Après avoir éparpillé et séparé notre materia prima l'heure est venue de rassembler ce qui est épars.

La mondification dans la littérature ancienne

Selon l'anonyme "Tourbe des Philosophes" :

« Mettez l'homme rouge avec sa femme blanche dans une maison ronde environnée de chaleur lente continuellement et les y laisser tant que tout soit converti en eau philosophique. Et prenez garde au début de ne pas brûler les fleurs ou de trop vous hâter pour parvenir plus promptement à la fin que vous vous proposez. »

La bibliothèque des philosophes (tome second) :

« C'est pourquoi, après que tu auras préparé ta matière, tu dois prendre garde seulement à deux choses : à ne pas enflammer ton bain en faisant un feu trop fort, et à ne pas laisser exhaler l'esprit parce que, s'il sortait du vaisseau, ton opération serait entièrement détruite.
Que le vaisseau soit bouché comme il convient. Prends au commencement de ton œuvre parties récentes de la pré-mixtion, mêle le tout ensemble et le brûle une fois, jusqu'à ce qu'ils soient ajustés comme par mariage et que la conception soit faite en eux dans le fond du vaisseau et que la génération de la chose engendrée se fasse dans l'air. »

Citons enfin le dictionnaire de philosophie alchimique de Kamala Jnana que nous avons déjà cité dont le mot "phlegme" est ainsi défini :

« Air ou vapeur qui provient de l’ensemble des trois feux latents excités. Cette intense chaleur provoque la sublimation des parties subtiles des trois corps et leur permet de s‘unir en proportion de nature dans la partie haute du ballon ».

Voyons comment.

La mondification sur le plan alchimique opératif

La mondification est la première étape de SOLVE I, elle dure 1 mois philosophique.
L’Adepte doit préalablement constituer son éthiops minéral et se procurer un ballon en pyrex (athanor). Ce ballon est tel que la quantité de matière qui y sera introduite (y compris le sel philosophique) n’excède pas le quart de son volume.
L’éthiops n’est pas autre chose que la réunion de la femme blanche et de l’homme rouge (la reine et le roi, le dragon jaune et le dragon rouge) ; c'est-à-dire le soufre et le mercure qui ont été obtenus après la séparation.

Le soufre et le mercure sont introduits par le col du ballon à raison de 300 grammes de soufre et 700 grammes de mercure. Afin que le mélange se fasse bien, le ballon est bouché et l’Adepte agite de haut en bas et de droite à gauche (senestrorsum).
L’Hermès Sulfur ou éthiops ainsi réalisé a l’aspect d’une poudre grise.

Le ballon est alors ouvert et l’Adepte y verse une dose de sel philosophique au moyen d’une pipette. Puis il bouche avec soin l’athanor en prenant garde de bien ficeler le bouchon pour que celui-ci puisse résister aux fortes pressions qui vont bientôt s’exercer dans le ballon.
L’Adepte prend soin de revêtir ses gants ignifugés avant d’appliquer son cinquième feu. C’est ainsi que pendant deux à trois minutes il secoue énergiquement le ballon en tous sens, puis il le dépose sur un support résistant à la chaleur.

NB : Cette opération présente de grands dangers que des amis téméraires ont subis : explosion du ballon vapeurs de mercure brûlantes qui s'échappent...

Des parcelles de soufre collées sur les flancs du vase vont assez rapidement changer de couleur. Quand des taches de couleur rouille apparaissent sur les parois, la matière est prête à recueillir un cinquième feu libérateur.

A cet instant précis, toujours ganté, l’opérateur va imprimer au vase quatre saccades de bas en haut puis le reposer sur son support.

Ce cinquième feu suivi de l’itération des quatre autres feux qu’il déclenche successivement a pour conséquence de sublimer les trois composants. D’abord le sel, puis le mercure et le soufre forment une nuée au sommet de l’athanor. Ils s’unissent alors en juste proportion de nature donnant naissance aux granules (un petit monde issu du chao primordial).

Dès que la température retombe, les granules prennent une consistance gélatineuse, se solidifient quelque peu et tombent dans le compot.

Notre dictionnaire de philosophie alchimique de référence déjà mentionné dans l'article sur la séparation définit ce compot comme suit :

« Vase pestilentielle qui naît des impuretés et de la partie du soufre des philosophes n’ayant pu s’amalgamer. C’est dans cette terre vaseuse que la granulation prend sa force et se durcit… »

Notons que le compot est alors de couleur rouge. La première couleur qui était apparue immédiatement après les secousses était citrine. Si au lieu de cette couleur citrine était apparue une couleur orangée, tout aurait été à refaire. En effet la couleur orangée traduit un excès de sel philosophique ou un cinquième feu trop vigoureux.

