Chaînes d’union et réseaux

Chaînes d’union et réseaux

Le concept de réseau

Si vous souhaitez approfondir le concept de "réseaux" avant d'aborder les mécanismes et le symbolisme des chaînes d'union, nous ne saurions trop vous recommander la lecture de cet excellent et concis ouvrage illustré ci-contre.

En voici un extrait :
"L’idée de réseau est associée à la technique de fabrication du tissage, au mouvement alternatif nécessaire à l’entrecroisement des fils et à ses conditions de production, souvent une activité féminine, et de distribution, depuis la célèbre « route de la soie » jusqu’au comptoir du marchand où se déploie le tissu. Les images du réticulé et de son ordre maillé produit par un mouvement répétitif, offrent un ensemble structuré de représentations associées au tissu, au filet et à ses modes de production. Si l’entrelacement des fils fut d’abord réalisé manuellement, puis à l’aide de métiers de plus en plus perfectionnés, le métier à tisser est toujours basé sur un fonctionnement alternatif permettant d’obtenir l’entrelacement d’une chaîne et d’une trame, c’est-à-dire de tendre des fils verticaux (la chaîne) entre des pièces de bois fixes, puis de faire passer horizontalement des fils de trame au-dessus et en dessous les fils de chaîne, à l’aide d’une bobine sur laquelle il est enroulé, par un mouvement continu de va-et-vient."

La force du réseau

Qu'importe la finalité recherchée :

  • Domination du ou des membres sur d'autres réseaux ou individualités.
  • Entraide parmi les maillons.
  • Partage de moments heureux ou douloureux.
  • Lobbying, etc.

De toute éternité le réseau a pour but de multiplier la force et ou l'influence de son utilisateur et de chacun de ses maillons.

N.B. : Le gladiateur rétiaire possède la mêle étymologie latine (ret : filet) que le mot réseau.

Les divers maillages

Les outils matériels maillés :

Filets de pêche, nasses, tissus, tricots, réseau électrique, réseau pour distribution de l'eau, du gaz. Réseaux téléphoniques, voies maritimes ferrées etc.

Les maillages vivants :

Réseau nerveux, réseau sanguin.

Les réseaux sociaux informels :

Réseaux administratifs, réseaux d'anciens élèves, partis politiques, syndicats, réseaux sociaux de l'Internet, etc.

Les réseaux associatifs spirituels :

Religions, sectes, écoles de Sagesse, etc.

Le point commun des réseaux

Tous ces réseaux que nous venons d'énumérer sont autant de chaînes d'union entre leurs composants et utilisateurs.

Chaque chaîne d'union est un "canal média" au sens du schéma de Shannon.

Comme le symbolise cette image, il en résulte que le canal média d'une chaîne d'union (réseau) non seulement alimente, mais aussi puise dans les énergies de l'égrégore du réseau.

Analogie de l'ECG

Avant de nous pencher sur les chaînes d'union spirituelles, vous vous demanderez sans doute : que vient faire l'ECG dans le cadre de cet article. Ce serait faire fi de l'importance que revêt la circulation des énergies dans nos corps éthérique, astral, mental et causal.

L'électrocardiogramme (ECG) désigne l'examen permettant l'enregistrement de l'activité électrique du cœur. La stimulation électrique d'une cellule musculaire cardiaque entraîne l'apparition d'une activité électrique et mécanique qu'il est possible d'enregistrer. L'ECG consiste à étudier plus précisément l'activité électrique des oreillettes et des ventricules, grâce à des électrodes posées entre autres sur les poignets et les chevilles du patient.

Plus précisément, la tradition spirituelle a toujours considéré notre bras droit comme actif et le gauche comme passif. Ces polarités s'inversant pour faire de notre pied droit un pôle passif le pied gauche devenant quant à lui actif. Certains adeptes se sont toutefois posé la question de la validité de cette assertion en ce qui concerne les gauchers...

Cette tradition nous est confirmée par l''illustration ci contre. L'ECG nous permet ainsi de clarifier et harmoniser nos pensées. Il suffit pour ce faire de nous remémorer que l'énergie électrique circule d'un pôle positif vers un pôle négatif.
Que nous soyons droitier ou gaucher, l'ECG applique donc une électrode négative sur notre bras droit et une autre sur notre pied gauche. Puis une électrode positive sur notre bras gauche et une autre sur notre pied droit. Conformément à l'inversion des polarités, c'est ainsi que l'énergie électrique de notre corps, véhiculée par notre cœur, anime le tracé de notre électrocardiogramme..

Notons également au passage que pour inverser le sens de rotation d'un moteur électrique, il suffit d'inverser les pôles de la batterie qui l'alimente (voir ci-après chaîne ouverte et chaîne fermée).

Les chaînes d'union entre humains

 

 

Ces chaînes se comportent comme des solénoïdes.

Elles permettent de cumuler les énergies propres à chacun de leurs maillons comme le feraient autant de piles associées en série.

La chaîne ouverte

La chaîne ouverte permet de faire circuler l'énergie dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (sinistrorsum).
Ce sens correspond au sens involutif en spirale des énergies créatrices divines propices à la sollicitation d'un égrégore.

Ce type de chaîne est à privilégier pour les manifestations de joie, les prières d'action de grâce et la quête de réconfort moral.

La chaîne fermée

À l'instar du moteur dont on inverse le sens en inversant les polarités, la chaîne fermée inverse le sens de la chaîne ouverte. Elle permet de faire circuler l'énergie dans le sens des aiguilles d'une montre (dextrorsum).
Ce sens correspond au sens évolutif de la spirale des énergies créatrices divines propices à l'alimentation d'un égrégore.

Pour ce faire, tous les membres croisent leur bras droit sur le bras gauche.

Ce type de chaîne est à privilégier pour les prières d'intercession et les pensées d'Amour.

Attention de ne pas bloquer la circulation de l'énergie si l'un des membres venait à ne pas croiser ses bras !

Publié par ESOTERICUS dans Symbolisme, 0 commentaire
Les mystères du rêve

Les mystères du rêve

Le monde des rêves

Dans notre article "Monde astral et corps astral 2/2" nous avons brièvement abordé ce thème en ces termes :
"Les images et toutes les sensations que nous percevons au cours de nos rêves ne sont rien d’autre qu’un voyage dans le monde astral. Il est évident quand nous pouvons nous les remémorer (qu’ils soient "rêve" ou "cauchemar") que leur caractère est pour le moins protéiforme (voir Protée supra). Il est aussi évident que durant nos rêves les déplacements se font de manière instantanée et que nos rencontres y sont des plus erratiques."

Si l’on se réfère au livre "Métaphysicon", nous pouvons dire que nos rêves se déroulent dans ce que Jean-Pierre Petit appelle la "noosphère".
Cette 5ème dimension échappe à nos concepts de vitesse et de temps et permet une exploration désorganisée de la mémoire akashique (astrale) durant notre sommeil paradoxal (voir les phases du sommeil).

Soyons également attentifs au fait que durant nos pérégrinations dans la cinquième dimension :

  • Nos yeux sont clos ;
  • Notre bouche est vide ;
  • Notre corps est au contact des draps ;
  • Nous sommes endormis sur nos « deux oreilles » ;
  • Notre nez ne laisse traverser que les seules fragrances de notre lieu de sommeil.

Et pourtant, quand nous pouvons nous remémorer nos rêves :

  • Nous y avons eu des perceptions visuelles en couleurs ;
  • Nous avons notamment aussi entendu des voix très claires dans une langue qui nous est intelligible ;
  • Nous avons pu toucher des « entités » à forme humaine, animale, matérielle…
  • Les fréquences liées au goût et à l’olfactif sont quant à elles plus difficiles à mémoriser.

Comment mémoriser nos rêves

Selon Leadbeater, Charles Webster. L'Occultisme dans la nature. BnF collection ebooks :

"Lorsque, ce soir, vous quitterez votre corps, vous vous rappellerez tout ce que vous avez fait pendant la journée, pendant la nuit dernière ; vous aurez donc la mémoire entière de votre vie de veille et celle de votre vie nocturne. La mémoire astrale inclut la mémoire physique ; mais votre cerveau physique ne se souvient pas de l’activité astrale parce qu’il n’y a pas participé. Il faut former un lien spécial, ou plutôt il faut supprimer un obstacle pour que le souvenir astral descende dans le cerveau physique. "[…]

"Au cours du lent processus de l’évolution, la mémoire parfaite deviendra l’apanage de chacun et il n’y aura plus de voile entre les deux plans, mais avant d’atteindre à ce développement complet, il survient parfois en astral certains évènements dont on désire conserver physiquement le souvenir et l’on fait un effort spécial pour les imprimer sur le cerveau afin de les retrouver le lendemain matin. Il s’en produit aussi d’autres qui impressionnent si vivement le corps astral qu’ils s’impriment d’eux-mêmes sur le cerveau physique par une sorte de répercussion, mais cette impression est rarement parfaite et présente, à des degrés divers, bien des déformations. De là viennent en partie ce que nous appelons les rêves, et nous savons combien ils sont souvent incomplets, voire même ridicules." […]

"Voici néanmoins, pour requérir cette mémoire, le procédé que je recommande. Afin d’établir le lien, tâchez tout d’abord de vous souvenir, quand vous êtes hors de votre corps, que vous voulez l’établir. Efforcez-vous ensuite de prendre la décision de rentrer lentement dans le corps au lieu d’y rentrer brusquement et avec une légère secousse, ce qui est généralement le cas ; c’est cette secousse qui empêche de se souvenir. Arrêtez-vous et dites-vous, au moment de vous éveiller : "Mon corps est là, et je vais y rentrer et, dès que j’y serai, je le forcerai à s’asseoir et à écrire tout ce qu’il se rappellera.""

