsque chacune de ses colonnes comprend quatre chiffres ; du cinquième ordre, quand il en comprend cinq ; et ainsi de suite. Il y a donc deux sortes de carrés magiques : ceux d'ordre pair et ceux d'ordre impair. Un carré magique d’ordre 3 (n) sera donc composé de 3² = 9 cellules. La somme de chaque ligne et colonne est obtenue par la formule (n*(n²+1))/2 = (3*(3²+1))/2 = 15.

Selon Rommarret Halabaq dans son ouvrage "Pratique de magie litanique des 150 psaumes de David avec les 72 anges de la Kabbale" :

"Tout carré magique quel qu'il soit, est la correspondance d'une étoile ou d'un astre dans l'univers, et sous un angle spirituel, il est lié à un gouvernement d'entités spirituelles. Mais une vérité qu'il faut souligner dans les choses spirituelles c'est qu'elles ne parlent qu'a chacun selon l'idée qu'il se fait d'elles, celui pour qui ,un carré magique est un simple arrangement numérique des Nombres le sorte que, toutes les lignes donnent la même somme, eh bien, c'est à ce niveau de compréhension purement intellectuelle qu'il s'arrêtera ; le carré magique ne lui révélera pas ses secrets. Car il est fait à chacun salon sa foi, selon son opinion ! Les carrés magiques sont semblables à un véhicule sans carburant. C'est au conducteur lui-même de fournir le carburant au véhicule pour le faire démarrer."

Le carré de Saturne

Introduction au Carré de Saturne

Le carré de Saturne est un carré magique d'ordre 3. Sa constante magique en lecture horizontale, en lecture verticale et en lecture oblique est à chaque fois de 15.
La somme totale de ce carré est de 45, sa racine cabalistique est neuf (4+5).

Au centre de ce carré se situe le nombre 5 qui symbolise l’Homme Universel (voir ci-après le symbole d’Agrippa : "l'homme Vitruve") :

La somme des deux extrémités diamétralement opposées est égale à 10, deux fois la valeur de la case centrale 5.

La somme des carrés des chiffres de la première ligne est égale celle de la dernière ligne de mêmes pour les colonnes extrêmes :

6² + 7² + 2² = 8² + 3² + 4² =  89

6² + 1² + 8² = 2² + 9² + 4² = 101

La somme de tous les nombres de ce carré est 45, ou encore  4 + 5 = 9.

Carré de Saturne et Alchimie

La lecture de nos articles de la page alchimie sur la séparation, la mondification et l'oeuvre au noir vous permettra de mieux comprendre ce qui suit :

Pour parvenir à l'œuvre au blanc, il faut préalablement au jour 9, "couper la tête au corbeau" qui symbolise l'âme de l'adepte et préparer cette âme à sa future initiation solaire.

Pour ce faire, il faut utiliser successivement 8 doses de sel philosophique comme illustré sur notre illustration.

Comme annoncé ci-avant : au centre de ce carré nous avons substitué l’Homme Universel d'Agrippa qui symbolise  ce nombre 5.

Nous retrouverons ci-dessous le symbolisme du sel philosophique qui est à la fois terre eau air et feu et permet de crucifier la materia prima.

La triade représentative de René Guenon présente  : la Terre : le carré, le cercle  :  le ciel, et l'homme en quête de vérité transcendante entièrement inscrite dans l'étoile centrale et brillante , le 5, dont le nombril est au centre des figures, dans le carré, conditionné par la matière,  l'étoile à 5 branches : l’homme régénéré au milieu du monde des ténèbres.

La décapitation du corbeau marque la fin du règne de Saturne en alchimie. Est-ce un pur hasard si ce carré fut dédié à cette même planète ?

Carré de Saturne la croix et les 4 éléments

Carré de Saturne et les 4 éléments

Cette illustration nous montre que la répartition des 9 nombres permet de dessiner la rose croix avec les nombres impairs.
Pour ce qui est des nombre pairs, situés aux 4 coins cardinaux nous remarquons :
Représentant les nombres dans leurs affinités réelles par leurs vibrations respectives.

  • L'eau dont le symbole est 8.
  • La terre dont le symbole est 4.
  • Le feu dont le symbole est 2.
  • L'air dont le symbole est 6.

La somme des nombres est 45 ou 4+5 = 9, ou le carre de 3, l'exalté du 9, 8+1= 81,  3 x 27 qui donne le nombre 81, soit 8 + 1= 9 le chiffre de la perfection, qui annonce à la fois la fin et le recommencement sur un autre plan.
La  réalité de notre univers peut être comprise par l'ensemble de nombres entre 1 et 9, toujours définis dans ce carré. Le Carré de Saturne est une miniaturisation analogique de l'univers dans lequel nous évoluons.
Une autre analogie entre le Carré Magique de Saturne et l'architecture des bâtisseurs de cathédrales s'impose à l'évidence ; en effet :
Si nous plaçons l'Orient (Est) au dessus du carré et l'Occident (Ouest) en dessous, nous voyons que le seuil de la Terre est bien au Nord-Est, le seuil du feu au Sud-Est, le seuil de l'air au Sud-Ouest, et enfin, le seuil de l'eau au Nord-Ouest.
N.B. : Les fonts baptismaux étaient toujours positionnés au Nord-Ouest...

C'est à force de travail et de méditation que nous déchiffrerons progressivement la profonde signification du labyrinthe que nous parcourons mais dans lequel notre libre arbitre immédiat reste lié au carré de la matière (4, 8, 6, 2).

Notre esprit pourra s‘épanouir dans l'expansion du cercle de notre âme (la rose du 5 ou Homme de Vitruve).

Le Christ et le Carré de Saturne

Le nombre 15 est associé au nom divin YAH (Yod He) dont la valeur en guématria est 15. En outre, le nombre 5 (qui représente la lettre He est une forme raccourcie du Nom de Dieu). Il est toujours au centre du Carré de Saturne.

La Genèse 8 - 3"Les eaux se retirèrent de dessus la terre, s'en allant et s'éloignant, et les eaux diminuèrent au bout de cent cinquante jours ".

Le 151 ème jour marque donc le renouveau suite au déluge biblique.

151 est le nombre rattaché à l'Homme au sein du monde manifesté. Il évoque l'équilibre et le point central d'où émane la lumière originelle, le foyer d'un univers en expansion. C'est aussi comme nous l'avons vu ci-dessus la quintessence, c'est-à-dire les 4 éléments sous la forme d'un cinquième, une complétude qui évoque là-aussi la totalité matérielle.

151 représente ainsi l'Homme régénéré et centré, rayonnant comme la lumière, au milieu des ténèbres du monde profane. Ce nombre est surtout connu pour avoir été associé à Jésus-Christ dans l'ésotérisme, avec "Jésus-Christ" = 151 en additionnant la valeur des lettres (voir ci-dessous).

Nous pouvons aussi par analogie évoquer que le Christ est le Fils du Créateur (le 1) venu sur terre prenant ainsi une âme humaine (5), avant de retourner auprès du Père (1).

Le Sceau de Saturne

Ces deux illustrations permettent de reconstituer le Carré de Saturne.

Sceau de Saturne simpleElles nous montrent que :

  • L'Homme est la diagonale rouge 4 - 5 - 6 prise en étau entre...
  • Le Monde Divin flèche blanche 1 - 2 - 3, et...
  • Le Monde Matériel (naturel) de la flèche verte 7 - 8 - 9
Carré Hébraique

Carré de Saturne et Guematria

Attention de bien lire les lettres hébraïques de droite à gauche.

