Nous avons achevé l'analyse des cycles des phénomènes périodiques par celle des cycles de Manu ou Manvantara.
Ce dernier et plus long des cycles se retrouve également dans la cosmogonie de la Grèce antique comme nous la décrit l'illustration ci-dessous inspirée de l'excellent ouvrage publié en 1963 par R. Emmanuel : "Pleins feux sur la Grèce Antique" ; qu'il est hélas devenu difficile de se procurer.

Les 3 axes de cette illustration nous décrivent le processus de création et les cycles de l'univers.

La colonne de gauche porte la descente de l'élément feu (principe mâle positif), celle de gauche, la descente de l'élément eau (principe femelle négatif). Ces deux pôles sont en permanence neutralisés par l'axe du temps qui part de Cronos au niveau du temps cosmique puis se "densifie" à travers le temps manifesté, pour s'achever en fin de cycle par le temps humain. Ce dernier temps caractérise le kali yuga actuel. Selon R. Emmanuel, Prométhée est le "prototype de notre race aryenne (5 ème race).

Nous noterons avec intérêt que cette cosmogonie n'est pas exempte d'analogies avec l'arbre de vie des Kabbalistes (ci-contre), mais aussi avec l'énnéade d'Héliopolis égyptienne.

Toute analogie avec les colonnes chères aux Temples des Francs-maçons ne serait pas non plus fortuite...

Laisser un commentaire