[…] "Si vous attendez, ne fût-ce que quelques minutes, tout sera perdu, mais chaque détail que vous pourrez vous remémorer sera un lien pour retrouver les autres. Les notes ainsi réunies paraîtront à la lecture un peu incohérentes, mais peu importe ; cette incohérence vient de ce que vous essayez de narrer en termes physiques des expériences faites sur un autre plan. Par cette méthode, vous recouvrerez peu à peu la mémoire ; cela demandera peut-être un temps assez long et il faut vous armer de beaucoup de patience. Il est bon aussi de tâcher, lorsque vous êtes hors de votre corps, de vous rendre compte que vous êtes sur le plan astral et qu’il serait encourageant pour la conscience physique d’en rapporter quelque souvenir. Soyez méthodique dans vos efforts. Chaque souvenir rapporté facilitera le souvenir prochain et rapprochera le jour où la mémoire sera complète et automatique ; jusque-là, un moment d’inconscience séparera le sommeil et le réveil parce que les vibrations doivent traverser la trame finement tissée de matière atomique qui agit comme un voile. Lorsque l’on réintègre le corps physique, on ressent une grande contrainte ; il semble que l’on est enveloppé d’un épais manteau. Sur le plan astral, la joie de vivre est si grande que, par comparaison, la vie physique n’apparaît pas comme la vie. Pour la plupart de ceux qui peuvent fonctionner dans leur corps astral pendant le sommeil, le retour quotidien dans le monde physique est aussi fastidieux que le fait, pour la plupart des gens, d’aller chaque jour à leur bureau ; ils n’en sont pas positivement mécontents, mais ils ne s’y rendraient pas s’ils n’y étaient pas obligés."

Selon Jean Mallinger dans son ouvrage "Pythagore et les Mystères" nous pouvons apprécier l’importance que les initiés attachaient aux rêves depuis l’antiquité. Nous pouvons y lire :

"Pour Pythagore les rêves étaient une porte ouverte sur le monde invisible, une communication possible avec les génies chtoniens, qui vivaient dans les cavernes. On imposait aux Sébastikoï (adeptes) de retenir et de noter leur rêve. Cet exercice méthodique développer leur clairvoyance d'une façon remarquable, en réveillant en eux l'exercice constant de leur mémoire astrale. Plutarque signale qu'en rêve, on peut percevoir aussi bien des vivants que des morts ; on les distingue sans effort les uns des autres car le mort ne donne pas d'ombre et ne cligne pas de l'œil . Jamblique signale d'autre part qu'un rêve peut avoir une autre conséquence qu'une prévision du futur. Il peut permettre une vision de réalités permanentes.

Combien de Sages ne sont-ils pas descendus ainsi dans le royaume des morts et n'y ont-ils pas fait des prospections sensationnelles. Le rêve peut devenir une expérience objective et être autre chose qu'un avertissement ou à présage. On s'y préparera par des fumigations apaisantes, des chants, les accents de la lyre et l'élévation de l'âme.

On leur enseignait aussi la pratique de l’hypnose et de la clairvoyance. Car, enseigne Jamblique, toutes choses existent de toute éternité, en la pensée divine, sur le plan divin. On peut les percevoir en se haussant jusqu’à ce plan ; en rêve, l'âme peut y lire parfois, par perception directe, les événements du futur ou les faits du passé ou du présent car il n'y a pas de temps sur ce plan spirituel.
Elle peut y trouver aussi des solutions à des problèmes de science; des remèdes utiles (comme dans l'antre de Trophonios);  des inspirations subites et fécondes ; des révélations de faits imprévisibles."

Pour mémoire :
Chez les Pythagoriciens les enseignements sont progressifs et comportent 4 degrés :

  • Les Akousmatiques : préparation externe à l'ordre sur les "fondamentaux" soit l'origine de l'âme.
  • Les Matématikoïs : les secrets des nombres.
  • Les Sébastikoïs : les secrets des rêves, de l'Ypsilonn et de l'au delà.
  • Les Politikoïs : l'étude de la balance (lois du pendule et de l'équilibre).
Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire
OUMMO <br> La révélation approche </br>

OUMMO
La révélation approche

Les diverses autorités nationales déclassifient progressivement leurs dossiers et vidéos relatifs aux OVNI et à la présence d’aliens sur notre planète.
Les témoignages des ufologues prêtent de moins en moins aux sourires sarcastiques. Ils sont pris très au sérieux par un nombre croissant de chercheurs de Vérité dotés d’un esprit ouvert et aptes au discernement.

Notre récent article sur le MÉTAPHYSICON a rencontré un vif succès. Ce dernier opus de Jean-Claude Bourret et Jean-Pierre Petit est la poursuite de leurs recherches respectives en matière d’ufologie. Jean-Pierre Petit est à l'origine de la création de l'association Ufo-Science qui a pour but d’étudier de manière scientifique le phénomène OVNI.

Jean-Pierre Petit a déclaré s’être inspiré de communications écrites attribuées aux Oummains pour élaborer son concept Janus. Ce concept est validé par de multiples publications scientifiques au plus haut niveau. Le modèle cosmologique Janus étend celui initié par Albert Einstein et coïncide avec toutes les observations astronomiques disponibles !

Quelques semaines après la publication de MÉTAPHYSICON un ouvrage signé sous le pseudonyme "Stone Gardenteapot" complète l’approche purement scientifique des auteurs du MÉTAPHYSICON par un travail méticuleux d’historien féru d’astronomie et de psychologie.

Ce livre est intitulé "OUMMO L’effet Quetzalcóatl CONFLIT ASYMÉTRIQUE".

Selon le principe qui nous est cher de rassembler ce qui est épars, nous allons voir que ces deux livres ont en commun de tresser un faisceau d'informations cohérent convergeant vers un monothéisme fondateur qui :

  • Disperse les ondes vibratoires de son énergie ;
  • Confirme les grands principes ésotériques objet de nos articles ;
  • Valide les concepts d’âmes collectives, âmes de groupe, âmes individuelles ;
  • Prône les Lois d’Amour et du karma (sans utiliser ce signifiant).

La quatrième de couverture du livre

"Nous sommes au centre d'un conflit interstellaire dont l'enjeu est la seule maison que nous possédions : la Terre.

Les Oummains prétendent être des extraterrestres venant de la planète Oummo. Ils disent s’être mêlés à nous depuis 1950. D’après leurs dernières communications (2012 à 2020), 18 races extraterrestres s'intéressent à notre planète. Trois de ces races ne sont pas bienveillantes. Leur projet caché est en passe de se réaliser via une stratégie sournoise contre laquelle nous sommes totalement désarmés.

Dans son style habituel teinté d’humour, l’auteur fait une synthèse rigoureuse de ces nouvelles données oummaines mettant en scène les Crop-circles, Roswell, les Alliés de l'Humanité, les abductions, les hybrides et les mythes séculaires concernant les Anciens Astronautes. Les pièces du grand puzzle ufologique ainsi rassemblées permettent de construire une image claire du danger venu d'ailleurs. Un danger totalement ignoré du grand public.

Dans son précédent ouvrage, "Ummo, l'avertissement", Stone Gardenteapot démontre que le dossier Oummo doit être pris très au sérieux, car les données scientifiques qu'il contient depuis 1966 avaient 10, 30 voire 50 ans d'avance sur nos connaissances scientifiques. Il montre également que les faits observables accréditent l'avertissement lancé par les Oummains en 2016 : "votre civilisation entre dans une phase historique régressive aux conséquences potentiellement gravissimes"."

Pourquoi ce titre ?

La légende raconte que Quetzalcóatl serait un serpent à plumes, un roi, un dieu civilisateur des Aztèques venu de l'est sur un grand radeau pour apporter la connaissance aux peuples primitifs. Quand Christophe Colomb et ses hommes débarquèrent l’éclat de leurs armes et armures les fit confondre avec ce "Dieu Quetzalcóatl" et se sont involontairement retrouvés dans le rôle de victimes d’un triangle de Karpman à la merci de bourreaux et ou sauveurs. Les conquistadors n’ont pas voulu ou su apporter l’aide salvatrice propice et adaptée pour rendre les aztèques autonomes (voir notre article et son pdf à ce sujet).

Comme le signale Gardenteapot, nous sommes aujourd'hui dans la même situation que les peuples précolombiens au moment de l'arrivée des conquistadors. Nous ignorons tout des véritables intentions de nos "soucoupistes" amoraux et nous n'avons aucune idée de leur façon de combattre.
Toutefois Gardenteapot nous présente des arguments cohérents qui lui laisse croire à la volonté sincère des Oummains de ne se comporter ni en bourreaux ni en sauveurs mais en pourvoyeurs d’empathie et d’aide salvatrices.

Les communications écrites des Oummains décrivent en effet leur conception de haute moralité en conformité avec les lois du Tao :
Ne pas s’immiscer dans l’évolution du karma d’autrui et ne rien faire pour qui ne vous le demande pas expressément sauf cas d’urgence absolue.

Le vieux principe Pythagoricien visant à ne pas donner brusquement à son frère en humanité plus qu'il n'est capable d'accepter et de comprendre (jeter des perles aux pourceaux) semble appartenir sans équivoque au sens moral oummain...

Le triangle de Karpman

Les Oummains exhortent au fondamental ora et labora :

Voici un extrait de leur communication D47-2 qui remonte à 1966. Cette lettre est d’un grand intérêt. Vous pouvez la consulter in extenso sur le site ummo-sciences.org ; en voici un extrait :

"Vous souffrez donc d'une grave déficience. Le manque d'un sévère esprit critique et, ce qui est encore plus grave et désolant : le manque de PATIENCE.
Cette IMPATIENCE est caractéristique de toutes les personnes qui ont un faible niveau mental. Si vous observez le progrès de la Culture sur votre planète, vous verrez qu'il a été possible grâce au patient travail de recherche dans tous les domaines de la Civilisation.

Le TEMPS est nécessaire pour assimiler des concepts, pour les comprendre, et pour les "mûrir". Seuls les retardés mentaux peuvent croire qu'il existe une méthode pour fortifier l'homme spirituellement, méthode qui puisse se condenser en une vingtaine de pages dactylographiées, et être assimilée en deux petites heures.