Daleth (4)4 et Mem (40) : Ces deux lettres ont pour valeur numèrique le nombre (44) et forme le mot ‘DAM’ qui signifie "Sang", qui contient l’âme vitale, la vie.

Le nombre (44) est la Guematria des deux termes (3 + 41 = 44) :

  • Aleph 1 et Beith 2 qui signifie "Pére" 1 +2 = 3 » (3), et
  • Aleph 1 et Mem  40 qui signifie "Mère" (40 + 1 = 41), qui sont tous deux les acteurs de la conception physique de l'homme sur terre.

 

"Adam" est un nom formé de trois lettres hébraïques : aleph, daleth et mem.

"aleph" 1 symbolise l’origine de toute chose.
"daleth" 4 symbolise la porte, le passage.
"mem" 40 symbolise la transformation, la renaissance.
Ainsi Adam (1 + 4 + 40 = 45 -> 4 + 5 = 9) serait "l’élément passage (daleth) entre notre origine (aleph) et notre renaissance (mem)". Adam est le prémisse de notre renouveau intérieur.

  • 1 symbolise le centre indivisible, le prototype.
  • 4 symbolise la totalité, la matière.
  • 5 symbolise le souffle vital.
  • 40 symbolise la recherche dans autre plan de conscience.

Nous retrouvons ici notre "Homme Nouveau" évoqué ci-avant.

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 3 commentaires
L’Homme vit dans un système évolutif

L’Homme vit dans un système évolutif

La conclusion de l'article précédant était : "Pour aborder valablement l'étude des Hiérarchies Cosmiques et en tirer profit, il faut bien être conscient que : l'homme vit dans un système évolutif ! "

Ce qui veut dire que, contrairement à ce qui est souvent enseigné par les doctrines religieuses, l'homme n'est pas seul en face de DIEU, comme 2 personnes faisant une partie de cartes ou comme le petit chien face à son Maître. Non, l'homme vit dans un système de création et d'évolution. Rien n'est figé, rien n'est définitivement arrêté ni irrémédiablement prévu. Tout est mouvements, tout est cycles, tout est vies.
Alors, l'homme, dans ce système évolutif et de création, a deux attitudes possibles : ou bien il stagne et se complaît dans la fange du matérialisme et de la jouissance épicurienne, ou il travaille à son évolution afin de retrouver son Essence Primordiale, son Essence Divine. C'est pour permettre à l'homme d'accomplir ce travail colossal et titanesque qu'il est soumis au cycle des incarnations successives.
Ainsi l'homme est-il destiné à s'élever, à se "diviniser", afin d'être prêt à accomplir le dessein qui lui est promis s'il sait s'en montrer digne.

Revue des Séphiroth

Comme nous pouvons le voir sur notre Arbre Séphirotique ou sur notre Arbre des Hiérarchies Cosmiques, il y a entre DIEU et les hommes 9 hiérarchies.

Mais il y a aussi à côté de l'homme divers autres "êtres", comme les dévas de la nature, ainsi que les 3 règnes évolutifs, à savoir : le règne minéral, le règne végétal et le règne animal... (ce dernier auquel l'homme appartient !)

Tous ces élémentals, toutes ces âmes non différenciées, qui animent ces "êtres", évoluent et se transforment, chacun à son rythme, chacun selon des processus subtils et précis. Le diamant n'est-il pas du carbone qui, de charbon qu'il était, est devenu cette pierre précieuse que nous connaissons ?

Mais revenons à l'homme. Il y a "devant" lui 9 hiérarchies, ou 3 Triades, nous l'avons vu. Or, chose importante que nous devons également noter, puisqu'elle justifie à elle seule tous les sacrifices que le Cherchant consent à son travail spirituel,
cette chose importante est que :

L'Homme est destiné à devenir la dixième hiérarchie cosmique,

lorsqu'il aura achevé son évolution terrestre, comme la Troisième Triade Hiérarchique, qui le précède, l'a accomplie avant lui.
Ceci ne veut pas dire que ce travail évolutif soit terminé pour Elle, pas plus qu'il ne le sera pour l'homme ! Les Anges, les Archanges et les Principautés ne cessent de travailler dans le Monde qu'est le nôtre, puisque leur travail consiste à œuvrer dans la matière...
Ils sont nos "interlocuteurs privilégiés". Ce sont Eux que nous prions d'intercéder pour telle ou telle chose. Ce sont d'eux que nous recevons nos inspirations, nos idées, nos protections. Ils œuvrent, avec les Maîtres, à notre évolution. Ils veillent sur notre devenir selon leurs spécialités propres, car leur rôle est bien précis, bien ordonné. Il n'y a pas de "bricolage" angélique !

Une analogie pour mieux comprendre :

Imaginons la fabrication d'une voiture. Pour ce faire, chaque ouvrier a une tâche bien établie. Chacun sait ce qu'il doit faire et sait qu'il ne doit pas s'occuper du travail de son voisin. Il y a des coordonnateurs dont le rôle est de veiller à ce que toutes les pièces ainsi crées soient assemblées en parfaite harmonie afin d'être conformes au Plan. Ainsi, la voiture peut-elle, in fine, quitter la chaîne en parfait état de fonctionnement...
Nous sommes, dans cet exemple, semblables à cette voiture, hormis que nous avons le choix, le libre arbitre, l'intelligence et la volonté de sortir de l'usine d'assemblage dès que possible et dans les meilleures conditions...
Nous avons essayé de démontrer, tout à l'heure, que l'homme n'est pas seul dans l'univers. Qu'il n'est pas seul face à DIEU et qu'il y a nécessairement toute une hiérarchie. Nous allons prendre un nouvel exemple pour étayer notre propos :
on conçoit une hiérarchie chez les humains. Ainsi, dans un royaume, un sujet ne peut s'adresser directement à son monarque. S'il lui est possible de le contacter, ce ne sera que par l'intermédiaire de ses ministres, de son administration, de sa hiérarchie ! Et l'on oserait imaginer que l'on peut voir DIEU, lui parler, échanger, à la bonne franquette, notre façon de voir les choses et en profiter pour l'entretenir de nos petits malheurs, de nos petits bobos, de nos petits espoirs !...
Vanitas vanitatum ...!

montage automobile

Nous en sommes maintenant parfaitement conscients : l'homme ne peut donc intervenir directement auprès de DIEU, l'Absolu, l'Incognicible... etc. Et si l'homme y parvenait, ses structures mentale et physique n'y résisteraient pas : il serait totalement et définitivement détruit.
Si les proverbes et dictons démontrent en général le bon sens populaire, l'expression selon laquelle "il vaut mieux s'adresser au Bon Dieu qu'à ses Saints", peut nous apparaître, à la lumière de ce qui vient d'être exposé, comme quelque peu dangereuse si on la prend au sens premier !
Mais revenons à nos anges et faisons plus ample connaissance avec nos trois Triades Hiérarchiques, avec nos neuf hiérarchies Cosmiques...

Bien sûr, ce sont les Hiérarchies des Anges et des Archanges, qui ont le premier élan de notre sympathie.
Ceux-là mêmes qui forment, avec les Principautés (ou Archées), la Troisième Triade. Comme nous le disions ci-avant, ils sont liés à nos souvenirs d'enfance... et à des souvenirs peut-être encore plus anciens, mais cela constitue une autre histoire...

Néanmoins, ce ne sont pas ces seules raisons qui nous les rendent si proches...

Il se trouve que dans le grand système évolutif auquel tout appartient et duquel tout procède, les Anges et les Archanges sont immédiatement "devant" nous. Il y en a même qui disent que ce sont nos "supérieurs hiérarchiques"! De plus, ce sont les Anges qui sont les plus proches de notre fréquence vibratoire. Ce sont eux qui sont, si l'on peut dire, au contact des humains. C'est par leur ministère que le Triple Absolu peut descendre dans le Monde Physique de la Création, dans la partie visible et matériel.