Le compot renfermant les granules va progressivement foncer. L’œuvre au noir s’ébauche…

Différences entre séparation et mondification

La suite de la définition du mot "réincarnation" du Dictionnaire de Philosophie Alchimique nous aide à mieux comprendre comment la différence entre les vases c'est à dire l'aludel de la séparation et le ballon 'athanor de la mondification nous explique pourquoi 'même si les vapeurs mises en oeuvre sont les mêmes),la mondification réunit ce qui a été mis épars lors de la séparation:

"[...] Dans la Préparation, les trois corps primordiaux broyés et malaxés, sont placés dans un athanor philosophal, comme l'indique Geber dans sa Somme. Là, sous l'action conjuguée du feu contenu dans chacun d'eux ils vont tendre à se sublimer c'est-à-dire a s'élever en vapeurs dès qu'ils arriveront à ébullition. Or, comme le sel s'évapore vers 165° et le mercure des philosophes vers 360°, il se produit deux phénomènes :

1° Le sel et le mercure des philosophes, sublimés par l'intense chaleur provenant du soufre s'évaporent jusque dans un ballon attenant à l'athanor. Ici sous l'effet d'une baisse de température ils se recondensent et se superposent par ordre de densité.

2° Cependant, le soufre des philosophes n'entrant en ébullition que vers 450°, se voit interdire l'accès à cette température, à cause du départ des deux autres corps, qui ne l'excitent plus. Dès lors, il reste intact avec toute sa force au fond de l'athanor et c'est un jeu d'enfant que d'opérer la triple séparation. Notons enfin, que c'est parce que la force sulfureuse reste intacte n'étant pas sublimée que la réaction Solve pourra se renouveler par la suite.

Le premier stade d'une réincarnation est donc bien manifesté ésotériquement parlant, puisque par le broyage, la mortification de la Materia Prima, suivie de la séparation du corps (soufre et terrestréités) d'avec l'âme (Mercure) et l'esprit (Sel), on obtient l'image d'une mort humaine Mourir pour renaître toujours plus pur, voilà la conception philosophique.

Les trois corps épurés, sommairement certes mais séparés, sont placés cette fois dans un ballon bien bouché. Là, sous l'action du 4e feu le sel et le mercure des philosophes se subliment à nouveau les premiers seulement comme cette fois ils ne peuvent point s'évader ils restent en contact avec le soufre, grâce au 5e feu indispensable pour le brassage, il s'ensuit donc que la température s'accroît au point que le soufre philosophal peut enfin se sublimer à son tour laissant les terrestréités au fond du ballon.

Cependant comme ces trois corps gazeux sont de même consubstantialité et ont une attirance irrésistible les uns pour les autres un mélange naturel, intimement proportionné, se crée au sein des trois vapeurs. Aussi, à mesure que la température baisse, on peut voir au milieu d'elles des quantités de bulles translucides, qui peu à peu épaississent et durcissent. La nouvelle granulation est née. Elle comprend un nouveau corps, une nouvelle âme et un nouvel esprit plus purs.

Cette réincarnation ou réincorporation est l'image d'une réincarnation dans les sphères éthérées. Or, comme les multiplications successives répètent ces mêmes phénomènes en épurant la Pierre, chaque fois davantage, on peut soutenir sans crainte, que le Grand Œuvre est la preuve matérielle d'une suite de réincarnations humaines. [...]".

"[...] Donc alchimiquement les trois corps épurés, sommairement certes mais séparés, sont placés cette fois dans un ballon bien bouché. Là, sous l'action du 4ème feu, le sel et le mercure des philosophes se subliment à nouveau les premiers ; seulement comme cette fois ils ne peuvent point s'évader ils restent en contact avec le soufre, grâce au 5ème feu indispensable pour le brassage, il s'ensuit donc que la température s'accroît au point que le soufre philosophal peut enfin se sublimer à son tour laissant les terrestréités au fond du ballon.
Cette réincarnation ou réincorporation est l'image d'une réincarnation dans les sphères éthérées. Or, comme les multiplications successives répètent ces mêmes phénomènes en épurant la Pierre, chaque fois davantage, on peut soutenir sans crainte, que le Grand Oeuvre est la preuve matérielle d'une suite de réincarnations humaines. [...]"

Compléments sur les aspects spirituels de la mondification

La symbolique alchimique de la mondification est présente dans de nombreux rituels de sociétés initiatiques.

Entrée du futur initié par la « porte étroite » qui nous rappelle (entre autres) l’étroitesse du goulot du ballon.

Cette "entrée par la porte étroite" est aussi en analogie avec la procréation humaine ; permettez nous cette image : les gamètes mâles et femelles sont introduits par une "porte étroite" avant de se retrouver dans l'athanor (l'utérus).
Nous verrons ultérieurement que la sortie de l'athanor se fait également par la porte étroite après l'œuvre au noir.

Les granulations sont aussi en analogie avec la légende d'Osiris (éparpillement du corps puis rassemblement de ce qui était épars par Isis).

2 commentaires

MAGRINI Alain

Mon TC Bernard,
je ne vais pas porter un commentaire bien constructif, mais simplement une remarque pratique, à savoir, dans « Différences entre séparation et mondification » les deux derniers paragraphes sont repris une seconde fois.
Bien maigre contribution, mais qui me permet de t’envoyer mes pensées les plus reconnaissantes pour ces merveilleux cadeaux que tu nous dévoiles, en t’embrassant, je t’en remercie.

Merci mon vieil ami.
La correction est grâce à toi faite.
Bisous encore confinés ;o))

Répondre à MAGRINI Alain Annuler la réponse