Ceux qui n'ont pas assez de patience pour l'étude, la méditation et l'analyse, peuvent se considérer comme TOTALEMENT CONDAMNÉS. Ils perdent leur temps en écoutant nos rapports, tout comme ils le feront en lisant d'autres traités écrits par des spécialistes de la Terre, car leur mal consiste en une insuffisance cérébrale qui pourrait être traitée seulement par des techniques neurochirurgicales que vous ne connaissez pas. Aucun psychiatre terrestre ne sera capable de guérir certaines formes de débilité mentale ou d'oligophrénie au niveau le moins élevé."

Nos hôtes d’OUMMO sont bienveillants à notre égard :

La communication D1378 référencée sur  le site ummo-sciences.org en témoigne et mérite toute notre attention.

Bien quelle figure en annexe de ce livre que, tout comme le MÉTAPHYSICON, nous considérons comme un "must have" ; nous vous suggérons de prendre connaissance de cette longue communication D1378 datée de janvier 1988 faite par les Oummains à Albacete en Espagne.

Sommes-nous prêts pour affronter la révélation ?

En 2003 les Oummains considéraient que nos autorités n’étaient pas prêtes à nous faire prendre progressivement conscience de la présence des extraterrestres. Ils estimaient par ailleurs que notre réseau social, pris dans son ensemble, n’était pas encore prêt pour supporter le choc psychologique d’une révélation directe.

À l’heure actuelle nous sommes confrontés à la crise du COVID 19, au nouvel ordre mondial au "big reset", à l'ensauvagement de nos sociétés. L’ouvrage de Gardenteapot structure une analyse exopolitique de la situation. Le pouvoir potentiel d'influence des divers aliens sur les minorités qui guident notre monde est aussi abordé.

Les races d'aliens se subdivisent entre "le camp du bien moral" conforme aux préceptes des Oummains et celui des "bourreaux sauveurs" que sont les races d’aliens "hostiles".

En conclusion, le livre nous permet même de découvrir comment les Oummains pourraient avoir commencé la rédaction du code civil interplanétaire !

Nous espérons vous avoir donné envie de découvrir cet ouvrage et vous souhaitons bonne lecture.

Commander chez l'éditeur...

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 0 commentaire
Sémiologie pour des égrégores puissants : 2/2

Sémiologie pour des égrégores puissants : 2/2

Égrégores spirituels syncrétistes :

Comme annoncé dans notre précédent article, ils se composent de deux groupes principaux:

  • Sociétés "secrètes" plus ou moins discrètes et prosélytes,
  • Sociétés "magiques".

Avant d’aborder les sémiologies spécifiques à ces deux types d’égrégores spirituels, un important rappel et complément sur la puissance et le maintien des égrégores nous semble s’imposer.

Pour ce faire, faisons appel au livre Métaphysicon, auquel nous venons de consacrer un article. Nous pouvons y lire en page 116 le texte suivant :

"Rien n'est pérenne, qu'il s'agisse de la géosphère, de la biosphère (c’est-à-dire le monde physique matériel n.d.l.r.) ou de la noosphère (monde astral). Les êtres de la biosphère ne survivent que si on les nourrit. De même les structures de la noosphère ont besoin aussi d'être "nourries".
Nourri par les croyances et la ferveur des fidèles, un égrégore revêt un aspect bénéfique où maléfique. Quand c'est positif on appelle cela une bénédiction. Quand c'est négatif une malédiction. […]
Dans le cadre de cette malédiction qui frappe les fils de Cham, celui qui la crée, c'est Noé. Son efficacité se trouvera maintenue, vivifiée, si ceux qui en bénéficient d'une part et ceux qui la subissent d'autre part croient avoir foi dans sa puissance. C'est la connivence entre le bourreau et la victime*. […]
Si une structure de la noosphère n’est plus nourrie par-là ferveur des fidèles, son efficacité finira par s’atténuer au fil du temps et cette malédiction-là périclitera. [...]
Quand il s'agit d'un appel à la bénédiction, ces ensembles de mots forment ce qu'on appelle des prières. Quand il s'agit d'une malédiction ce sont des incantations."

Puis page 118 :

"Les anciens égyptiens ont poussé très loin cet usage de l'image et de l'écrit qui se complète par la ritualisation : une façon de sacraliser un ensemble de gestes, d'images, de mots et d’objets. C'est la forme la plus élaborée du rite. D'une part le respect du rituel est une garantie de l'efficacité de l'incantation**, d'autre part celle-ci maintient la pérennité de cette structure du "méta-espace-temps" en la renforçant."

Pour bien lire cet article : ne pas oublier

Un égrégore se nourrit. Il se maintient et se renforce par des formes pensées qui sont plus ou moins :

  • bien codées (langue, symboles bien compris, sonorités, etc.)
  • cohérentes (éviter les mélanges de codes),
  • puissantes,
  • nombreuses,
  • fréquentes,

La sacralisation des lieux de culte, des outils et symboles utilisés est importante et d'autant plus efficace que l'usage qui en est fait génère des formes-pensées identiques ou similaires de la part de tous les participants au culte.

Un rituel qui est modifié au fil du temps perd de son efficacité, surtout si le sens et la symbolique des modifications ne sont pas transmis aux "pratiquants".

Les sociétés "secrètes" discrètes et prosélytes :

Introduction :

Gaétan Delaforge écrivait dans le cadre d’un article publié en son temps par la revue GNOSIS n°6 :

"Il existe une raison importante pour laquelle les groupes ésotériques (quelle que soit leur origine) restent discrets. Leurs symboles, rituels et réunions, répétés à travers le temps, développent un égrégore, ou "esprit de groupe", qui lie les membres, les harmonise, les motive et les stimule afin de réaliser les objectifs du groupe. Il leur permet également de faire des progrès “spirituels” qu’ils ne feraient pas s’ils travaillaient seuls. Un égrégore peut cependant être perturbé par la pensée négative de personnes qui ne sont pas en accord avec les objectifs. Par conséquent, les groupes ésotériques tentent de se protéger de pensées négatives qui pourraient affecter leur égrégore."

La sémiologie qui permet d’alimenter les égrégores de ces sociétés est essentiellement basée sur des réunions organisées selon une succession hiérarchisée de rituels. Ces rituels font appel à des analogies, de symboles, et de textes censés être immuables. Ils encadrent aussi la réalisation de travaux individuels et collectifs qui permettent à chacun "d’apporter sa pierre" à la construction de l’égrégore et à la progression spirituelle individuelle.

Dans la pratique, ces sociétés ésotériques sont constituées et animées par des hommes et pour des hommes (hommes au sens êtres humains bien sûr).
Tous sont donc dotés d’un corps astral plus ou moins purifié de tout ou partie de leurs passions. Nous n’aborderons toutefois pas ici le problème des sectes.

Voyons un exemple qui nous paraît significatif :

Le principal courant ésotérique "discret" actuel est sans nul doute constitué par la franc-maçonnerie. Cette voie initiatique est (si tant est que cela soit possible en quelques mots) "définie" comme suit par Wikipédia :

"Le terme franc-maçonnerie désigne un ensemble d'espaces de sociabilité sélectifs qui recrutent leurs membres par cooptation et pratiquent des rites initiatiques se référant à un secret maçonnique et à l'art de bâtir."

Organisation de la franc-maçonnerie :

Sans entrer dans des considérations historiques et/ou philosophiques, pour avoir une première idée de la "balkanisation" de cette "école de sagesse" il suffit de consulter ce lien non exhaustif pour avoir une idée du nombre d'Obédiences actives sur le sol français.
Chacune de ces obédiences est divisée en Loges qui se réunissent une ou deux fois par mois et se composent d’un nombre variable allant de 7 à quelques dizaines de membres. Chaque Loge constitue un fragment de l’égrégore de son Obédience et pratique l’un des rituels plus ou moins "agréés" par ladite Obédience.

Comment entre t'on en franc-maçonnerie ? :

C’est tout simple :

Il suffit d’être "coopté" par un ami, un fournisseur, un client, un membre de sa famille qui pense avoir vu en vous un profil de "maçon sans tablier". Il est également possible de faire acte de candidature spontanée en écrivant à l’Obédience de son choix. Cette dernière fera alors en sorte de vous mettre en contact avec un membre d’une de ses Loges proches de votre domicile.

Segmentation des francs-maçons :

Voyons à travers ce paragraphe comment le règne de la quantité exacerbe le brouillage des formes-pensées et génère les premières entraves à la maintenance d'un égrégore maçonnique clair et harmonieux :
Il existe plusieurs profils de francs-maçons :

  1. Ceux qui veulent influencer la société en pratiquant une franc-maçonnerie "sociétale" ;
  2. Ceux qui s’imaginent que ne pas en être est une grave faute de gestion de carrière ;
  3. Ceux qui apprécient l’alibi d'appartenance pour passer des soirées avec de bons copains ;
  4. Ceux qui veulent élargir le périmètre d’action de leur goût du pouvoir ;
  5. Ceux qui aspirent à leur perfectionnement personnel.

Les 4 premières catégories n'ont pas à nos yeux un véritable caractère ésotérique, même si les égrégores qu'elle créent possèdent une influence non négligeable. Notons toutefois que toutes les Loges accueillent en leur sein quelques spiritualistes sincères (donc de catégorie 5), leurs égrégores souvent puissants contribuent à la mauvaise image de marque de la franc-maçonnerie véhiculée (entre autres) par les réseaux sociaux. Le risque de ces chercheurs sincères est de se retrouver plus ou moins vite "phagocytés" par l'égrégore dans lequel ils œuvrent.
Il n’est par ailleurs pas anodin de constater que cette cinquième catégorie constitue le plus important segment des membres des "petites Obédiences".

Ces 4 premières catégories, même si elles sont bien sur génératrices d'égrégores spirituels disparates sont  pour nous assimilables à des clubs services voire parfois à des entreprises de lobbying.
Dans le cadre de notre "ligne éditoriale", nous nous en tiendrons donc à la seule cinquième catégorie.