Ici, nous devons préciser qu'il est très difficile de nous faire une idée exacte d'un Ange ou d'un Archange, sur un plan non visible et non matériel. De même qu'il est malaisé de définir avec clarté l'attitude à avoir vis-à-vis d'un ange. Car si nous devons les respecter, les admirer, nous ne devons pas les vénérer ni les déifier. Il ne s'agit pas, en restaurant les Hiérarchies Cosmiques, de suggérer une quelconque idolâtrie, ni de remplacer Dieu, dans notre esprit, par une multitude de "sous-dieux". Une telle compréhension générerait de grandes et profondes désillusions.

Dieu est un et indivisible, de même que la Hiérarchie est une et indivisible, inséparable de la notion de Dieu, de laquelle elle procède et sans laquelle rien ne serait... Nous insistons bien sur le fait que le "travail" accompli par la Hiérarchie n'est "que" la Manifestation de la Volonté Divine, et plus exactement, son Mode d'expression...

anges et archanges

Encore une analogie :

Prenons encore un exemple, qui nous apparaîtra certainement comme lumineux :
Lorsque, à la maison nous actionnons l'interrupteur afin d'allumer une lampe, est-ce la lampe qui nous apporte la lumière, ou bien est-ce l'électricité ?

Bien sûr, c'est l'ampoule qui s'illumine et qui rayonne. C'est l'ampoule qui manifeste la lumière. Cependant, elle n'est que le catalyseur de la force qui l'anime à ce moment là, tandis que l'électricité, bien qu'invisible, est permanente. L'ampoule sans l'électricité serait un objet inutile, donc inexistant, tandis que l'électricité EST même sans l'ampoule !
Toute comparaison n'étant que relative, nous pensons que ceci peut nous aider à mieux appréhender ce qui vient d'être démontré.

ampoule électrique

Nous disions que la différence entre un homme et un Ange est immense et qu'il est très difficile de se faire une idée exacte de ce qu'est un Ange.

Et la différence entre un Ange et un Archange est aussi grande que celle qui sépare un homme d'un Ange... et cela est valable pour chaque "Étage" de la Hiérarchie... Nous prenons conscience qu'il est pratiquement impossible d'imaginer les divers degrés de la Hiérarchie Cosmique !!!

Alors, encore une fois, restons humbles et admettons une bonne fois pour toutes, qu'il est impossible d'enfermer des Êtres Incommensurables, Infinis, dans notre petite boite cérébrale, limitée et, par définition finie ! Une fois cela admis, -admis bien dans la fibre de notre intellect- nous avancerons beaucoup mieux et bien plus sûrement...

Nous avons compris qu'un Ange est un être qui n'appartient pas au monde chimique dense, au monde physique. On ne peut donc l'imaginer, ni physiquement, ni psychiquement. L'Ange n'est pas soumis aux mêmes lois que l'homme. Il ne juge pas, il n'a pas de sentiments tels que ceux que nous ressentons : il n'a pas "d'états d'âme", il est constant, stable, serein… IL EST.

Au risque de surprendre, nous dirons même que s'il ignore la haine, il n'aime pas non plus (au sens humain du verbe). Mais étant Émanation du Divin, il EST Amour. A vrai dire, les Anges accomplissent le travail auquel ils sont voués et qui est nécessaire à leur propre évolution...

Nous devons bien comprendre que si un ange peut nous aider à divers moments de notre existence, nous lui apportons également beaucoup et participons nous-mêmes à sa propre évolution.
(Nous ne devons pas "avoir la grosse tête" pour autant, car il est possible que nous participions à son évolution à peut près de la même manière que la feuille de salade, dans notre assiette, participe à la nôtre !)

l'ange est amour

Retour vers la loi de résonance et la prière :

Alors, si le Monde Angélique est si différent de l'idée que l'on peut s'en faire, s'il est si différent de ce que l'homme peut comprendre, comment peut-on communiquer avec ces Émanations du Divin, avec ces Êtres aussi exceptionnels, aussi inaccessibles ? De ce que l'on sait sur cette question, on considère que les Anges n'ont pas à proprement parler de langage. Ils ne font pas de bruit au sens humain du terme. Par contre, ils ont une forme-pensée qui les rend très sensibles aux vibrations subtiles émanant de la pensée ou des émotions humaines.

En deux mots, et sans s'étendre sur ce sujet, il faut savoir que c'est par des procédés télépathiques que l'on peut le mieux entrer en contact avec Eux, ou Eux avec nous... On comprend donc plus précisément combien il nous serait utile de développer ces qualités !

Une autre forme pour les contacter et attirer leur bienveillance, est constituée par la science des MANTRAM. A ce sujet, Michel COQUET, nous dit, dans son livre intitulé "DEVAS ou MONDES ANGELIQUES" :
"II est compréhensible que cette science des Mantram soit d'une telle importance puisque l'on sait que chaque mot, différencié ou synthétisé, affecte le royaume des dévas et par conséquent la construction des formes. Aucun son n'est jamais émis sans provoquer une réponse correspondante dans la substance des dévas, et sans contraindre une multitude de vies élémentales à prendre des formes spécifiques. Ces formes persistent et accomplissent leurs fonctions aussi longtemps que résonne le son qui les a engendrées, et que l'énergie de volonté concentrée et définie de celui qui l'a émise est dirigée vers la forme-pensée naissante." (fin de citation).

À l'énoncé de ce qui vient d'être dit, ceux qui pratiquent des exercices mantraciques savent qu'aucun mot n'est prononcé, aucun son n'est émis, sans de multiples conséquences dans le Monde Invisible ...

mandala

Par contre, le CONTACT avec les Devas, relève véritablement de la magie et dépasse le cadre de ces propos...
Voici donc ce qui peut être dit pour effleurer ce sujet, vaste s'il en est, et pour conclure ces propos qui sont de toute évidence bien incomplets, nous pensons que s'il nous prenait la fantaisie de vouloir opposer ces deux représentations de la Hiérarchie divine que sont l'Arbre Séphirotique et L'Arbre des Hiérarchies Angéliques, nous constaterions certaines divergences mais nous ne trouverions jamais d'opposition ou de contradiction entre ces deux figurations.
On peut, en diverses langues, exprimer la même idée et malgré la différence de formes, ce sera bien la même idée qui sera transmise !
Aussi, ne soyons pas surpris d'être en présence de deux manières de représenter la Hiérarchie divine. Et nous n'envisageons que ces deux figurations : en effet, il existe bien d'autres modes de perception et de traduction de la Hiérarchie selon les traditions, les cultures ou les époques...

Mais une chose est certaine, c'est que toutes ces manières concourent à la même Vérité, à la même expression, à la même Idée Primordiale. Et pourquoi ne pas le dire ; toutes procèdent de la même Source. Toutes tentent, également, de rendre plus intelligible au Cherchant, la Chute puis la Remontée de l'âme vers le Divin.

Cependant, la Kabbale est le plus complet des Enseignements se rapportant à la notion de Hiérarchie divine. La différence fondamentale, à nos yeux, et en l'état de nos propres travaux, sera que la Kabbale est, disons plus directive, plus impérative dans ces allégations, plus docte. C'est au moins l'impression du début. En fait, elle impose, c'est vrai, une étude de base très stricte, un cadre très rigide, un peu comme les gammes ou les arpèges du pianiste. (Sans la maîtrise de la gamme et du clavier, pas de brillant concerto ! Pas de concerto du tout !) Ensuite, l'étudiant, le kabbaliste, est quelque peu livré à lui-même et sa progression, ses résultats, seront pour beaucoup fonction de ses études fondamentales, de ses arpèges, de sa préparation...

L'approche des Hiérarchies Cosmiques par l'Angéologie est plus intuitive, plus sensible, plus intime aussi…
Nous pouvons faire un rapprochement, une comparaison entre l'étude de la Kabbale et l'Alchimie. La même ascèse, la même discipline, la même vertu sont à cultiver dans son jardin intime spirituel. Ces deux études ne sont d'ailleurs pas exclusives l'une de l'autre, et s'accommodent parfaitement d'autres écoles différentes et complémentaires. Mais de la même manière que pour la Science Alchimique, le kabbaliste insuffisamment préparé encourt de graves bévues. Les "retours de manivelle" sont cuisants et parfois dangereux pour l'équilibre psychique tant que pour l'équilibre physique.

L'étude de l'Arbre de vie comme celle de la Hiérarchie Cosmique implique ainsi qu'il a été dit au début de cet exposé, humilité, patience et une grande confiance. Elle constitue une ouverture sur des Mondes insoupçonnés et la découverte de sphères de Lumière et d'Amour sans fin…

François Carré

apsara devas

Bibliographie :
"LA KABBALE PRATIQUE" Robert AMBELAIN Éditions Buissière
"DEVAS ou les Mondes Angéliques" Michel COQUET Éditions de L'Or du Temps
"Lumière de la Grande Loge Blanche" Michel COQUET Éditions de L'Or du Temps
"Le Grand Livre des Invocations et des Exhortations" HAZIEL : Éditions Buissière.

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 0 commentaire
L’Arbre de Vie et Nous

L’Arbre de Vie et Nous

A présent que nous avons fait connaissance avec notre étude, nous pouvons considérer que l'ARBRE SÉPHIROTIQUE doit être abordé sous son double aspect MACROCOSMIQUE et MICROCOSMIQUE. À ce titre, nous pouvons projeter l'ARBRE DE VIE dans l'Homme en prenant soin de considérer que gauche et droite sont inversées, comme si nous nous regardions dans un miroir...

L'arbre de vie et Pythagore

De même, peut-on essayer de retrouver la fameuse TETRAKTYS du Maître PYTHAGORE, en prenant :

  • les 4 Séphiroth constituant le Monde Physique Dense et le Monde Psycho-Énergétique pour former la base du triangle : le quaternaire ;
  • les 3 du Monde Spirituel formant la deuxième rangée : le ternaire ;
  • 2 des 3 Séphiroth émanant du Monde Divin représentent ici le binaire (Mère et Fils Divins) ;
  • la troisième, le Père Divin, KETHER, au sommet du triangle, symbolisant l'Unité.

Nous venons de voir que l'Homme est à l'image de l'Univers, et, pour corroborer cette notion, nous pouvons citer la fameuse sentence que PYTHAGORE a vraisemblablement rapportée de sa quête en Égypte et que nous avons tous bien présent à l'esprit :
"Connais-toi toi-même et tu connaîtras l'Univers et les dieux..." programme qui est une devise chère à tout Cherchant !

Tetraktys et Kabbale

Dans le même ordre d'idées, nous pouvons aussi citer HERMÈS TRISMÉGISTE qui signifie la même chose lorsqu'il dit :

"Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas... et ce qui est en bas est comme ce qui est en haut"…
Nous sommes vivement invités à considérer ces citations qui nous montrent qu'il y a décidément bien des façons de transmettre le même message, la même vérité !
Mais attention, ainsi que nous venons de le voir, l'image est parfois inversée comme dans un miroir, (pensez à l'arbre au bord de l'eau...), et dans notre Arbre de Vie, le Monde Spirituel est le reflet du Monde Divin : voyez comme la pointe est dirigée vers le bas. On peut dire que le sommet du triangle symbolise l'Esprit, l'Esprit qui se dirige vers la matière afin de la féconder. Il en est de même pour ce qui concerne le Monde Psycho-Énergétique...
C'est normalement à ce but -le but suprême de transmettre aux hommes les messages divins- que les Religions sont destinées... Religion : RELEGARE ; Lier, Relier... Relier les hommes entre eux, bien sûr, mais surtout, relier les hommes, par l'intermédiaire de la Hiérarchie Cosmique, à la Divinité, à DIEU...
Ayant le même but, les religions devraient être concourantes et non concurrentes, c'est à dire poursuivre ensemble le même but, d'une manière complémentaire et non opposée.

Les correspondances des Séphirot

Nous avons vu, dans les articles précédants que chaque sphère de l'Arbre Séphirotique correspond à un nom divin, à un nom de Principe divin, et nous n'avons pas manqué de noter, également, que chaque Séphira porte un nom avec sa traduction approximative qui indique une vertu, une influence plus particulière. Il ne faut pas prendre ces noms au pied de la lettre, au sens restrictif du mot, car chaque traduction ne donne qu'un seul sens alors que le nom de la Séphira en induit plusieurs...

En outre, ce qui est vraiment important, c'est la prononciation du NOM de la Divinité (voir article sur la Loi de Résonance n.d.l.r.), de même que le respect, l'amour, la dévotion et la pureté des intentions avec lesquelles on l'invoque... Cela nous situe bien loin des vaines et inutiles querelles des églises, qui en oublient souvent leur Mission pour ne s'intéresser qu'à leur propre hégémonie…

Une autre observation nous permet de constater que chacune des Séphiroth est également rattachée à une planète, à son influence.

Mais alors, pourquoi une correspondance planétaire ou cosmique ?

Simplement pour nous rappeler que l'Arbre de Vie est l'archétype du Cosmos considéré dans son ensemble en tant que macrocosme et en tant que microcosme.
L'Arbre de Vie, en tant qu'archétype, est donc la Clé de la compréhension du Cosmos. En outre, de la même manière que l'homme qui s'initie, qui suit un Sentier, une Voie, est influencé par les différentes planètes, de même est-il également influencé par chacun des aspects des Séphiroth.

Le but de notre incarnation n'est-il pas de nous élever en fréquence afin d'atteindre la Maîtrise Solaire, puis la Maîtrise Cosmique ?

Les Enseignements dispensés par les Écoles de Sagesse n'ont d'autres buts que de permettre à leurs étudiants, puis à leurs disciples, de parvenir à cet état, même si, encore une fois, les mots et les images employés pour définir les mêmes idées, les mêmes notions, ne sont pas toujours identiques d'une école à une autre...

D'une manière complémentaire à l'enseignement dispensé par une École de Sagesse traditionnelle, une étude approfondie de la Kabbale peut grandement contribuer à ce plan.

religare

Kabbale Schéma n° 2

Kabbale Schéma n° 3

Les ordres angéliques

A présent, nous constatons qu'il y a le nom d'un Ordre Angélique. Sur le schéma N° 2, nous n'avons pas indiqué le nom hébreu, mais seulement la traduction correspondante qui est admise pour la Hiérarchie Cosmique que nous verrons plus en détail ensuite...
En dernier lieu, nous devons également tenir compte du nom du Chef de chacun des Ordres à considérer. (cf. schéma 3)
Notre étude va nous amener, à présent, à nous intéresser à un sujet que l'on trouve souvent sympathique et attachant, sans doute parce qu'il a bercé nos rêves d'enfants, lorsque nous nous endormions dans les bras des anges ou que notre Ange Gardien était encore invoqué par nos parents pour nous protéger et nous venir en aide... Par la suite, nous n'en avons plus entendu parler, comme si nos anges avaient fini d'exister ou qu'ils avaient terminé leur travail, ou encore qu'ils ne s'intéressaient qu'aux enfants, semblant nous délaisser ! Ou bien, peut-être que par pudeur, les adultes ne veulent pas avouer "qu'ils croient encore aux anges", un peu comme si l'on disait croire au Père Noël !
Comme tout cela est curieux ! On s'accommode décidément bien avec le Ciel !
Ce sont donc à présent les ORDRES ANGÉLIQUES qui retiendront plus particulièrement notre attention, puisqu'ils sont le lien "visible" et tangible entre la Kabbale et les Hiérarchies Cosmiques telles que les définit la Tradition.
Nous verrons qu'ainsi, la comparaison et la superposition des hiérarchies angéliques avec les Séphiroth de la Kabbale, vont nous permettre une approche peut-être plus facile et plus imagée, mais non moins sérieuse, puisque nous allons découvrir une Hiérarchie plus "spécialisée", et si vous me permettez l'image, plus policée, plus administrative... Donc plus proche de notre compréhension immédiate.