Causes de la "balkanisation" et affaiblissement des égrégores maçonniques :

Le codage des formes-pensées qui alimentent les égrégores maçonniques n'a pas cessé d'évoluer au fil des siècles. Nous n'entrerons pas dans les querelles visant à savoir si les origines de la franc-maçonnerie remontent ou pas à la plus haute antiquité.
Si les antiques apports symboliques, culturels et spirituels ont indéniablement influencé les rituels et enseignements maçonniques, c'est selon nous à l'Ordre du Temple que nous devons le véritable germe de la franc-maçonnerie.

Nous empruntons ici une définition des Templiers que nous donne le site COMPAGNONS DU TOUR DE FRANCE DES DEVOIRS UNIS :

Grands Bâtisseurs, les Templiers s’appuyèrent sur les guildes de Charpentiers et de Tailleurs de pierre, dont l’existence se perd dans la nuit des temps. Les Templiers accordèrent aux Compagnons des Franchises et ceux-ci devinrent des "Francs-Compagnons", des "Francs-Maçons". Les Compagnons apportèrent leurs techniques ancestrales : "le génie du Trait". Une part importante de Symboles et de Rites fut inspirée par les Templiers et commémore encore leur souvenir. Maître Jacques serait le Grand Maître de l’Ordre du Temple."

Au fil des siècles, des problèmes de transmission sont venus altérer le codage analogique initial des trop nombreux rituels. Ces derniers ne permettent souvent plus, à ceux qui les pratiquent, une bonne compréhension du message ésotérique dont ils sont censés être porteurs. Les pratiquer brouille irrémédiablement le canal média astral qui véhicule les formes-pensées des francs-maçons.

Si les égrégores compagnonniques ont su conserver une indéniable puissance, ils le doivent selon nous à l'homogénéité de leurs émetteurs de formes-pensées. Les Compagnons du Tour de France ont tous une puissante foi dans le travail manuel bien fait et leur sentiment d'appartenir à un groupe détenteur de savoirs et de connaissances qu'ils se doivent de transmettre en l'état.

A contrario les Obédiences et les Loges maçonniques voient leurs égrégores perturbés par divers bruits et codages hétérogènes (au sens du schéma de Shannon). Ces perturbations sont liées à la cohabitation des 5 catégories ci-dessus évoquées, toutes sources de codages hétérogènes de leurs formes-pensées.
Aux nuisances de ces fruits du prosélytisme viennent s'ajouter : une perte de puissance liée au nombre de rites et des rituels en permanente évolution.

Outre son immuabilité, un bon rituel implique une gestuelle, des phrases et des sons, des saveurs et des senteurs. Tous ces appels aux 5 sens des pratiquants du rituel doivent êtres porteurs d'un sens analogique commun et compris par tous.

Hélas au fil des ans, la transmission perd de son efficacité. Les Maîtres mal instruits transmettent de leur mieux possible le capital évanescent dont ils sont dépositaires. De nombreux aspects des rituels en viennent à ne plus être "porteurs de sens". Pourquoi dès lors les conserver puisqu'ils semblent ne rien vouloir exprimer ? Pourquoi ne pas les changer par une création qui permettra à son instigateur de laisser l'emprunte de son égo aux générations futures ?

Conclusion sur les sociétés secrètes discrètes :

Nonobstant toutes les faiblesses que nous venons d'évoquer, et sans les avoir bien sur toutes citées, nous pensons que ces sociétés constituent un outil fondamental pour permettre à un cherchant sincère de s’approcher très progressivement et efficacement du processus initiatique tel que nous le décrit R. Emmanuel dans son ouvrage "Réconciliation avec la vie". Ce point de vue nous servira de transition avec le dernier chapitre portant sur les sociétés magiques et vous aidera à comprendre pourquoi nous ne nous considérons ni compétents ni habilités à vous les conseiller.

 

Qualités requises et étapes pour se hisser vers l'initiation :

Dans ce texte issu des pages 249 à 251 du livre ci-contre, il faut comprendre par "âme vieille" une âme qui a déjà expérimenté de nombreuses incarnations, à ne pas confondre avec les âmes primo-incarnées évoquées dans notre article sur "Kali Yuga : jeunes âmes et ensauvagement de nos sociétés".

"[...] Une âme vieille a rejeté les hochets qui amusent les masses, elle sait jauger a leur exacte valeur ce que les hommes appellent « leurs joie » et leurs « grandes douleurs » ; ces divers états d'âme ne résistent pas à un examen calme, purgé de l'élément passionnel, comme s'il était fait par un étranger à notre Terre… C'est alors que la sérénité lui apparaît.

Une âme vieille sent confusément qu'il y a autre chose derrière ces images de la vie, elle négligera le spectacle pour se glisser dans les poussiéreuses coulisses afin de saisir… « Qui » tire les fils des marionnettes humaines, et un jour viendra où la psyché lui tendra elle-même son miroir.

Combien de temps nécessitent une initiation ? Impossible de juger (s'il le voulait, un maître pourrait fixer une durée approximative), tout dépend de la volonté et du stade évolutif du candidat ; en général, on pense qu'un homme qui est attiré par la science spirituelle et qui persévère, a encore une dizaine d'existences à faire ; ceux qui foulent le sentier de la probation, sept environ, les bons élèves acceptés par un Maître, trois. Après les initiations mineures… deux. En somme, tout dépend de l'homme, certains brûlent les étapes, d'autres s'y attardent parce que l'appel manque de puissance. Le but de cette catharsis consiste à ne pas mettre entre les mains des hommes qui ne sont pas maîtres de leurs passions, des pouvoirs redoutables qui en feraient des démons.

Quelles sont les qualités que doivent développer les candidats ?

  1. Le discernement : dont le but est de bien délimiter ce qui est réel de ce qui est irréel, de discerner les causes derrière les effets, de saisir la vie immortelle dans les phénomènes de l'existence et d'avoir la sensation nette que cette existence ne correspond plus aux aspirations spirituelles de l'homme.
  2. La maîtrise intérieure : l'homme doit asservir sa nature inférieure, il doit maîtriser ses passions, ses désirs, ses pensées, il doit reconnaître le « faux moi » comme son ennemi et transformer cette nature inférieure pour qu'elle ne détonne plus dans l'harmonie cosmique.
  3. La tolérance : tolérance religieuse envers toutes les confessions, le respect de la croyance d’autrui, tolérance envers ses frères inférieurs si imparfaits soient-il, reconnaître la vie UNE, dans tous les êtres.
  4. La patience et l'endurance : l'étudiant doit savoir que rien n'arrive qui ne soit le fait de la loi d'évolution ; que cette loi, malgré les apparences, est toujours bonne et juste ; que tout n'est qu'une gestation d'un monde meilleur. Il doit être endurant lorsqu'il subit son karma personnel, avec courage et sans récriminer, il doit être beau joueur et payer ses dettes karmiques sans inutiles lamentations.
  5. L'équilibre : l'étudiant ne doit plus être troublé par les objets des sens qu'il doit calmement dominer ; la joie et la douleur mentale ne doivent plus l'affecter sérieusement, il ne faut pas qu'il devienne indifférent, mais que son équilibre ne soit pas perturbé.

Ceci obtenu, l'étudiant est prêt mais il lui manque encore une chose, c'est le désir ardent de retrouver Dieu." [...]

Les écoles de Sagesse magiques :

Comment s’infiltrer dans une telle société alors qu’elles n’ont pas "pignon sur rue" ?

Pour tous ceux qui pourraient souhaiter s’orienter dans l’une ou plusieurs de leurs différentes voies il nous paraît des plus opportun de rappeler que, conformément aux Lois du Karma : "tout à un prix".
Ce prix ne se paye pas en monnaie mais sous la forme d’une modification de la charge de nos karmas individuel et collectif, mais aussi et surtout sur le poids des épreuves, peines, renoncements et abstinences que l'adepte devra supporter.
Faire appel à un égrégore magique implique de "passer un contrat avec lui". Le mage contracte une sorte d’emprunt auprès des entités du monde astral dans un but plus ou moins philanthropique (hélas parfois satanique).
Comme tout emprunt doit être remboursé, l’adepte doit préalablement bien assimiler les prérequis selon les extraits ci-dessus de l'excellent livre de R. Emmanuel.

Cette conception de R. Emmanuel est renforcée, voire "endurcie" par les extraits ci-dessous du livre traduit des publications de Giuliano Kremmerz : "Introduction à la Science Hermétique" publié en 1986 par les éditions AXIS MUNDI.

Dans la seconde partie de cet ouvrage « Éléments de magie naturelle et Divine », nous pouvons lire :

« La clé de toutes pratiques est subordonnée à la sainteté du disciple sans la sainteté ou là purification successive de son esprit, tu n’accompliras jamais une œuvre divine, et si tu réussis à quelque chose sans la sainteté tu feras œuvre diabolique.[…] Mais il ne faut pas comprendre la sainteté comme le vulgaire comprend la dévotion et la bigoterie ; le Saint est celui qui identifie sa raison d'homme à la raison fatale des choses et des esprits ; le Saint est l'altruiste qui se considère ici-bas comme un voyageur dans un hôtel, en une pause dans son voyage vers l'infini, ultime évolution de toutes les choses créées ; le Saint est celui qui possède la sagesse de ne pas s'illusionner sur les raisons visibles et qui se fait digne de la science de Dieu. […]

On étudie la philosophie, on discute les idées, on explique les symboles, mais pour apprendre l'art magique après avoir appris la philosophie de la Magie il faut posséder 3 choses :

  1. La volonté sans désir ;
  2. La force d'agir sans s'arrêter ;
  3. La pratique pour ne pas se tromper.

Celui qui désire ne peut vouloir. Le désir est un appétit de l'illusion qui paralyse la volonté […] »

Dans la troisième partie de ce livre intitulée : "Les mystères de la Thaumaturgie" :
[…] Ces mots puissants sont des chants et des émissions articulées de volonté. Animés ou non par des idées concrètes, ces mots sont d'autant plus puissants qu’ils ont été magnétisés par d'autres opérateurs, et qu'ils répondent par les sons aux idées que l'on veut réveiller.
Les psaumes des hébreux sont magiques. Mais en hébreu ils sont plus efficaces que les psaumes latins, il faut posséder la clé pour les utiliser. Mais les imprécations, les exorcismes et les sortilèges de la magie égyptienne et chaldèo-syrienne sont plus puissants que les psaumes parce qu’en les prononçant ou en les chantant, on réveille non seulement les idées de ceux qui nous ont précédés dans la zone astrale, mais on réveille aussi, pour les revitaliser, les esprits âgés de plus de cinquante siècles de pratiquants qui ont répété ces idées mécaniquement.
Aussi ses sortilèges ne sont-ils livrés qu’à ceux qui savent les mériter car ils constituent des forces déjà activement vitalisées par elles-mêmes, à tel point que les effets sont rapides et précis, à la différence des prières déjà entrées dans la liturgie catholique (les psaumes) qui ont une valeur relative à cause de la manière différente dont elles ont été utilisées. […] Certains mots que l'on ne répète pas en vain, sont le patrimoine de très rares hommes qui en perdent la faculté s'ils en abusent parce qu'ils les ont appris directement du ciel d’Éa et chacun de ces mots contient en synthèse un acte de création en germe. […]

N.B. : Éa : Dieu de la mythologie Mésopotamienne (2.000 ans avant notre ère). Dieu des eaux douces souterraines, de la sagesse, des arts et techniques, magie et exorcisme.