Nous allons à présent étudier le tracé de l'ARBRE DE VIE tel qu'il est représenté traditionnellement avec les noms qui correspondent à chaque Séphira (cf. schéma N° 1). Puis nous le comparerons à l'ARBRE DES HIÉRARCHIES COSMIQUES classées par triades (cf. schéma N° 2).
Que remarque-t-on de prime abord ? 2 choses.
Premièrement, nous remarquons que le ternaire Père, Fils et Mère divins est remplacé par celui de Père, Fils et St-Esprit et nous trouvons ici, 3 mondes successifs qui sont les reflets à l'identique du Triple Absolu : l'on voit très clairement l'Esprit Divin, en trois plans successifs, descendre dans la matière, ou, si l'on préfère, le subtil se densifie et se mêle à l'épais. Là, nous pouvons employer un vocabulaire alchimique qui convient également et qui démontre que toutes les sciences sacrées, toutes les voies traditionnelles, conduisent au même but, même si c'est par des chemins quelque peu différents...

A ce sujet, j'aime beaucoup prendre l'image selon laquelle la "Vérité", la "Connaissance", "Dieu"…. se situe au centre d'un cercle tandis que nous nous trouvons, quant à nous, sur sa circonférence. Toutes les Voies Spirituelles constituent, alors, les rayons de ce cercle, propres à nous conduire vers son centre...
Bien que cela ne soit pas tout à fait aussi simple, cela démontre parfaitement qu'une Véritable École ne doit pas être sectaire et ne doit pas se déclarer l'unique détenteur de la Vérité Unique, ni de l'unique méthode pour l'atteindre... Si la Voie spirituelle que nous suivons se révélait être ainsi ou si nous en croisions de semblables, soyons prudents et très vigilants !

Deuxièmement, par comparaison avec le schéma N°1, nous remarquons, un décalage des noms et des attributs des divers Ordres angéliques à partir de la deuxième Triade Hiérarchique. Ces différences n'altèrent en rien les significations de cette figuration. La Hiérarchie angélique est dans le même ordre, dans la même progression, pourrait-on dire, que dans l'Arbre Séphirotique et chaque hiérarchie reste dans la même Triade. Seule la polarité de certains en est changée, puisqu'ils passent du neutre au plus ou au moins, ou inversement.
On voit très nettement que tous les "Dévas", sont répartis en diverses classes bien distinctes et que ces classes forment des Triades bien spécifiques.
Comme nous le disions tout à l'heure, tout est bien rangé, bien ordonné, bien classé par rapport à l'autre figuration. On a le sentiment que l'on a moins à réfléchir pour comprendre, moins à étudier... Eh bien on a tord !
C'est vrai que l'on se trouve en présence d'une figure relativement simple dans laquelle on distingue bien la progression, tandis que l'on ne sait pas toujours par quelle branche prendre l'Arbre Séphirotique !
Pour éclaircir la comparaison, il nous faut distinguer la Trinité (ou plus exactement la "Tri-Unité") "Père, Fils et St-Esprit" qui correspondra, dans l'Arbre Séphirotique, à "Ain Soph Aur". Nous revoici donc en présence d'une triple triade, de nos 4 Plans, ou de nos 5 Mondes.
Tout à l'heure, lorsque nous avons parlé des PLANS, afin d'employer une terminologie moins absconse, nous avons donné deux noms équivalents : nous avons utilisé le nom kabbalistique et le nom ésotérique chrétien, lesquels sont issus de la Cosmogonie Atlantéenne.
Ainsi avons-nous vu que le "MONDE PHYSIQUE DENSE" correspond à "ASSIAH" ;
le "MONDE PSYCHO-ÉNERGETIQUE" à "YETZIRAH" ;
le "MONDE SPIRITUEL" à "BRIA" ;
et le "MONDE DIVIN" à "ATZILUTH".
Bien sûr, le "MONDE de l'ABSOLU" étant l'équivalent d' "AÏN SOPH AUR".

Pour aborder valablement l'étude des Hiérarchies Cosmiques et en tirer profit, il faut bien être conscient que : l'homme vit dans un système évolutif ! Ce sera l'objet de l'article suivant.

Kabbale Schéma n° 1

Kabbale Schéma n° 2

Kabbale Schéma n° 3

Article précédant : Revue des séphirot

Article suivant : L'Homme vit dans un système évolutif

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 0 commentaire
Revue détaillée des séphirot

Revue détaillée des séphirot

Nous avons terminé l'article précédent en évoquant la notion fondamentale qui consiste à bien comprendre que, de l'Absolu Non Manifesté, DIEU s'est émané Lui-même en un "Triangle d'Or", dont la Lumière éblouissante et vibrante a suggéré toutes les autres Séphiroth, comme nous allons le voir.
Reprenons, pour ce faire, notre Arbre Séphirotique et attardons-nous sur chacune des manifestations divines...

KETHER

L'ancien des jours

La Première Manifestation dans ce Sublime Triangle, dans cette Triade Suprême, c'est, naturellement, KETHER, "La Couronne d'Éternité". Ce Noble vieillard -qui est la représentation de cette Séphira selon d'autres Traditions- cette "émanation" que la Kabbale nomme plus volontiers "l'Ancien des Jours", "l'Ancien des Anciens", "l'Intelligence Éternelle et Cachée" ou encore "La Gloire Première"... c'est KETHER.

Enfin, si nous voulons LE nommer, ce faisant avec respect et vénération, nous emploierons l'hébreu, langue sacrée des Kabbalistes, et nous prononcerons ce nom mystérieux et puissant, qui ne doit pas être invoqué n'importe où ni n'importe comment, et nous dirons : "EHEIEH" : "CELUI QUI EST"...
Pourquoi utiliser le mot KETHER, plutôt que le NOM DIVIN que nous venons de prononcer ? Le premier est destiné à l'étude, à la méditation, au travail, à la recherche de la compréhension, tandis que le second, n'est invoqué ou évoqué que dans le secret de son coeur ou bien encore lors de rituels mystiques ou magiques. Mais cela est une autre chose...

KETHER est donc le premier pilier duquel naissent les 2 Séphiroth suivantes...

HOKMAH et BINAH

Toutes deux forment le Plan d'ATZILUTH. Rappelons que ce plan est immédiatement issu d'AIN SOPH AUR, le "NON ETRE," la "LUMIÈRE VIDE et ILLIMITÉ".
Mais parlons encore d'ATZILUTH, et des Trois Premières Séphiroth et précisons que certains Kabbalistes chrétiens ont eu tendance à voir en ce Ternaire, la "Sainte-Trinité" : Père-Fils-Esprit. Cette interprétation, bien que séduisante, est, à notre sens, complètement erronée. Sans nous lancer dans une polémique idéologique ou théologique, il ne parait pas raisonnable de retenir cette figuration.
Efforçons-nous plutôt de considérer notre première Triade sacrée, comme une balance, à la recherche permanente de l'équilibre parfait. Les deux plateaux latéraux formant le couple dit "Couple Supérieur" et représentent le PÈRE et la MÈRE, tous deux issus de "l'ANCIEN".

Hokmah et Binah

Nous voyons que cette figuration est débarrassée de sa connotation masculin/féminin, positif/négatif, yin/yang, etc., puisque l'ANCIEN possède, par principe et EN le PRINCIPE, les deux polarités...
Cependant, il ne faut pas non plus considérer ces trois émanations comme étant véritablement distinctes. Dans la Kabbale, la scission en trois personnes de l'ABSOLU, du DIEU-UN, n'existe pas. Ceci constitue le "Mystère des Mystères"...
Néanmoins, le DIEU-UN se révèle au Cherchant, au travers d'Émanations dont chacune correspond à un voile.
Après cette première Séphira, ou Sphère, voyons ce qu'il advient ensuite...
HOKMAH et BINAH naissent de KETHER et possèdent, elles aussi, leur propre Nom Divin, dont nous avons inscrit l'une des orthographes sur le tableau et que nous préférons ne pas faire vibrer inutilement.
Très rapidement, indiquons que HOKMAH préside à l'aspect Père, ou positif et que BINAH, préside, quant à Elle, à l'aspect Mère, ou négatif. Ceci étant dit, comprenons-nous bien lorsque nous parlons de positif et de négatif.

Dans une École de Sagesse, ces notions sont équivalentes et indissociables. Aucune de ces deux polarités n'a de prédominance sur l'autre. Elles sont complémentaires et ne sauraient exister l'une sans l'autre. Si vous voulez une image philosophique ; le jour ne peut être sans la nuit, la lune sans le soleil, le bien sans le mal, la vie sans la mort... et l'homme sans la femme (et vice-versa)...
Le but ne serait-il pas d'intégrer les deux pôles, à l'instar de "l'Ancien des Jours" ?
Cette précision étant faite, constatons à présent, que de cette Première Triade -Triade des Triades- émane une nouvelle Triade. Ou plutôt, nous allons voir comment HOKMAH se reflète en HESED (ou CHOESED) et BINAH en GEBOURAH (encore appelée DIN).

HESED GEBOURAH et TIPHERET

HESED, c'est la "Miséricorde Divine" et
GEBOURAH se traduit par la "Justice Divine" (rigueur).
Notons que ces deux forces s'équilibrent parfaitement !
À présent, contrairement à ce qui s'est passé dans la première Triade où KETHER s'est dédoublée pour donner HOKMAH et BINAH, nous voyons HESED et GEBOURAH, le reflet de celles-ci, fusionner et former une nouvelle Séphira en TIPHERET, la "Beauté Divine", ou encore, "l'Intelligence Médiatrice." Et l'on peut imaginer que TIPHERET est un "reflet" direct de KETHER ; en fait son premier reflet. À elles trois, ces Séphiroth forment la deuxième Triade divine.

HESED GEBURAH TIPHERET

HOD NETSAH YESOD

Le même "processus émanateur" va se renouveler et, de la même manière que de la Séphira HOKMAH est née la Séphira HESED, il va "naître" de HESED, la Séphira NETZACH.
Et de la même façon que de la Séphira BINAH est née la Séphira GEBOURAH, il va "naître" de la Séphira GEBOURAH, la Séphira HOD.
Ce processus est activé, influencé et accéléré par l'action de la Séphira TIPHERETH.
NETZAH, c'est la "Victoire", HOD, c'est la "Gloire".
Ensuite, nous connaissons le mécanisme, si l'on peut dire, puisque de la fusion de HOD et de NETZACH, est issue YESOD, le "Fondement", Émanation de TIPHERETH, Elle-même Émanation de KETHER...

HOD NETSAH YESOD

MALKOUTH

Ensuite, que manque-t-il à notre plan ? MALKOUTH, naturellement.
MALKOUTH, qui est une Séphira à part entière, possède comme les autres, divers aspects, diverses significations, qui, combinés avec les significations et aspects des autres Séphiroth, sont autant de clés susceptibles de nous aider dans notre quête... Cette Séphira, qui symbolise l'homme parfait, l'homme-dieu, représente également le Seuil.
Arrêtons-nous un instant sur cette Séphira qui nous colle très bien à la peau, puisque c'est par Elle (comprendre par son état) que nous devrons passer pour atteindre THIPHERETH, puis KETHER...

Nous avons dit qu'elle symbolise l'homme-dieu, l'homme parfait. Le mot parfait n'étant d'ailleurs pas à prendre, à notre avis, dans le sens commun actuel, mais dans le sens de fait "complètement"," terminé", "achevé", "accompli", dans le même sens que le verbe un peu désuet : "parfaire", dans parfaire un travail, le terminer, l'accomplir totalement... "Parfait" n'est pas perfection. "Parfait" c'est tendre vers la perfection.
Certaines analogies peuvent être faites avec KETHER, nous pouvons les méditer. Par exemple, c'est par MALKOUTH qu'il faut passer pour sortir du Monde matériel afin de remonter vers le Divin. Elle est le Seuil incontournable pour espérer atteindre KETHER, qui est Elle-même le Seuil ouvrant sur AIN SOPH AUR.
Mais MALKOUTH est aussi le Seuil de la mort, puisque c'est par Elle que l'on quitte le Divin pour descendre vers le monde des ténèbres, dans la vallée des larmes et de la mort, vers les ténèbres extérieures, encore appelées en Kabbale, les QULIPHOTH.

MALKOUTH

Nous ne parlerons pas de cet aspect de la Kabbale, qui constitue encore un autre volet d'étude, mais il était nécessaire que vous entendiez le nom QULIPHAH, singulier de QULIPHOTH, qui correspond, en gros, au CHAOS, à une sorte de "Purgatoire-Enfer", si vous préférez...
En résumé, MALKOUT est un passage, un seuil, une Porte qu'il faut franchir, comme il nous faudra franchir KETHER...

Article précédant : les émanations du divin

Article suivant : l'arbre de vie et nous

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 0 commentaire
Les émanations du divin

Les émanations du divin

Les émanations divine en éclair selon la Kabbale

Les émanations divine en éclair selon la Kabbale

L'éclair de la création selon la Kabbale

À l'étude de nos schémas et de leurs explications, qu'est-ce qui nous interpelle et nous surprend de prime abord ?
Nous voyons qu'à chaque Séphira correspond un "nom" de Dieu.
Une question vient alors immédiatement à l'esprit : comment se fait-il que des religions comme le judaïsme ou le Christianisme, qui sont, à ce que l'on sait monothéistes, invoquent une pluralité de divinités ?
La réponse nous parait bien simple : il ne s'agit pas à proprement parlé de "personnes divines" mais "d'émanations du Divin".