Éa

Conclusion sur les égrégores magiques

Après lecture de ce qui précède, il est aisé de comprendre la puissance des entités que forment les égrégores magiques.

Ils sont régulièrement entretenus par des âmes pures (hors rituels sataniques) et donc inaccessibles à la plupart des âmes. Ils ne sont pas pollués par des apprentis sorciers imprudents qui sinon l'apprendraient très vite à leurs dépends.

Leur pratique exige du temps, et le respect de rituels très précis qui s'avèrent énergivores et chronophages.

Si vous deviez être concernés par ces pratiques au cours de votre incarnation présente, souvenez vous encore du vieil adage : "Quand le Disciple est prêt, le Maître paraît".

Mais à défaut d'être des saints : abstenons nous !

Publié par ESOTERICUS dans KARMA, 2 commentaires
Pour mieux métaphysiquer : Métaphysicon

Pour mieux métaphysiquer : Métaphysicon

Le mois d’avril 2019 a vu la naissance de notre site, nous avons souhaité, en cette fin d’année 2020 attirer votre attention sur le livre ci-contre récemment publié aux Éditions Guy Trédaniel.

Cet ouvrage doit, à nos yeux, être considéré comme un incontournable de la bibliothèque d'un cherchant sincère et de bon discernement.

Le voyons nous avec les yeux de Chimène ,tant il ne fait que conforter la centaine d’articles que contient notre site en cette fin de mois de décembre 2020 ?

Pour vous qui contribuez désormais à la vague actuelle de nos 5.500 visiteurs uniques sur 30 jours glissants ; ce modeste "teaser" vous incitera sans nul doute à vous faire ce joli cadeau pour vos étrennes.

Les articles d’Ésotéricus sont structurés sur les fondamentaux des sciences physiques et psychologiques. Ils ont pour objectif (par le biais des analogies et du symbolisme) de faciliter votre quête selon les critères de notre article "suggestions pour bien débuter".

En page 60 de leur livre, à propos des écrits et enseignements ayant donné naissance au mouvement théosophique ; comme pour anticiper la suite de notre article "Sémiologie pour des égrégores puissants" les auteurs de Métaphysicon nous rappellent ainsi au discernement et à la vigilance :

"C'est l'auberge espagnole. Les gens qui se plongent là-dedans en ressortent de toutes les manières possibles et imaginables. On trouve le meilleur comme le pire.  Émergent de ces creusets aussi bien des humanistes, des guérisseurs bénévoles que des mythomanes, des escrocs, des … sorciers ou carrément des nazis ! Certains s'engagent dans des croisades diverses et variées. D'autres pondent des doctrines. D'autres fondent des sectes dont ils deviennent les gourous. D'autres encore se retirent et se coupent du monde. Le monde scientifique en règle générale exècre ce genre de prose."

La structure du livre MÉTAPHYSICON

Elle repose sur trois piliers essentiels :

Métaphysicon : Premier pilier

L’un des fondamentaux qui nous est cher : la loi d’analogie qui est le fondement de l’'hermétisme :

"Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas".

Métaphysicon : Second pilier

La Loi des polarités avec ses attractions et répulsions mutuelles.

Les semblables s'attirent, les opposés se repoussent.

Métaphysicon : Troisième pilier

Et surtout : le modèle cosmologique Janus issu des publications scientifiques de Jean-Pierre Petit.

Sur la base de ces 3 colonnes,  les auteurs du livre nous fournissent une éclatante démonstration de l’immortalité de nos âmes.

Avec un vocabulaire approprié nous y découvrons une approche en totale synergie avec celle de nos articles.
Ces synergies portent plus particulièrement sur :

  • Le monde métaphysique : ce plan complémentaire de notre monde (biosphère) physique qui n’est autre que ce que nous appelons le "monde astral".
  • La naissance de la vie.
  • Les âmes groupes et les âmes individualisées.
  • L’âme universelle éparpillée.
  • La communication dans l’astral et la télépathie.
  • Le voyage astral et les rêves.
  • Les égrégores religieux.
  • La gnose, l’angéologie, la réunion avec l’ange.

Mais surtout comme promis par les auteurs : des pages d’explications mathématiques qui viennent en seconde partie de l’ouvrage conforter les plus matheux et scientifiques lecteurs.

En conclusion :

Nous serons sans nul doute appelés à nous référer souvent à ce livre dans nos articles à venir, mettant ainsi les ouvrages ésotériques "classiques" en parfaite harmonie avec cette innovante publication scientifique.

Publié par ESOTERICUS dans DIVERS, 2 commentaires
Carré de Saturne<br>Svastika et Croix Gammée

Carré de Saturne
Svastika et Croix Gammée

Pour aller plus loin avec le Carré de Saturne

Le présent article est largement inspiré de l'ouvrage de Robert Ambelain ci-contre ; et plus particulièrement de son chapitre 13 intitulé : "Le secret de la croix gammée".
En guise d'introduction nous pouvons y lire :
"La plus ancienne trace de son existence remonte au IIIe millénaire avant notre ère. En effet il apparaît avec le célèbre recueil oraculaire de la vieille Chine: le Yi-King. Il y porte le nom de Lo T’chou, et se présente à nous d’une façon plus ésotérique que dans la tradition occidentale, la vieille Chine ignorant les chiffres arabes. Voici donc le Lo T’Chou ; c’est la disposition feu."

Si l'on fait pivoter le carré de Saturne autour du 5 dans le sens sinistrogyre création (c'est à dire la descente du feu), l'on obtient les 4 configurations ci-dessous.

"[...]chacune d’elles correspond à un état élémentaire de vibrations, et n’importe quel radiesthésiste pourra le démontrer, tant avec la baguette qu’avec le pendule. Il est donc évident que tout ce qui peut en être extrait dans le domaine de la magie revêtira une vibration différente, fonction de son orientation ; parmi ce que révèle un carré magique, nous citerons les sceaux, graphiques permettant, par des clés appropriées, de connaître des noms (en hébreu) attribués à l’ange ou au démon de la planète gouvernant le carré magique analysé. Henri-Corneille Agrippa en parle abondamment en sa Philosophie Occulte, livre II, chapitre XXII.[...]

Nous noterons que ce sens est en parfaite adéquation avec la Génèse.

"[...]Apparu en premier dans la tradition chinoise avec le Yi-King, le Lo T’chou va nous permettre de comprendre les significations occultes du svastika et du sauvastika. Dans la tradition taoïste comme à Sumer ou à Akad, le nombre 5 de la case centrale exprime la présence du Dieu créateur au centre du Grand-Tout. Autour de lui, les huit autres nombres : 1, 2, 3, 4, 6, 7, 8, 9 que nous retrouvons dans le système du Yi-King oraculaire, représentent les huit dieux secondaires, demiurgii du démiurge. Nous retrouvons cette hiérarchie en tous les systèmes religieux. Même en la tradition judéo-chrétienne, où on oublie que les archanges sont au nombre de huit et non de sept, le huitième étant l’Adam premier, soit Ishraël selon Origène.
Le carré magique de neuf cases va se modifier avec la Création. Vient d’abord une création spirituelle, le plérome des gnostiques, le sein d’Abraham des juifs, le Gwenved des Celtes. Et le nombre 5 central va devenir le nombre 50, symbole de l'expansion ordonnée. Mais cela dans le plan feu, ou monde spirituel.[...]

Carré de Saturne régit par l'élément FEU

Carré de Saturne régit par l'élément AIR

Carré de Saturne régit par l'élément EAU

Carré de Saturne régit par l'élément TERRE

[...]"Suite à une déchéance ou une corruption d’un des huit dieux secondaires désireux de devenir créateur à son tour, le nombre 5 va passer, de 50 à 500, nombre de la « grande expansion », ou expansion désordonnée. Et cela nécessairement dans le plan terre, ou monde matériel. Voici ces nouveaux carrés de neuf cases :"[...]

[...]"Revenant sur nos deux nouveaux carrés magiques, nous nous souviendrons donc que le carré à centre 50 est celui de la création spirituelle, c’est le plérome des théologiens. Celui à centre 500 est celui de la création matérielle ; c’est le kénome des théologiens. Et maintenant disposons ces nombres congruents, les uns selon le carré de feu (centre 50), et les autres selon le carré de terre (centre 500).
La lecture se fera nécessairement selon la règle chinoise, c’est-à-dire de bas en haut, et de droite à gauche. Et nous obtenons alors deux croix gammées différentes, dextrogyre avec le carré feu, et senestrogyre avec le carré terre."[...]