Le ZOHAR nous éclaire sur ceci, en précisant que les Séphiroth sont des "formes que Dieu a produites pour diriger, par Elles, les mondes inconnus et invisibles à l'homme, comme aussi les mondes visibles..."
Il s'agit bien "d'Instruments Divins" et non de Dieux, pas plus qu'il ne s'agit de "créatures" au sens restreint de ce mot, puisque ce sont précisément des "Instruments de Création" !
Pour plus de compréhension, nous pouvons considérer que ce sont des "Rayons", des Émanations de la "Source Suprême" éternellement reliées à Elle...
Pour mieux percevoir cela nous pouvons observer, par exemple, une représentation divine qui nous intéresse tout particulièrement ; celle de l'ÉGYPTE ANCIENNE.
Beaucoup de gens sont persuadés qu'il s'agit d'une religion polythéiste, puisqu'il y a, apparemment, une multitude de divinités... En fait il n'en est rien ! il n'y a qu'une seule divinité manifestant 3 principes : Noun – Atoum – Rê, lesquels prennent diverses apparences, divers noms, selon l'époque, les lieux, les circonstances... C'est donc bien la même Divinité qui est considérée, mais sous des aspects, des manifestations, différents. Ces "subtilités" ne sont pas toujours faciles à comprendre, mais nous connaissons tous certainement la pensée de Mahatma MORIA, qui dit :
"L'enseignement qui concerne les hommes est court, mais longue en est la compréhension"... Nous en voyons ici une application !

Les quatre mondes selon la Kabbale

Abordons un instant, mais sans trop entrer dans le détail, l'aspect des Mondes et des Plans.
Ainsi peut-on étudier l'Arbre de Vie selon des Plans, des Mondes et les Kabbalistes en distinguent généralement 4 dans l'Arbre mais en ajoute UN dont je vous parlerai dans un instant.

Nous pouvons également considérer notre Arbre Séphirotique en montant, ou en descendant, selon la démonstration que l'on veut faire, ou selon l'angle de recherche et de réflexion que l'on désire développer.
Partons donc d'en bas, si vous le voulez bien, pour remonter vers la Source Éternelle.

  1. Nous voyons que MALKOUT constitue le Monde, ou Plan, nommé ASSIAH ;
  2. que YESOD, HOD et NETZACH constituent le Plan nommé YETSIRAH ;
  3. que TIPHERET, GEBOURAH et HESED forment celui appelé BRIAH ; et
  4. que BINAH, HOKMAH et KETHER sont situés en ATZILUTH.
Kabbale Schéma n° 3

Shéma N° 3

De même, cette classification intervient par rapport aux Choeurs Angéliques qui leur correspondent puisque l'on évoque, par l'entremise de ceux-ci, les Séphiroth de Yésod à Binah. Nous franchissons ainsi les "Mondes intermédiaires" en passant d'ASIAH (Monde Chimique Dense) à YETSIRAH (Monde Psycho-Energétique), puis à BRIAH (Monde spirituel) pour parvenir aux portes d'ATZILUTH (Monde Divin). (cf. schéma N° 3 repris ci-dessus)
Quant à ce qu'il y a "au-dessus", dont nous parlions tout à l'heure, ce cinquième Monde, il s'agit d'AÏN SOPH AUR qui constitue le MONDE ABSOLU, et pour lequel nous n'avons pas trouvé de meilleure définition que celle de Robert AMBELAIN qui nous dit :
"Au-delà de tout ce qui est concevable, au delà de tout ce que l'homme peut imaginer, concevoir, envisager, au-delà de tout ce qui est le MAL, il est encore "quelque chose". Ce quelque chose, c'est un "Impossible", encore plus abstrait que les impossibilités accessibles à notre esprit. Et cela, c'est l'existence négative de DIEU, tout ce que DIEU conçu par l'homme, n'est pas."

L'on peut aussi méditer longuement sur la signification de AÏN SOPH AUR, sachant que chacun des mots constituant AÏN SOPH AUR a une signification propre, tandis qu'assemblés, ils sont susceptibles de prendre divers sens.

Ainsi :

  • AIN = rien, vide,
  • SOPH = limites, bornes,
  • AUR = lumière.

Ce qui peut donner par exemple : "Lumière Vide et Illimitée",...
ou encore : "Grand Vide de Lumière sans fin"…

Pour plus de compréhension concernant les plans dont nous venons de parler, nous allons anticiper sur notre développement et envisager une correspondance de ces noms dans un langage qui nous sera plus familier. Pour ce faire, nous allons considérer ces 4 Mondes kabbalistiques, en descendant, cette fois-ci. Nous trouverons ainsi :

 

  • ATZILUTH - qui va correspondre au MONDE DIVIN,
  • BRIAH - qui correspondra au MONDE SPIRITUEL,
  • YETZIRAH - qui correspond au MONDE PSYCHO-ÉNERGÉTIQUE, et
  • ASSIAH - qui est en rapport, quant à lui, avec le MONDE CHIMIQUE DENSE,
    (ou Monde Physique).
les 4 mondes

Cette terminologie plus facile à appréhender, appartient à l'Arbre des Hiérarchies Cosmiques que nous verrons ensuite.
Chacun de ces MONDES possède lui-même un Arbre Séphirotique à son niveau... Mais cela, chacun d'entre nous pourra l'approfondir s'il le désire : les ouvrages traitant le sujet ne manquent pas.
Pour mieux comprendre l'Organisation et l'articulation des diverses Séphiroth, il est absolument nécessaire de bien assimiler une notion de base sans laquelle il ne serait pas possible d'envisager un travail sur l'Arbre Séphirotique.
Cette notion fondamentale, consiste à bien comprendre que, de l'Absolu Non Manifesté, DIEU s'est émané Lui-même en un "Triangle d'Or", dont la Lumière éblouissante et vibrante a suggéré toutes les autres Séphiroth, comme nous allons le voir.
Dans l'article suivant, nous reprendrons, pour ce faire, notre Arbre Séphirotique et nous attarderons sur chacune des manifestations divines...

Article précédant : Introduction à la Kabbale

Article suivant : Revue des Séphiroth

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 0 commentaire
Introduction à la Kabbale

Introduction à la Kabbale

Schéma n° 1

Nous devons cette succession de 5 articles sur la Kabbale à notre plus ancien compagnon de route François Carré qui nous a déjà régalés avec son article sur les chakram. Les liens en bas de chaque article assurent la continuité de votre lecture.

Schéma d'approche de la Kabbale

Approcher l'étude de la KABBALE et de l'ARBRE SÉPHlROTIQUE (ou Arbre de Vie), de même que celle traitant des HIÉRARCHIES COSMIQUES, requiert beaucoup d'humilité, tant ces sujets sont vastes et complexes, et dont la compréhension échappe pour beaucoup aux hommes que nous sommes...
Certains "Kabbalistes" consacrent leur vie entière à cette recherche, aussi serait-il bien vain d'imaginer que nous ferons le tour d'un tel programme et que nous pourrons percer le secret des dieux en seulement quelques pages !
Cet exposé n'a d'autre ambition que de permettre à ceux qui connaissent peu ce sujet, de mieux l'appréhender et de mieux le comprendre, afin de s'y intéresser d'avantage en dégrossissant leur approche.
Cette étude pourra également permettre à ceux qui auraient déjà étudié notre sujet dans une incarnation précédente, d'en retrouver le chemin plus rapidement et de reconquérir leur savoir dans les meilleurs délais, afin de reprendre leur recherche là où il l'avait laissée...

Nous allons donc nous approcher de l'ARBRE DE VIE, qui ne représente qu'un des aspects de l'étude complexe de la KABBALE et des arcanes qu'elle recèle.
Dans un premier temps, et afin de bien fixer notre sujet, nous présenterons ce que l'on nomme l'ARBRE DE VIE ou l'ARBRE SÉPHIROTIQUE (schéma N° 1 ci-contre à gauche). Puis nous observerons L'ARBRE DES HIÉRARCHIES COSMIQUES, tel qu'il est présenté traditionnellement dans les Écoles de Sagesse (schéma N° 2 ci-dessous).

Ensuite, nous verrons ensemble comment cette HIÉRARCHIE COSMIQUE (grâce à la CABALE CHRÉTIENNE) s'intègre dans l'ARBRE SÉPHIROTIQUE. (schéma N° 3 et tableau des correspondances Kabbale et Cabale en bas de cet article).
Enfin, nous pourrons comparer leurs différents aspects et essayerons de déterminer les similitudes et les différences entre ces deux modes de représentation.

Mais tout ceci constituera exclusivement la phase purement intellectuelle et culturelle qui touche au savoir. Celui qui cherche réellement à pénétrer les arcanes de la Kabbale (ou de la Cabale) devra "se laisser imprégner" par ces représentations des Mondes divins afin d'aborder la phase expérimentale, qui touche, quant-à elle, à la Connaissance.

Savoir et connaissance

Savoir et connaissance

En préambule, puisque nous avons parlé du SAVOIR et de la CONNAISSANCE, je vais vous en proposer une définition qui, pour courte qu'elle soit, démontre bien l'intérêt qu'il y a à utiliser le terme précis permettant de traduire le plus exactement possible la pensée, afin de la communiquer valablement à autrui...
- Le Savoir est le résultat, ou la conséquence, d'une part de l'étude personnelle, d'autre part de la communication du savoir et de la connaissance des autres.
- La Connaissance, quant à elle, est le résultat, la conséquence, de l'expérimentation personnelle de ce que nous avons appréhendé par notre Savoir.
- Ou, exprimé différemment, le Savoir nourrit l'intellect, tandis que la Connaissance élève l'Âme.
- La Connaissance est donc la mise en mouvement du Savoir...
Sur le plan ésotérique et évolutif, il faut bien prendre conscience que le Savoir n'est rien sans la Connaissance !
Toute structure d'études traditionnelles a pour mission de nous conduire vers la Maîtrise Solaire, et, selon nous, cette Maîtrise ne peut s'obtenir que par la Connaissance, laquelle repose pour une bonne part sur le Savoir…
Ceci étant, revenons à notre étude et à notre ARBRE SÉPHIROTIQUE...

Arbre de vie égypte

Origines de l'arbre séphirotique

L'Arbre de Vie constitue, à notre sens, le legs le plus important que nous ait laissé la civilisation atlantéenne via l'Égypte Antique. Il fut repris par différentes civilisations ou traditions avant de parvenir jusqu'à nous, avec tous ses Mystères et tout son Enseignement...
Beaucoup de Cherchants, d'Étudiants, et même d'Israélites, pensent, de bonne foi, que la Kabbale est d'origine juive... De fait, le peuple hébreu l'aurait rapportée de Babylone, ainsi que d'autres acquis, notamment, les noms qu'il donna aux hiérarchies angéliques dont nous parlerons tout à l'heure.
Pour autant, il n'est pas dans notre propos de chercher querelle quant à telle ou telle autre origine de la Kabbale... L'essentiel étant qu'elle soit !
Ce qui est néanmoins certain, c'est que les docteurs juifs ont su l'étudier, la transmettre tout en la préservant lors des massacres qui se sont succédés sur la Terre d'Israël et ailleurs. C'est ainsi qu'elle est parvenue jusqu'à nous par l'intermédiaire de divers courants et Écoles de Sagesse qui ont réussi à défier la bêtise humaine, notamment durant cette longue période de grand obscurantisme qui a endeuillé l'Europe lors des exactions criminelles commises par ce qui a été appelé : "la Sainte Inquisition"...

Sans entrer dans le détail, il faut savoir que, de l'étude accomplie par les "Docteurs de la Loi", sont issus nombre de textes d'interprétation et d'approfondissement de la Kabbale...
Ainsi, la kabbale et ses divers aspects, constitue à elle seule, une Voie de Réalisation ; sous réserve toutefois, de ne pas s'en tenir qu'à son seul aspect intellectuel d'une part, et à condition, d'autre part, de ne pas s'égarer dans les labyrinthes de la "Kabbale Magique ou théurgique"... Ces labyrinthes pouvant se transformer en oubliettes ou même en un véritable "enfer" !
Plusieurs Écoles étudient les divers aspects de la Kabbale, en se "spécialisant" dans telle ou telle approche...

Schéma n° 2

Sémantique et plan de travail

Pour information, sachons que le mot KABBALE ou CABALE, vient de l'Hébreu KABBALAH, qui signifie TRADITION. Nous vous invitons, d'ailleurs, à réfléchir sur l'un des sens anciens du mot "tradition" qui est "transmission". Sachons aussi que le mot hébreu singulier SEPHIRAH signifie : NOMBRE, NUMÉRATION, ce qui informe quant aux influences qu'ont eues sur la Kabbale hébraïque, les idées platoniciennes, pythagoriciennes, alexandrines... le pluriel de Séphira donne Séphiroth.
Avant d'aller plus loin, nous vous conseillons la méthodologie suivante pour étudier la KABBALE, la CABALE.
Grâce à cette méthode, vous ne pouvez ni vous égarer ni vous décourager. Il convient donc de considérer chacune des Séphiroth sous, principalement, CINQ aspects, à savoir :

  1. le premier aspect est constitué par le nom de la Séphira ;
  2. le deuxième aspect est constitué par sa traduction (sa signification, son attribut) ;
  3. le troisième aspect est constitué par le nom de la planète qui lui correspond et qui la gouverne ;
  4. le quatrième aspect est constitué par le nom du Choeur Angélique correspondant (on peut également préciser le nom du Chef de chaque Choeur).
  5. le cinquième aspect étant représenté par le Nom Divin de la séphira ;

Sur le schéma N° 3 ci-dessous nous trouverons précisé le nom du Chef du Choeur angélique considéré, de même que nous pourrons situer chacune des Séphiroth dans le Monde, ou Plan dans lequel elle siège et agit.

Schéma n° 3

Enfin, il conviendra de rajouter une Séphira entre HOKMHA et BINAH : DAATH, qui signifie le VERBE, sous-entendu, LE VERBE DIVIN. Il semblerait que cette Séphira soit un ajout plus récent, cependant, sur le plan symbolique et énergétique, nous ne devons pas la négliger.
Puis, au-dessus de "Tout Cela", se trouve "Autre Chose"... Nous y reviendrons dans les articles suivants...

Suggestion pour mieux comprendre la kabbale

N'hésitez pas à copier et imprimer les images des 3 schémas afin de pouvoir les observer au fil de votre lecture des articles qui suivent cette introduction.

Vous pouvez par ailleurs cliquer sur leurs images afin de les agrandir...

TABLEAU DES SEPHIROTH ET DE LEURS CORRESPONDANCES

SEPHIRASIGNIFICATIONPLANÈTEORDRE ANGÉLIQUENOM DIVIN
KETHERLA COURONNENEPTUNESÉRAPHINSEHEIEH
HOKMAHLA SAGESSEURANUSCHÉRUBINSIAH
BINAHL'INTELLIGENCESATURNETRÔNESJEHOVAH
HESEDLA MISERICORDEJUPITERDOMINATIONSEL
GEBOURAHLA FORCEMARSPUISSANCESELOHIM GIBOR
TIPHERETLA BEAUTÉSOLEILVERTUSELOHA VE DAATH
NETZACHLA VICTOIREVÉNUSPRINCIPAUTÉSJEHOVAH TSEBAOT
HODLA GLOIREMERCUREARCHANGESELOHIM TSEBAOT
YESODLE FONDEMENTLUNEANGESCHADAÏ-EL-HAÏ
MALKOUTLE ROYAUMETERREHOMMES PARFAITSADONAÏ-MELEK

Article suivant : les émanations du divin

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 0 commentaire