[...]"Et maintenant, la croix gammée hitlérienne va nous livrer son secret. Nous allons lire ce dernier sur le carré magique de terre à l’aide des nombres congruents. Mais pour cela il nous faut rappeler ce que sont ces nombres. La congruence est la relation exprimant que deux nombres donnent le même reste si on les divise par un même nombre, dit module. Autrement dit, leur différence doit être un multiple d’un troisième nombre, dit module. Les nombres congruents sont toujours associés un pair avec un impair, comme il en est d’ailleurs dans le système gnostique des éons."[...]

Carré de Feu (50)

Carré de Terre (500)

Génération de la Svastika par le Carré de Saturne élément "FEU"

[...]"La lecture se fera nécessairement selon la règle chinoise, c’est-à-dire de bas en haut, et de droite à gauche. Et nous obtenons alors deux croix gammées différentes, dextrogyre avec le carré feu, et senestrogyre avec le carré terre."[...]

[...]"Faisons alors la somme de chacune de leurs branches, selon la règle chinoise de lecture de ces nombres congruents.
Pour le carré feu (spiritualité), nous trouvons :
61 + 72 + 94 + 83 + 50 = 360.
Soit le nombre du Logos."[...]

Génération de la Croix Gammée par le Carré de Saturne élément "TERRE"

Ici encore : [...]"La lecture se fera nécessairement selon la règle chinoise, c’est-à-dire de bas en haut, et de droite à gauche. Et nous obtenons alors deux croix gammées différentes, dextrogyre avec le carré feu, et senestrogyre avec le carré terre."[...]

[...]"Pour le carré terre (matérialité), nous trouvons:
29 + 43 + 18 + 76 + 500 = 666.."
Soit le nombre de la Bête (Thérion en grec), de l’Apocalypse: "C’est ici la Sagesse, que celui qui a l’Intelligence comprenne et compte le nombre de la Bête, car c’est aussi le nombre d’un homme, et ce nombre est six cent soixante-six..." (Cf. XIII, 18.)[...]

Comme la Lune, la croix gammée est menteuse...

Il est aisé de voir sur les images ci-dessus que la croix gammée pointe vers la droite alors que la Svastika pointe vers la gauche. Contrairement à une opinion largement répandue (dont celle de Wikipédia) qui attribue de ce fait à la croix gammée un caractère dextrogyre (sens des aiguilles d'une montre), la croix gammée est bien sinistrogyre !

Elle symbolise la finalité la plus dense de la matérialité.

Pour ce qui est de la lune qui pointe vers la droite et semble former un "C" comme "croissante", elle est en fait décroissante, d'où l'expression populaire "la lune est menteuse".

Nous ne pouvons donc qu'abonder dans le sens de Robert Ambelain qui qualifie la Svastika de dextrogyre par opposition à la croix gammée sinistrogyre.

Pour nous en convaincre, il suffit de méditer sur le symbolisme des moulins à vent de notre enfance comme nous y invite l'illustration ci-contre.

Quand l'énergie du souffle créateur passe sur ce moulin qui "pointe vers la droite", sa rotation s'effectue sinistrogyre (inverse des aiguilles d'une montre).

La descente du feu dans la matérialité se fait dans une spirale sinistrogyre, la remontée qui doit nous conduire du monde matériel vers la divinité se réalise de manière dextrogyre et passera par la colonne de l'eau.

Comme nous le dit Robert Ambelain : [...]"Or, ce nombre 666, nous allons le retrouver dans l’identité d’Adolf Hitler, et nous ne douterons plus alors qu’il fut  "l’homme d’iniquité" des prophéties scripturaires."[...]

Conclusion

Robert Ambelain nous explique ensuite pourquoi le nombre 666 est le symbole numéral de la Bête, c’est-à-dire de l'animalité s’opposant à l'humanité.

Dans un premier temps, il se réfère à la Kabbale hébraïque et à sa tradition millénaire, venue en droite ligne des Chaldéens après la captivité à Babylone.

Puis à Corneille Agrippa et ses carrés magiques, plus particulièrement au carré du Soleil (6 x 6) au moyen duquel ce nombre 666 est attribué au Démon de l’astre, alors que le nombre 111 l’est à son Intelligence. Ces deux termes, en s’opposant, soulignent le caractère anti spirituel du terme Démon.

Publié par ESOTERICUS dans KABBALE, 0 commentaire
Sémiologie pour des égrégores puissants 1 / 2

Sémiologie pour des égrégores puissants 1 / 2

Importance des sons, gestuelles et rituels :

Cet article qui vient terminer notre récente séquence sur les thèmes  relatifs aux formes-pensées et aux égrégores qu'elles génèrent, sera divisé en deux sous articles.
Notre but est de nous amener à méditer sur les points suivants :

  • Importance du nombre et de la fréquence des formes pensées cohérentes émises.
  • Importance du codage sémiologique des formes pensées (langue, images, mantras, rituels, intentions et compréhension des pratiquants émetteurs).

Rappels sur les égrégores

Les articles qui précédent nous ont aidés à comprendre l’importance du Schéma de Shannon ainsi que celle des Lois de résonance et de clarté des codes sémiologiques transmetteurs des formes pensées par le canal média astral.

Le présent article n’a en aucun cas vocation à porter le moindre jugement de valeur concernant les égrégores choisis à titre d’exemples qui nous sont apparus significatifs.

Puisse t'il nous permettre de mieux comprendre les mutations que nous observons en cette fin de l'ère du Kali Yuga.

Approche des égrégores sociétaux

Les égrégores sociétaux sont en permanente mutation depuis l’origine des temps.

La psychologie des foules dont la nature des formes pensées émises par leurs membres nous sont parfaitement décrits par :

  • Gustave Lebon dans son incontournable ouvrage « La psychologie des foules » daté de 1895.
  • Et par le modèle de l’analyse PESTEL si chère au monde du marketing.

Ce dernier modèle nous incite à mieux structurer nos raisonnements sur les résonances par interactions entre les six mondes sociétaux :

Analogies inspirées par le modèle PESTEL

Réaliser une étude marché pour une entreprise consiste ni plus ni moins qu'à analyser les différents égrégores dans lesquels ladite entreprise évolue ou va évoluer.
Le modèle de l’analyse PESTEL consiste en un acronyme de 6 lettres, tel qu'illustré ci-contre; le marché d'une entreprise doit tenir compte du fait que :

  • Politique : conflits et/ou guerres, partis prédominants, stabilité du régime, niveau de corruption.
  • Économique : fiscalité, inflation, pouvoir d'achat, taux de change, taux de rendement des prêts et placements.
  • Socio-culturel : démographie, pyramide des âges, immigration, niveau scolaire et compétences des acteurs du marché, niveau des inégalités entre les catégories sociales.
  • Technologique : niveau de la recherche, évolution des techniques de production et des méthodes de travail
  • Écologique : changement climatique, recyclage, pollution, effet de mode, énergies renouvelables.
  • Légal : protection de la propriété, évolution du droit social, évolution des lois, décrets et jurisprudences.

Sur ces bases, il est aisé pour tous, à travers l’observation des évènements du quotidien, de comprendre comment tous ces facteurs agissent en permanence les uns sur les autres et façonnent nos sociétés et entreprises au fil des jours et des siècles.

Tous ces égrégores s'agrègent sous forme d'âmes groupes qui interfèrent avec nos âmes individuelles et mènent "la vie dure" à notre libre arbitre et à notre évolution spirituelle.

En nous référant encore au schéma de Shannon, il est aisé de constater que les formes-pensées qui alimentent tous les égrégores créés par les 6 branches du modèle PESTEL :

  • Font l'objet de codages disparates,
  • Émanent de toutes les couches disparates des êtres humains,
  • Sont véhiculées par des canaux médias perturbés par de nombreux bruits,
  • Génèrent toutes sortes de feed-backs difficiles à prédire et évaluer.

Évolution sémiologique de deux des principaux égrégores religieux :

Pour essayer de comprendre l'évolution et la force des égrégores, réfléchissons ensemble sur deux exemples dont l’actualité n’échappera à personne. Pour ce faire, penchons-nous sur l’évolution de l’égrégore catholique versus l’égrégore islamique. Nous continuerons de nous appuyer sur les structures du Schéma de Shannon :

Le codage des formes-pensées :

À partir du commencement de l’ère du verseau en 1962 qui marque la fin du kali yuga (voir entre autres notre article sur l'extinction de la 5ème race), l’ouverture du concile Vatican II marque un important tournant dans le déclin du catholicisme.
La première "constitution", adoptée dès 1963, Sacrosanctum concilium, porte sur la liturgie. Ce texte théologique, est consacré à la rénovation et à la simplification des rites, permettant une plus grande participation des fidèles à la liturgie, grâce notamment à la célébration en langues vernaculaires et à l'abandon presque général du latin. La résonance des sons, prières et pensées va donc se fractionner en autant de langues que de lieux de culte.

A contrario : le site "Islam Quest" nous apporte d’importants éléments de réflexion analogique dont nous reprenons ci-dessous ce qui nous parait essentiel :

[…] "Premier point : on peut dire que les raisons les plus importantes raisons pour lesquelles la prière doit être faite en langue arabe après que cela ait été instituée comme une tradition du prophète (ç) et un acte d’adoration bien précis (c’est-à-dire) qui doit être accompli exactement sous la forme que Dieu l’a déterminée) on peut évoquer la nécessité de préserver la prière tout au long des siècles sans qu’il n’y ait ni de diminution ni d’ajout. Si chacun priait dans sa langue locale ou dans son dialecte, il y aurait des possibilités que beaucoup de choses y soient enlevées que ce soit en termes des mots ou alors que certaines choses y soient modifiées ou mélangées avec des superstitions non fondées. Et sûrement toutes ces modifications auraient risqué d’affecter d’autres actes obligatoires plus particulièrement les différents de la prière. La prière alors aurait du perdre sa valeur et serait confinée aux oubliettes.

Donc il est alors évident que pour permettre à quelque chose de rester intact et éternelle durant toute l’histoire, il lui faut des critères et des normes inchangeables et inaltérables comme par exemple la quantité, le milimétrage, le centimètrage, ou alors le métrage en ce qui concerne les unités de mesure de poids de longueur et de capacité. Ce sont des critères inchangeables que nous appliquons jusqu’à nos jours ; en ce qui concerne la prière, nous avons ce qu’on appelle les obligations et les piliers qui font partie des critères immuables et l’un de ces critères est qu’elle doit être faite en arabe c’est-à-dire les choses qu’on lit dans la prière doivent être en arabe.

Deuxième point : L’islam est une religion universelle et son désir est que pour tous les musulmans regardent dans la même direction et se retrouvent dans un même rang. Former une telle société sans une langue unique grâce à laquelle tout le monde peut se comprendre est impossible. Et la langue arabe comme le confesse les gens du domaine est la langue la plus complète et la plus exhaustive parmi toutes les langues du monde. Raison pour laquelle elle se présente comme une langue internationale et la langue de prière de tous les musulmans, le code de l’unité, le symbole de la solidarité entre les musulmans. Ce principe apparait également dans les préceptes d’ordre islamique tel que regarder par exemple vers la même direction lorsqu’on prie…" […]

Ce qui précède fait apparaître à l'évidence que l'islam attache la plus grande importance à la nature des vibrations et donc à la résonance des formes pensées émises par ses fidèles. Cette unité de langue permet aussi de renforcer la puissance des vibrations astrales qui alimentent l'égrégore par l'effet de masse lié au nombre croissant d'émetteurs.

Le nombre d'émetteurs et la fréquence des émissions

Les enquêtes ci-dessous nous montrent également la puissance de l'égrégore de l'islam de part le nombre de pratiquants et l'assiduité de leurs émissions.

Selon le journal "Le Point" :

"Historiquement, la France est un pays catholique, la "fille aînée de l'Église". Cette religion reste celle d'une majorité relative de nos compatriotes, mais elle périclite. 7 % des personnes interrogées seulement se rendent à la messe au moins une fois par mois, contre 9 % en 2008. Au total, on compte, en 2018, 32 % de catholiques en France, dont 19 % ne sont pas pratiquants. C'est-à-dire qu'ils ne vont pas à l'église même pour les grandes fêtes (Pâques, Noël…), tout en se considérant comme catholiques. Pourtant, en 1981, on comptait encore 70 % de catholiques en France, dont 17 % de pratiquants réguliers, et 41 % de non-pratiquants."

Selon le site “The Times of Israël” :

"Une étude du groupe de réflexion libéral Institut Montaigne évalue à 30 % les musulmans qui se rendent au moins une fois par semaine à la mosquée (échantillon de 1 029 répondants de confession ou culture musulmane). Selon cette même étude basée sur un sondage Ifop de 2016, un peu plus de 60 % des personnes musulmanes ou de culture musulmane ont un "rapport distancié ou inexistant" avec les lieux de culte, à savoir qu’ils ne se rendent que rarement ou jamais à la mosquée.
Une autre série d’enquêtes réalisées entre 1989 et 2011 par l’Ifop auprès d’environ 4.000 personnes "issues de familles d’origine musulmane" montre qu’environ 74 % se disent croyants et près de 40 % se déclarent croyants et pratiquants.
Selon cette même série d’enquêtes, entre 31 et 41 % des sondés déclarent prier chaque jour et 16 à 25 % affirment aller généralement à la mosquée le vendredi."

Selon un article du 11 juillet 2019, le site "Vatican News" énonce :

"19,9 millions de Français «catholiques"

"Ainsi selon l’enquête d’opinion Viavoice de 2019 cité par l’Observatoire, 19,9 millions de Français qui "se sentent liés au catholicisme" se déclarent "croyants".

Parmi eux, plus de 5,4 millions entretiennent une pratique religieuse "au moins une fois par mois" (soit 8% des Français), dont plus de 2 millions "au moins une fois par semaine" (soit 3% de la population totale). L’enseignement catholique privé sous contrat avec l’État rassemble lui près de 17% de la population scolaire française, un chiffre en constante augmentation depuis le début des années 2000."

"L’islam est la religion qui, après le catholicisme, compte le plus grand nombre de fidèles et de pratiquants, soit la 2ème religion en France. Avec près de 2 600 lieux de culte, le culte musulman comptabilise par exemple moins de lieux de culte que la confession protestante. L’estimation la plus précise (comprenant les pratiquants et les non pratiquants) du nombre de Français de confession musulmane se situe entre 3,3 et 5 millions de personnes (soit entre 4,8% et 7,3% des Français), soit environ 4,1 millions de Français (soit 6% de la population totale), répertorie l’Observatoire.
Les musulmans pratiquants eux sont estimés à 1,8 million de personnes (soit 2,6% des Français).
Selon l’organisme, il ressort des différentes études et enquêtes que la proportion des Français de confession musulmane qui se déclarent "pratiquants" est bien supérieure aux Français de confession catholique, orthodoxe, juive, protestante luthérienne et réformée, mais inférieure à celle observée chez les protestants évangéliques."

Le codage gestuel et rituélique des formes-pensées

La gestuelle

Le site "cyber curé" nous décrit les gestes de la prière chrétienne.

Le site "nos petits musulmans" nous décrit ceux de la prière musulmane.

Avec l'éclairage des deux liens ci-dessus, il ne peut nous échapper que la fréquence quotidienne des prières, et le niveau d'implication physique des fidèles différent fortement.

La rituélique

À partir du XVI ème siècle, de nombreuses églises ne sont plus orientées vers l'est et se plient de plus en plus à la topographie des lieux de construction.
Vatican II (voir ci-avant) a également mis fin à la célébration par le prêtre tourné vers un orient plus ou moins bien orienté.
La crise de la communion dans la main succédant à la communion dans la bouche n'est semble t'il pas totalement oubliée et se trouve à nouveau discutée durant ce même concile qui au final (pour des raisons de commodité) n'a pas tranché.

L'islam ne connaît pas ces divergences. Quel que soit le lieu de prière dans le monde, elle doit être faite en langue arabe et le fidèle orienté vers la Mecque.

Méditons également sur la différence entre les ablutions rituelles et la fréquence réciproque de purification par l'eau.

Pour résumer : le feed-back des deux égrégores

Une comparaison des puissances réciproques des deux égrégores, dont nous pouvons au fil des jours suivre l'évolution, semble respecter à merveille les enseignements du Schéma de Shannon ; de la puissance créatrice de la pensée et donc des formes-pensées.

 

Les égrégores spirituels syncrétistes :

Ils se composent de deux groupes principaux:

  • Sociétés "secrètes" plus ou moins discrètes et prosélytes,
  • Sociétés "magiques".

Ces égrégores spécifiques feront l'objet du second volet de cet article.

 

Publié par ESOTERICUS dans KARMA, 0 commentaire
<b>LES FONDEMENTS DE LA SÉMIOLOGIE</b>

LES FONDEMENTS DE LA SÉMIOLOGIE

La sémiologie

Est la science des signes. Elle étudie la vie des signes au sein de la vie sociale.

La sémantique

Est une branche de la linguistique qui étudie les signifiés des signes.

Le signe

Est un élément de code permettant aux membres d'une même communauté d'en comprendre le sens (lettre, mots, ponctuation, code de la route, etc.). Tout peut être un signe pourvu que cela renvoie à un sens.

Le signe respecte la loi du ternaire : tout signe est la synthèse d'au moins trois termes :

  1. un référent, c'est à dire une réalité physique ou conceptuelle,
  2. un signifiant qui est accessible à l'un de nos 5 sens, et
  3. un signifié qui désigne la représentation mentale (ou "forme-pensée") du concept associé au signe.

Un exemple du ternaire d'un signe :

Remontons le temps et imaginons que nous cherchions un signifiant pour un objet doté de 4 pieds nous permettant de nous y asseoir et nous y adosser (c’est-à-dire notre référent). Selon notre cadre de vie et notre contexte, nous pourrions coder divers signifiants pour ce référent unique.

L'image ci-contre illustre diverses façons d'exprimer le référent "chaise".

Il existe trois sortes de signes :

  • L'indice :

    L'indice établit un rapport non-finalisé. Ce n'est pas un rapport intentionnel. Par exemple "la couleur de l'eau" est un indice de la profondeur. Seul un rapport de causalité interprétable et donc à vérifier existe.

  • Le signal :

    Rapport de finalité ; le signal répond à un code qui permet de signifier. Par exemple "feu vert, drapeau à damier, sirène, etc."

  • Le symbole :

    Le symbole se divise en deux familles :

    • Le symbole abstrait : les chiffres, lettres, symboles mathématiques, sans aucun lien naturel avec le signifié, Exemples : € ∑ ∞
    • Le symbole analogique : concerne le langage d'un clan ; (Voir les divers caducées, le lion symbole de force...)

La recherche ésotérique porte essentiellement sur l'analyse et la méditation relative aux symboles analogiques.

Le signe dénote et connote

La dénotation :

Un signe (image ou mot) a une signification purement objective : c’est le plus proche niveau d'approche de son référent.

La connotation :

Un signe est connoté par toutes les expériences connues ou vécues, que le récepteur relie ou peut relier à son expérience présente ou passée du signe.

 

Exemple :

Ce logo cousu sur un uniforme dénote que celui qui le porte est membre d'une :

Compagnie

Républicaine de

Sécurité.

Mais de nombreuses connotations en découlent selon les sensibilités des récepteurs…

Si le CRS n'est pas notre Compagnon de Recherche Spirituelle

Comment le connotons nous ?

Naïade ou nez d'un barbu ?

L'image offre, au delà du sens dénoté, un vaste champ connotatif qui dépend :

  • Du lecteur,
  • De sa mémoire,
  • De sa culture,
  • De sa pratique sociale,
  • De son inconscient,
  • De son imaginaire.

La répartition des signes qui composent l'image dans son espace de représentation est elle aussi fondamentale.

Ceci n'est pas une pipe mais la représentation qu'en a fait le peintre Magritte.

L'image est quelque chose qui ressemble à quelque chose d’autre ; mais elle n'est pas la "chose" !

En communication visuelle, c’est une représentation analogique, imitative, qui peut aussi être associée à d’autres sens (son, toucher, odorat, goût...).

En conclusion

Cet article nous prépare à la lecture de l'article sur la clarté des formes-pensées et aux formes sémiologiques qui renforcent la vigueur des égrégores.

Publié par ESOTERICUS dans FONDAMENTAUX, 0 commentaire
Créer, alimenter et maintenir un <br> Égrégore puissant et performant

Créer, alimenter et maintenir un
Égrégore puissant et performant

Introduction

Cet article est destiné à nous permettre de comprendre la puissance des égrégores et les conflits entre égrégores antagonistes.

Pour bien l’aborder, nous pouvons nous appuyer sur nos articles sur l’inversion des polarités, les égrégores et formes pensées et bien sur le schéma de Shannon.

Nous avons ainsi compris qu'un égrégore :

  • Est un récepteur (au sens de Shannon) qui s'alimente de formes-pensées et est capable de renvoyer des "feedbacks".
  • Que lesdites formes-pensées peuvent provenir d'un nombre plus ou moins grand d'émetteurs.
  • Est comme une bouteille de Leyde, c'est à dire un condensateur capable de stocker et décharger des énergies comme les sphères des éclateurs de la machine de Wimshurst.
  • Est analogue au disque dur de notre ordinateur dont les clusters peuvent se fragmenter.

 

 

Les faiblesses du feedback d'un égrégore

Comme l'illustre l'image ci contre (extraite de notre article sur le schéma de Shannon), un égrégore doit être alimenté par des formes-pensées claires et homogènes (pour ne pas présenter d'antagonismes entre elles).

Il sera soumis à la dure loi de la courbe d'Ebbinghaus s'il n'est pas "entretenu" et révisé (réalimenté) de nombreuses fois.

Classification des égrégores

Fidèles à notre loi du ternaire, nous pouvons distinguer trois grandes familles d'égrégores :

  • Les égrégores sociétaux.
    • Partis politiques.
    • Syndicats.
    • Réseaux sociaux.
    • Associations.
    • Clubs de supporters.
    • Etc.
  • Les égrégores confessionnels.
    • Religions.
    • Courants philosophiques.
    • Associations humanitaires.
  • Les égrégores spirituels.
    • Groupes ésotériques.
    • Écoles de sagesse.
    • Sectes.
    • Mages, thaumaturges.
    • Etc.

Cohérence et codification des formes-pensées émises

La puissance d'un égrégore ne se limite pas au nombre des émetteurs de formes-pensées qui l'alimentent.

La qualité, la sincérité et la cohésion entre les émetteurs est fondamentale ! La qualité prime très souvent sur la quantité.

Afin d'éviter que les messages transmis à un égrégore ne soient brouillés par le bruit et les variantes possibles des signaux émis, la force d'un égrégore est liée à :

  • La qualité et l'universalité du code (à cet égard, nous aurons à nous pencher sur la sémiologie des messages émis).
  • Tout comme en matière de communication "profane", la multiplication des types de supports sémiologiques des signaux émis (si possible "audio-visio-olfacto-gustato-tactiles").
  • Les diverses interprétations connotatives des signaux émis par les auteurs des formes-pensées contribuant à un égrégore.

Conclusion

Prenons le temps de méditer sur les divers égrégores qui s'affrontent actuellement (essentiellement politiques et religieux).

Nous pourrions y trouver davantage de sérénité et d'ouverture d'esprit...

Publié par ESOTERICUS dans KARMA, 0 commentaire
Égrégores et formes-pensées

Égrégores et formes-pensées

Cet article fondamental est étroitement lié avec ceux sur la prière et sur la Loi de résonance.

Une analogie liée aux égrégores et formes-pensées

Cette vidéo nous montre les lanternes magiques des fêtes de la lumière dans le monde oriental :

Après avoir visionné cette vidéo, imaginez-vous que le ciel noir de la nuit symbolise les annales akashiques, que les petits mots confiés à chaque lanterne sont des prières transcrivant l'espoir de celui ou celle qui va "transporter" la forme-pensée de cette prière pour l'agréger dans l'égrégore formé par toutes les lanternes qui se rassemblent dans le ciel. Vous aurez ainsi une approche des égrégores et formes-pensées sous un angle un peu différent de celui communiqué par l'analogie avec un disque dur et ses clusters de notre précédent article.

Définitions des égrégores et formes-pensées

Nous avons sélectionné pour vous un florilège de définition que nous ne pourrions mieux formuler :

Selon Jean-Paul Toury :

"Un égrégore est une entité produite par un puissant courant de pensée collective et cohérente.

Un égrégore est une forme-pensée ou champ énergétique construit par un groupe de personnes ayant la même intentionnalité : club sportif, culturel, loisirs, syndicat, parti politique, groupement professionnel…
Il peut être également simplement constitué par un ensemble de personnes disséminées sur la planète, mais vivant les mêmes émotions : amour, haine, colère, compassion, participants à une méditation collective…
L’égrégore condense, rassemble ce que chaque membre y apporte. Et chaque membre, du coup, reçoit de l’égrégore dans lequel il entre, plus que ce qu’il a apporté. Il y a donc interaction entre les membres du groupe et l’égrégore.

La concentration des personnes réunies dans un même but, avec les mêmes pensées intenses créées un égrégore qui se constitue, se développe, s’amplifie et devient actif.
Un égrégore est une “boule” d’énergie visualisable dans l’astral qui a été créé la plupart du temps par un groupe d’individus humains.

Une Forme-Pensée est en quelque sorte un "égrégore individuel" généré par la pensée d’une seule personne.

Une Forme-Pensée est la concrétisation d’une pensée émise, que l’on transmet ou dispose dans un emplacement spatio-temporel spécifique à sa "personnalité". Une Forme-Pensée est une sorte d’image conservant la cristallisation d’une histoire.

Une Forme-Pensée est un sentiment vécu qui va rester en mémoire ; une croyance vis-à-vis de soi-même. L’entité Forme-Pensée est toujours notre création, mais n’est pas NOUS.

Dans le cas de maladie, le rôle d’une Forme-Pensée est de nous rappeler qu’il y a quelque chose que nous n’avons pas compris, pas intégré…

Selon Anne Givaudan :
"Pour qu’une Forme-Pensée puisse prendre vie, il est nécessaire que deux centres énergétiques (chakras) interviennent dans sa construction."

L'article du blog "acupression et bien-être" vous donnera aussi de solides éléments pour évaluer l'influence des égrégores dans notre vie courante.

Citons enfin quelques extraits du livre d'Annie Besant et de C.W Leadbeater illustré ci-contre :

"Nous avons devant nous une sérieuse difficulté provenant de notre conception de l’espace. Nous ne le voyons, en effet, que sous trois dimensions, pour le limiter pratiquement à deux quand nous essayons de dessiner. En fait, la représentation même des objets à trois dimensions est forcément inexacte, car c’est à peine si, dans notre dessin, une ligne ou un angle est reproduit avec justesse.

[…] ce que l’on appelle l’aura de l’homme est la partie extérieure de la substance nuageuse de ses corps supérieurs, de cette substance qui les pénètre tous et qui dépasse de beaucoup les confins de son corps physique, le plus petit de tous. Ils savent aussi que deux de nos corps, le corps mental et le corps des désirs, sont ceux qui ont plus particulièrement à faire avec ce qu’on appelle les formes-pensées.

[…] Toute pensée donne naissance à une série de vibrations qui agissent avec suite sur la matière du corps mental ;
[…]. Le corps, sous cette impulsion, projette à l’extérieur une portion vibrante de lui-même, qui prend une forme qui détermine la nature même de ces vibrations. C’est ainsi que sur un disque recouvert de sable se forment certaines figures, sous l’influence de telle ou telle note musicale ; dans cette opération il se produit une sorte d’attraction de la matière élémentale du monde mental, matière d’une nature particulièrement subtile. Nous avons de la sorte une forme-pensée pure et simple et c’est bien une entité vivante, d’une activité intense, forgée par l’idée qui lui a donné naissance. Si elle est faite de la matière la plus subtile, elle sera puissante autant qu’énergique et pourra, sous la direction d’une volonté calme et forte, jouer un rôle de haute importance. Nous donnerons ultérieurement des détails sur cette action particulière.

|…] Il est donc bien évident que tout homme qui pense à des choses élevées fait un travail de propagande, et ceci à son insu.

[…] Une forme-pensée peut être comparée à une véritable bouteille de Leyde : l’enveloppe d’essence vivante étant symbolisée par la bouteille, et l’énergie de pensée par l’électricité qui la charge. Si la pensée d’un homme ou ses sentiments sont projetés dans la direction d’une personne donnée ; la forme-pensée résultant de cette opération ira directement à son but et viendra affecter les véhicules astral et mental de celui qui les recevra. Si la pensée est égoïste, si l’être qui la génère ne songe qu’à lui-même (il en est ainsi la plupart du temps), elle errera constamment autour de celui qui lui aura donné naissance, toujours prête à réagir sur lui-même toutes les fois qu’il se trouvera dans une condition passive.

[…] Ainsi donc, les malédictions et les bénédictions sont comparables aux oiseaux qui reviennent d’eux-mêmes à leur nid. On voit donc les dangers qu’il y a à adresser des pensées de haine à un homme hautement évolué : les formes-pensées envoyées contre lui sont impuissantes à l’atteindre, mais, par contre, elles retournent vers leurs créateurs et les blessent mentalement, moralement et physiquement."

Synthèse

Nos pensées créent des formes qui entrent en résonance avec des égrégores ou entités.

Un égrégore peut gagner ou perdre de l'intensité et donc de l'influence selon le nombre et la qualité des formes-pensées qui l'alimentent.

Nous y reviendrons dans un prochain article...

Bouteille de Leyde

Publié par ESOTERICUS dans KARMA, 0 commentaire

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer